Quel balai pour quelle tâche ménagère ?

Quel balai pour quelle tâche ménagère

Le balai ne peut pas se séparer de la tâche ménagère et du nettoyage des locaux, et il existe même sous différents types, ayant chacun leur propre utilité. Comme on le sait tous, il est composé d’une manche et d’un support, et l’aspect de ce dernier varie selon le type du balai. Alors, si vous ne savez pas encore lequel d’entre eux convient à la tâche que vous allez faire, découvrez dans cet article l’usage approprié pour chaque type.

Le balai brosse

Comme son nom l’indique, le balai brosse est doté d’une longue manche et d’une brosse plate constituée de fibres synthétiques courts mais rigides. Ces fibres ont la capacité de nettoyer en profondeur le sol, tout en éliminant toutes les saletés, et même les plus persistantes.

Et ce n’est pas tout, il ne garde pas l’humidité, et vous pouvez aussi l’utiliser en tant que support pour une serpillière.

Bref, le balai brosse est le plus approprié si vous voulez nettoyer des sols très sales.

Le balai à frange

Ce type est muni de franges au lieu des fibres et ces dernières sont à la fois longs et bien souples. Cela lui permet de laver le sol, donc il peut très bien remplacer la serpillière. De plus, ces franges absorbent bien l’eau ainsi que les particules très fines qui se trouvent sur la surface. Il est également très efficace pour nettoyer une surface plus étendue si vous ajoutez un peu d’eau de javel dans l’eau que vous utilisez pour le nettoyage.

Donc, en quelques mots, le balai à frange est très hygiénique et il est fait pour le lavage du sol, tout comme la serpillière. Et une fois que vous avez fini le nettoyage, vous devriez juste laver les franges avec de l’eau chaude.

Le balai coco

Le balai coco est constitué d’une manche suffisamment longue et de fibres en coco qui résistent bien à l’eau ainsi qu’au pressage. La largeur de son support peut varier de 30 cm à 1 m, et cela lui permet de nettoyer facilement et rapidement des grands plans de travail, donc la praticité est bien au rendez-vous. On peut dire également que c’est un balai polyvalent car vous pouvez l’utiliser aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, dans les zones industriels et dans les chantiers.

Le racloir

Ce type de balai sert à pousser le superflu d’eau après le lavage du sol afin de sécher ce dernier rapidement. On peut aussi trouver un racloir à usage industriel qui est utilisé notamment dans les chantiers pour enlever les restes de ciment.

Le balai cantonnier

Il est doté d’une longue manche tout comme les balais précédents, mais la différence est qu’il est pourvu de fibres très rigides et résistantes. Il est donc fait pour nettoyer l’extérieur, spécialement les sols durs comme ceux des chantiers, des trottoirs, des terrasses, etc. Il peut être accompagné d’un racloir qui vous permettra d’éliminer très vite et efficacement toutes sortes de saletés.

Le balai paille de riz

C’est le plus ancien des balais et ses poils sont faits en paille de riz. Son usage est destiné au nettoyage des cendres et des autres déchets venant de la cheminée. Toutefois, on peut l’utiliser pour nettoyer le jardin, par exemple pour balayer les feuilles qui tombent et les poussières.

Cependant, faites bien attention car il ne peut pas vraiment supporter l’eau. Ce dernier risque de l’abîmer très vite, donc vous ne devriez l’utiliser pour évacuer l’eau stagnante.

Le balai en caoutchouc

Ce type de balai est plutôt fait pour les coiffeurs mais on peut aussi l’utiliser pour les tâches ménagères. En tant que balai en caoutchouc, sa manche ainsi que ses fibres sont faits entièrement en caoutchouc. Cela lui permet de débarrasser tous les poils ou les cheveux qui se trouvent sur son passage en un rien de temps.

On peut également l’utiliser pour balayer les tapis et les moquettes, et dans ce cas, il est capable d’enlever toutes les salissures ainsi que les poussières qui se trouvent là-dessus, sans lever la poussière.

Le balai en caoutchouc est donc très utile au quotidien puisqu’il ne fera que vous simplifier la tâche avec sa capacité de bien nettoyer les moquettes et les tapis, tout en enlevant les poils et les cheveux qui y résident.

Le balai en soie

Le balai en soie est bien évidemment équipé d’une longue manche mais ce qui le différencie des autres types décrits ci-dessus est la matière qui compose ses poils. En fait, il est doté de poils en soie qui sont très souples et qui ne laissent aucune trace de rainure sur son passage, et c’est son plus grand avantage. Il est donc destiné au nettoyage de l’intérieur de la maison, particulièrement pour les carreaux et les parquets.

Les poils en soie retiennent aussi parfaitement les poussières, donc c’est le plus approprié sir vous voulez enlever les poussières qui se trouvent sur vos meubles ou sur le mur.

Enfin, il y a des modèles qui n’ont qu’une demi-tête et ils sont plus pratiques car ils ne vont pas endommager des choses s’il y a des coups.

Le balai chiendent

Le balai chiendent a le même usage que le balai brosse, mais la seule différence est que ses poils sont faits en chiendent au lieu de fibres synthétiques. Il a l’aptitude de décrasser en profondeur les sols avec ses poils durs, et même si les salissures sont très résistantes.

Et tout comme le balai brosse, on peut l’utiliser pour guider une serpillière afin de réaliser un lavage parfait du sol.

La balayette

Comme son nom le dit, c’est un petit balai doté d’une manche courte et de poils un peu rigide. Il sert à assembler les poussières vers la pelle, et il convient aussi très bien au balayage des zones moins accessibles. Vous pouvez également l’employer pour nettoyer l’intérieur d’une voiture vu qu’il ne dispose pas d’une longue manche.

 

Pour conclure, le balayage de l’intérieur et de l’extérieur de la maison devient plus rapide et plus facile si on utilise le matériel approprié, et on vient de vous décrire les différents types de balai qui existent en ce moment avec leur utilité. Nous espérons alors que désormais, vous saurez quel balai utiliser pour la tâche ménagère que vous allez réaliser.

Scie plongeante : infos et conseils sur la scie plongeante sur rail

infos et conseils sur la scie plongeante sur rail

Expert ou novice, tout bricoleur doit disposer d’une scie plongeante sur rail. Cette machine est d’une grande aide pour réaliser des découpes plus précises sur de nombreux matériaux. En dépit de son utilité, certaines personnes ne savent pas vraiment en quoi il est si important. Avant d’entrer dans le vif du sujet, la rédaction commence par détailler les essentiels à retenir sur cet équipement.

Ce qu’il faut savoir sur la scie plongeante

Certes, vous avez déjà entendu parler de la scie plongeante à maintes reprises. Mais comme vous n’êtes pas un bon bricoleur, vous n’êtes pas encore au courant jusqu’à présent les principaux intérêts de son usage. Pour faire simple, c’est une scie circulaire qui vous permet de couper en milieu de panneau au moyen du ressort spécifique. Ce dernier sert à actionner la lame.

Généralement, la scie plongeante sur rail convient particulièrement à une utilisation professionnelle. Bien entendu, les particuliers peuvent aussi en faire usage. Néanmoins, elle requiert plus de connaissances en domaine technique afin d’en bénéficier pleinement. Sans doute, ce matériel jouit d’une sécurité accrue, contrairement à la scie classique. Toutefois, il faut quand même rester toujours prudent au cours de sa manipulation pour réduire les éventuels risques de blessure.

À quoi sert cet équipement ?

La scie plongeante constitue le dispositif idéal pour obtenir des coupes droites, transversales ou longitudinales. Elle est parfaite pour fournir une ouverture sur le centre d’un panneau de bois. Si vous utilisez d’autres outils, les résultats de coupe ne paraissent pas satisfaisants par rapport à la scie plongeante sur rail.

Outre ces détails, cet équipement bénéficie d’une praticité optimale. Il s’agit d’un appareil électroportatif de finition. Il rend de nombreux services à tous les bricoleurs grâce à sa simplicité d’usage et notamment sa précision.

Dans la plupart du temps, on s’en sert principalement pour faire de la découpe des matériaux composites et du bois. Toutefois, son domaine de prédilection ne s’arrête pas là. Il vous aide également à traiter des composants variés à savoir le cuivre, les plaques, les carreaux de plâtre, l’aluminium, le PVC et bien d’autres encore. Pour effectuer ces multiples activités, il faut sélectionner les lames adaptées.

La scie plongeante se munit de rails symétriques qui sont présentés sous plusieurs dimensions. Vous pouvez choisir entre les rails de 1 m, de 1,5 m ou de 2,6 m. Dans la majorité des cas, ce fameux rail de guidage est vendu séparément. Il est très utilisé pour réaliser des coupes rectilignes sur des longueurs de grande taille.

Sa manipulation est plus simple, vous installez l’élément à découper. Ensuite, vous mettez en place la scie sur les glissières qui sont prévues à cet effet. Ces étapes finies, vous mettez le dispositif en marche puis vous descendez la lame. Dès que celle-ci a traversé le panneau, il ne vous reste plus qu’à faire avancer le long de la règle.

En ce qui concerne la profondeur de coupe, elle varie généralement de 2 à 75 mm selon les exemplaires. Son ajustage peut s’avérer un jeu d’enfant. Il suffit de déplacer la butée sur la jauge, puis vous choisissez la cote souhaitée et bloquez-la. Le principal avantage du rail de guidage consiste à vous aider à manipuler la scie avec précision et en tout confort.

Conseils pour choisir le modèle idéal

À l’époque où le bricolage devient un plaisir à part des foyers modernes, la scie plongeante a connu un tel engouement au marché. Les fabricants se rivalisent d’inventivité actuellement pour présenter des références de gamme. C’est pourquoi la sélection d’un bon produit se révèle être une tâche ardue. Pour dénicher en un temps court l’article qui correspond à vos besoins, il s’avère nécessaire de prendre en considération de ces quelques critères de sélection.

La lame

Tout d’abord, il est recommandé de bien choisir la lame adaptée. Selon les caractéristiques de cette dernière, vous pouvez travailler sur un grand nombre de projets à savoir le débit du bois, la coupe des plaques ou plâtre, le sciage des planchers ou parquets. De même, bon nombre de personnes en font usage pour accomplir la mise à longueur de la porte. Quant aux autres, ils s’en servent pour scier les profilés d’aluminium ou les lambris PVC. Pour réaliser tous ces projets, il faut élire la lame idéale.

Il est aussi nécessaire de déterminer le diamètre de cette pièce. Plus ce paramètre est élevé, plus la profondeur de découpe sera intéressante. Pour illustrer ce passage, une lame de 160 mm est parfaite pour réaliser une coupe en profondeur de 55 mm. Quant à la pièce de 180 mm, vous aurez une profondeur de coupe de 65 mm. Dans ce même contexte, prêtez attention particulièrement au nombre de dents présentes. Il définit le degré de la précision de coupe ainsi que sa vitesse. Plus la lame choisie dispose des dents, plus elle vous procure des coupes nettes.

La puissance

Il est conseillé de bien étudier la puissance de l’appareil. Exprimée en Watts, elle influe beaucoup sur la qualité de la découpe. Plus la machine s’équipe d’une puissance élevée, plus elle est en mesure de traiter des composants les plus durs.

Si vous optez pour un article avec une puissance inférieure de 1000 W, il peut uniquement satisfaire les besoins d’une utilisation occasionnelle à la maison. Par contre, un matériel de 1000 W à 1500 W vous aide à réaliser des travaux de moyens œuvres. Une puissance supérieure à 1500 W est capable de répondre aux attentes d’un usage intensif et professionnel. Elle est parfaite pour effectuer n’importe quelle découpe de même sur les supports plus durs.

Les accessoires supplémentaires

Pour terminer, renseignez-vous sur les accessoires fournis dans l’emballage. Cela vous permet de bénéficier à fond de votre appareil et éviter d’acquérir séparément ces pièces supplémentaires. Il existe plusieurs composants qui vous simplifient les découpes et assurent votre sécurité.

Parmi les plus recherchés, le rail constitue l’élément essentiel à dénicher pour faire un bon investissement lors de l’achat de la scie. Il est l’accessoire incontournable pour produire des coupes parfaitement propres et droites.

5 Conseils pour réussir son binage du maïs

5 Conseils pour réussir son binage du maïs

Pour obtenir de meilleurs rendements dans la culture de maïs, la technique du binage s’impose. En dépit de son importance, il faut bien avouer que monsieur et madame Tout-le-Monde ne maîtrisent pas cette opération. Ils ignorent les démarches et stratégies pour la réaliser dans les règles de l’art. Cet article est alors d’une grande utilité pour éclaircir ce propos tout en apportant les précieux conseils. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, détaillons d’abord les principales bonnes raisons de pratiquer le binage.

Intérêt du binage

 

La culture du maïs nécessite quelques compétences techniques particulières. Il s’agit d’un travail de la terre à cycle court. Le binage est adapté à ce type de labourage. Cette opération se définit comme un procédé mécanique de désherbage. Vous vous demandez certainement pourquoi cette opération est si importante. C’est parce qu’elle procure de multiples avantages pour accroître le rendement.

Cette action consiste à ameublir et aérer le sol. Le but tient à favoriser l’infiltration d’eau dans les couches de la terre. Elle réduit considérablement le ruissellement. Selon les spécialistes, les cultures binées optimisent le réchauffement du sol. Cela accélère en un temps record la minéralisation de la matière organique. Grâce à l’aération du sol, vous pouvez bénéficier d’une bonne résistance de la surface à la sécheresse.

Outre ces détails, le binage constitue également une meilleure option au traitement tout chimique. Le désherbage mixte c’est-à-dire la combinaison de la méthode chimique au binage procure des suites satisfaisantes aux récoltes. Certes, le recours aux herbicides est fortement limité. Toutefois, cette association est bénéfique notamment en cas de salissement modéré.

Pour obtenir des résultats escomptés, la réalisation du binage ne s’effectue pas à la légère. C’est pourquoi nous vous proposons quelques conseils pratiques et efficaces pour le mener à bien.

Savoir choisir le bon moment

 

Même si vous souhaitez multiplier la rentabilité de votre culture de maïs, sachez que le binage ne s’accomplit pas à n’importe quel moment. Il peut paraitre plus dépendant de la condition climatique. Il est à souligner que le nombre de jours pour passer aux actes est variable. Cela est notamment en fonction des conditions pédoclimatiques de printemps.

Selon les spécialistes, on peut obtenir de meilleurs effets en zone continentale que par rapport à l’océanique. Ils préfèrent intervenir pendant le temps sec. Dans cette condition, le dessèchement des adventices se révèle être important. Il est facile d’obtenir des résultats escomptés au cours des heures les plus chaudes de la journée.

Généralement, le binage est pratiqué pendant le printemps ou l’été. Il est préférable d’intervenir un ou deux jours après la pluie. Vous pouvez agir quand vous apercevez des croûtes se formant en surface du sol.

La bineuse

 

Pour mener à bonne fin cette méthode, il s’avère primordial de s’équiper d’un dispositif qui est conçu spécialement pour cette opération. C’est dans cet angle qu’intervient la bineuse ou désherbineuse. Il s’agit d’un outil de désherbage. Il convient notamment aux cultures semées en ligne. Il est donc impératif que le semis soit le plus rectiligne possible.

Pour que le matériel puisse accomplir ses tâches correctement, il faut que le sol soit dépourvu de grosses mottes, de résidus de cultures de dimensions importantes ou de gros cailloux. De même, vous pouvez réaliser un binage homogène avec un sol bien affiné. Il est ainsi recommandé de traiter la surface pour obtenir cet effet.

Afin de bien utiliser l’appareil, il est conseillé d’adapter le réglage suivant le stade de la culture. Tâchez bien de conserver la distance entre le soc et le rang tout en respectant l’enracinement des plantes. Pour plus de praticité, il n’y a rien de mieux que de faire usage d’une bineuse autopilotée. Elle est en mesure d’optimiser l’efficacité du désherbage. Cet outil de gamme vous procure une vitesse d’avancement plus élevée.  Simple à manipuler et à gérer, il vous permet de travailler dans de bonnes conditions.

La houe rotative et la herse étrille

 

Ces dispositifs sont d’une grande utilité pour accentuer les interventions en bio. Beaucoup de personnes s’en servent dans la technique de désherbage du maïs, grâce à leur efficacité. Pour que le binage soit une réussite totale, il est préconisé d’en faire usage pour complémenter la bineuse. Afin d’obtenir un résultat satisfaisant, vous pouvez multiplier vos interventions sur terrain. À titre d’illustration, effectuez de nombreux passages successifs pendant deux à quatre jours après le semis avec ces dispositifs. Cette étape finie, renforcez ces actions en réalisant plusieurs passages de la bineuse.

Définir la limite du binage

 

Si vous désirez réussir votre binage du maïs, vous devez bien déterminer la limite de cette technique. Tout d’abord, elle n’est pas apte à vous procurer de meilleurs résultats si vous travaillez sur les sols motteux ou caillouteux. Cela peut même abîmer les pièces de la machine.

Ensuite, elle ne fonctionne pas aussi sur une présence importante des vivaces. Sur le rumex, le binage atteint également ses limites. Il se révèle être inefficace sur le liseron. Cette méthode rencontre une certaine difficulté devant toutes ces plantes.

Ensuite, elle ne maîtrise pas les mauvaises herbes sur le rang. Le buttage est seulement capable de contrôler le salissement d’une manière partielle. Si vous tenez tant à réaliser cette action, il vous faut des matériels plus spécifiques. Toutefois, il est à signaler qu’ils coûtent souvent cher.

Autres conseils à retenir

 

Pour que le binage du maïs soit un réel succès, il est préconisé de ne pas travailler trop profondément. Vous devez contrôler la profondeur de travail selon les mauvaises herbes à éliminer. Si votre binage est au fond, cela risque fort de dynamiser de récentes levées. Le pire encore, cette opération incite le dommage du système racinaire de vos plantes. Pour terminer, respectez bien le moment où vous passez à l’action. Ce procédé ne s’accomplit pas à tout moment.

 

Pour conclure, le binage constitue une technique efficace particulièrement pour la culture du maïs. Pourtant, elle requiert de multiples stratégies pour obtenir d’excellents résultats dans les meilleurs délais. Afin de parvenir à cet objectif, il est préconisé de prendre en considération les conseils que nous venons de citer ci-dessus.

Tutoriel pour réaliser une poubelle de recyclage pas à pas

Tutoriel pour réaliser une poubelle de recyclage pas à pas

Pour réduire les ordures et protéger l’environnement, il n’y a rien de mieux que de recourir au recyclage. Cette action peut paraitre plus qu’indispensable pour récupérer les objets et à fabriquer d’autres choses. Afin de la mener à bien, vous avez besoin de plusieurs récipients qui resserviront à séparer les déchets à recycler. D’où la nécessité de confectionner soi-même sa propre poubelle de tri pour verre, papier et plastique.

Grâce à cette réalisation, il devient beaucoup plus agréable de recycler. L’avantage de l’élaboration de votre boîte est votre possibilité de l’adapter selon l’espace où vous souhaitez l’installer. De plus, vous pouvez créer le design du contenant afin que celui-ci s’allie parfaitement à la déco de votre intérieur. Nous allons prendre comme illustration les planches de palettes pour composer la poubelle. Pour en arriver là, voici les phases importantes à suivre :

L’étape de la coupe

Vous rassemblez toutes les palettes que vous n’utilisez plus. Vous prenez ensuite des planches de préférence 6,8×1,8 cm afin de bien fabriquer votre boîte. Pour ce faire, servez-vous d’une scie sabre ou une scie à onglets pour couper les pièces.

Votre première mission est de créer les 4 éléments de 74 cm de long. Le but est d’élaborer la partie avant et arrière de la poubelle. Pour les côtés latéraux, préparez 4 pièces de 38 cm de longueur. Afin d’assembler toutes les parties, fabriquez 8 planches de 20 cm de long. Vous confectionnez ensuite les 4 autres composants de 20 cm de long pour séparer chaque case sur la zone avant et arrière.

La composition de la structure

Pour bien élaborer la structure de la boîte, il est préférable d’utiliser le gabarit de perçage. Cela vous aide à confectionner de multiples orifices sur les extrémités des planches de 20 cm. Cette étape achevée, il devient si facile de les fixer avec les composants de 38 cm et 74 cm de long.

Une fois les pièces bien clouées, servez-vous d’une ponceuse orbitale pour poncer la structure. Cela vous permet d’obtenir une face uniforme et lisse au touché. Pour terminer, vous pouvez insérer les planches à une distance de 18, 5 cm à chaque bout des pièces avant et arrière.

La préparation des panneaux

La première étape consiste à fabriquer les panneaux avant et arrières. Pour ce faire, coupez 6 planches de 22 cm de long, 22 cm de large et 0,3 cm de hauteur. Les 2 autres pièces vous serviront à élaborer les portes latérales. Elles doivent comprendre 27 cm de long, 27 cm de large et 0,3 cm de hauteur. Puis, une planche est destinée pour la porte centrale.

L’action suivante consiste à peindre tous ces composants en vert, jaune et bleu. À signaler que ces couleurs ont chacune des significations précises pour les déchets. La dernière phase est de clouer tous les panneaux à la structure de la boîte.

Le montage de la structure de la poubelle

Cette étape consiste à fixer toutes les planches que vous venez de découper. Pour le mener à bien, utilisez des serre-joints d’angle pour attacher la partie avant et arrière. Vous les vissez par la suite avec des vis à bois. Pour les portes, vous les assemblez à la partie supérieure au moyen d’une charnière. Afin de bien composer le fond de la poubelle, vous coupez une pièce de 77 cm de long avec la scie sauteuse. Une fois fini, il ne vous reste plus qu’à clouer la partie la plus basse de la boîte.

Les finitions

Dernière étape et non des moindres, cette opération ne doit pas être prise à la légère. Elle assure l’esthétique générale de votre boîte. Avec ce stade, vous pouvez très bien exploiter votre créativité pour composer un objet de design professionnel. Il est conseillé de tenir compte du style de votre décoration d’intérieur. L’objectif tient à fondre l’aspect visuel de la poubelle au look adopté.

Beaucoup de foyers considèrent ce contenant de tri comme un accessoire de déco dans la pièce où il est installé. Vous pouvez aussi à votre tour concrétiser votre incroyable talent pour confectionner votre jolie poubelle de recyclage. Il est ainsi libre à vous d’insérer les garnitures de votre choix. D’une manière générale, il est nécessaire de toujours poser un autocollant sur la face pour rappeler le code des couleurs.

Quels sont les outils et matériels indispensables ?

Bien entendu, il vous faut des planches de palettes de bonne qualité pour composer la boîte. Afin de couper les pièces, vous devez vous servir d’une scie sauteuse et une scie à onglet. La ponceuse orbitale constitue l’équipement idéal pour poncer les panneaux. L’usage du gabarit de perçage peut paraitre facultatif. Cependant, il est d’une grande aide pour fabriquer des orifices sur les extrémités de la planche. À rappeler que cette phase est cruciale dans l’élaboration de la structure de la poubelle.

Pour rassembler tous les composants, de multiples outils comme le cloueur, la perceuse-visseuse sont très indispensables. De même, vous devez vous servir des serre-joints, des vis à bois et bien d’autres encore. Pour peindre les panneaux, faites usage du pinceau et des vernis. Nombreux sont les accessoires utiles pour la fabrication de la boîte, mais l’essentiel est de savoir les manipuler au bon moment et au bon endroit.

Autres idées de poubelles pour les déchets

De multiples designs restent envisageables pour composer sa propre poubelle de recyclage. Certains se servent des bouteilles d’eau en plastique pour les assembler sous forme d’une courbe. L’idée peut paraitre plus simple, mais très pratique afin de regrouper tous vos déchets ménagers.

D’autres utilisent de vieux pneus pour fabriquer la poubelle. Pour ce faire, vous mettez une roue sur une autre et le tour est joué. La sélection de la couleur doit être bien soignée pour obtenir une poubelle agréable à regarder.

Pour conclure, il est tout à fait envisageable de composer sa propre boîte à tri avec des planches de palettes. Pour le mener à bien, il suffit de bien suivre les étapes citées ci-dessus. Vous pouvez insérer les finitions de votre choix pour personnaliser votre poubelle.

Établi sur mesure : réalisez l’atelier de vos rêves !

Établi sur mesure : réalisez l’atelier de vos rêves

L’établi fait partie des éléments incontournables d’un atelier. Il constitue une solution idéale pour ranger efficacement tous vos matériels et outils de bricolages. Ce n’est pas tout, cette table vous permet de travailler plus confortablement, quel que soit votre projet. À cet effet, sa sélection ne s’effectue pas aux yeux fermés. Comme il peut paraître un investissement important, il n’y a rien de mieux que de fabriquer soi-même son propre établi.

Les avantages de la construction d’un établi sur mesure

Cette opération vous permet de faire de l’économie en vous évitant toute dépense supplémentaire. Bien entendu, l’établi est un must dans les projets de bricolage. Néanmoins, un modèle de qualité possède un prix élevé. Pour vous aider à mettre de côté une belle somme d’argent, optez pour une construction sur mesure de votre espace de travail.

Outre ces détails, vous pouvez aussi confectionner ce dernier en fonction de vos besoins. Il suffit d’adapter ses dimensions en fonction de votre surface de travail. Il est conseillé de prendre des mesures au préalable et vous ajustez sa profondeur et sa largeur selon la taille de votre atelier.

La sélection de sa hauteur ne doit pas être faite à la légère. Il faut bien la choisir selon le niveau qui vous convient. Si la valeur n’est pas appropriée, cela affecte votre dos quand vous travaillez pendant des heures dans de positions déplaisantes. La création d’un établi sur mesure vous aide ainsi à procurer un mobilier qui correspond à vos attentes.

Dans cette logique, vous pouvez pareillement bénéficier d’un établi qui s’accorde avec vos projets de bricolage. Un modèle classique vous empêche de vous occuper à un travail qui requiert beaucoup de force. En revanche, un établi sur mesure vous autorise à vous activer confortablement selon vos besoins. À vous de déterminer vos actions les plus fréquentes avant de fabriquer la table. Pour une réalisation qui fait usage des outils de coupe, comptez entre 85 et 71 cm de hauteur.

Le dernier avantage et non des moindres, la construction d’un établi sur mesure vous offre la possibilité de récupérer d’autres matériaux encombrants à la maison. Avec cette illustration, nous utilisons des planches de palettes pour confectionner la table. Toutefois, il vous faut des objets de bonne qualité afin d’obtenir un meilleur établi.

Les étapes à suivre pour construire un établi sur mesure

Procédez à la coupe des poteaux

Cette opération peut s’avérer primordiale pour composer les pieds du mobilier. Afin de la mener à bien, il est conseillé de vous servir d’une scie à onglet. Cet outil est parfait pour traiter de grands poteaux et obtenir un taillage bien précis. Pour un établi de 180 cm de large, il faut couper 6 pieds dont chacun comprend 63 cm de long. Les 4 éléments seront fixés à chaque extrémité. Quant aux deux autres, ils sont pour la partie centrale.

Le meulage et le ponçage des pièces

Il est à souligner que cette étape peut paraître facultative si vous vous munissez des poteaux de bonne qualité. Dans le cas contraire, vous devez prioritairement amenuiser le bois. Pour le réaliser, il s’avère nécessaire de faire usage de la meuleuse et de la ponceuse. Ces machines sont parfaites pour dégrossir les matériaux. Toutefois, leur manipulation produit des poussières. Il est donc fortement recommandé de bien protéger vos yeux et votre appareil respiratoire avec les équipements appropriés.

Il faut savoir que cette phase occupe beaucoup de temps. En ce sens, il est possible qu’il retarde votre projet de construction de l’établi. Néanmoins, les résultats sont satisfaisants, car les pièces obtenues deviennent comme neuves. Votre table sera à cet effet plus élégante.

Le montage de la structure de la table

Pour le mener à bien, il faut planter les 6 planches aux lattes de façon à ce qu’elles soient bien encastrées. Pour obtenir une structure stable, vous devez avant tout réaliser de multiples coupes parallèles. Servez-vous d’une scie circulaire pour un taillage plus correct. Cela dit, faites le nécessaire pour que la profondeur de la coupe soit identique à la grosseur du poteau, c’est-à-dire 2,1 cm.

Utilisez ensuite un outil multifonctions ou une gouge pour dégarnir la surface découpée. Cette étape finie, il faut amenuiser le matériau sur 2 des 4 côtés, cela concerne uniquement les pieds aux angles.

Vous pouvez après couper les 4 panneaux avec 1,6 m de large. En vous servant d’un guide d’assemblage, vous vissez le cadre en bois à la partie inférieure de la table.

Vous créez ensuite un rayonnage en clouant les pièces à sa structure inférieure. Si vous souhaitez obtenir un établi mobile, vous pouvez pour terminer visser les roues sur les pieds du meuble.

La réalisation et l’installation de la surface de l’établi

Pour obtenir un espace de travail plus spacieux et lisse, il est impératif de s’équiper des matériaux de qualité. Comme il s’agit d’un projet de recyclage, il faut récupérer les objets déjà utilisés. Avec une fabrication d’un établi sur mesure, on peut très bien se servir d’une porte.

Si cette dernière peut paraître en mauvais état, vous pouvez la corriger à l’aide d’une scie circulaire pour couper et dissimuler les parties endommagées. Vous ne conservez que les zones intactes pour construire la surface de votre table. Cela fait, vous pouvez coller la latte de contreplaqué sur les parties dénudées.

La fixation des autres accessoires de l’établi

Cette dernière étape peut paraître simple, mais qui a beaucoup d’importance. Elle contribue beaucoup à la praticité de la table. De ce fait, elle ne doit pas être faite à la légère. D’abord, il faut assembler l’étau à la surface de travail à l’aide des vis. Puis, vous devez fixer une multiprise au moyen d’un ruban adhésif sur les parties latérales, cela rend l’établi beaucoup plus opérationnel. Toutes ces phases finies, vous pouvez bénéficier amplement de votre table pour réaliser n’importe quel projet de bricolage.

En conclusion, il est tout à fait possible de construire soi-même son propre établi sur mesure. Il suffit de bien suivre toutes les étapes évoquées ci-haut et le tour est joué. Quelques notions en machines de bricolage s’imposent pour mener à bien ce type de projet.

5 conseils pour choisir le meilleur nettoyeur haute pression

choix nettoyeur haute pression

Le nettoyeur à haute pression figure parmi les appareils domestiques les plus indispensables à la maison. Son fonctionnement à la vapeur sous pression procure un nettoyage efficace et complet sur toutes les surfaces. Comme ce dispositif se décline en de nombreuses variétés, dénicher un modèle de qualité devient une tâche difficile. L’article récapitulera alors les informations à prendre en compte pour simplifier la recherche. Avant d’en arriver là, il s’avère nécessaire de définir l’importance de ce matériel.

À quoi sert exactement un nettoyeur haute pression ?

L’utilisation classique de cet appareil peut paraître le décrassage des véhicules, bateaux, meubles ou moto. Certes, il existe des outils spécifiques prévus pour ces effets, comme le cas des voitures. Néanmoins, le nettoyeur est également apte à les rendre plus propres.

D’autres personnes en font usage pour réaliser l’entretien des aménagements extérieurs. Il est le matériel idéal pour dépoussiérer la cour, les murets, la terrasse ou les parois des piscines. De multiples surfaces peuvent supporter le jet y compris le carrelage, le béton ou la pierre.

Certaines s’en servent pour déboucher une canalisation. Afin de le mener à bien, l’appareil doit s’accompagner d’un kit spécial. Si ce n’est pas le cas, la machine aura du mal à enlever les saletés. De même, il est capable de sabler le portail, les grilles de jardin ou autres dispositifs en métal. Toutefois, il doit s’équiper d’un kit de sable pour réaliser cette opération.

Le nettoyeur haute pression constitue l’outil adapté pour démousser un chemin ou un toit. Il peut aussi essuyer une baie vitrée. Pour que le matériel accomplisse correctement ses tâches, il lui faut un entretien régulier.

Les 5 points clés à scruter pour choisir un nettoyeur haute pression adapté

La partie suivante vous détaillera les conseils pratiques et faciles à réaliser pour s’équiper d’un meilleur modèle.

Bien définir son utilisation

Avant de faire votre choix, il s’avère primordial d’identifier le motif de l’acquisition. Il est bon de souligner que chaque exemplaire possède des caractéristiques différentes. Cela répond à des besoins spécifiques. Si votre objectif a rapport à un entretien occasionnel, vous devez l’élire en fonction de cette opération. Un appareil servant à laver un mobilier de jardin ou un véhicule doit avoir une pression de 110 à 130 bars, avec un débit de 300 à 400 L/h.

Par contre, si vous achetez un nettoyeur haute pression pour un usage régulier, optez pour un article de 130 à 150 bars avec 400 à 500 L/h. Cette machine est l’outil idéal pour nettoyer les allées, la terrasse ou les cours.

Un modèle avec plus de 150 bars et 500 L/h vous permet d’entretenir une camionnette, des toits, ou des murs. Il est parfait pour un décrassage difficile et une utilisation intensive.

Déterminer ses performances

Pour évaluer l’efficacité d’un nettoyeur haute pression, 3 éléments doivent être bien considérés :

  • La pression

Cette caractéristique correspond à la force à laquelle l’eau est expulsée. Exprimée en barre, la pression détermine la capacité de l’outil à anéantir les saletés. Plus la valeur est élevée, plus votre appareil reste performant.

  • Le débit

Il s’agit de la vitesse de l’eau qui vient de la tuyauterie. Tout comme la pression, un débit important offre plus d’efficacité à un nettoyeur. Une grande quantité d’eau favorise le décrassage en moins de rien. Avec une vitesse élevée, il devient facile d’enlever les impuretés. Le débit est exprimé en nombre de litres par heure ou L/h.

  • La puissance

Elle est étroitement liée à la pression et au débit. Vous devez la choisir en fonction de votre utilisation de l’appareil. Plus la puissance du moteur est importante, plus le nettoyeur est en mesure de libérer une grande quantité d’eau.

Bien choisir la motorisation

Le nettoyeur haute pression peut être classé dans deux catégories différentes, selon sa motorisation.

  • Le modèle électrique

Ce dispositif se dote d’un moteur électrique qui est alimenté par un câble standard. Il sert de l’eau de robinet pour nettoyer les surfaces. Cet exemplaire figure parmi les plus déployés par le grand public, grâce à sa facilité d’utilisation et d’entretien. Sa pression et son débit peuvent s’avérer moins élevés pour répondre à tous les besoins. Pratique, il est non seulement maniable, mais aussi léger.

  • Le nettoyeur haute pression thermique

Parfaite pour un usage prolongé, cette référence fonctionne à haut débit et à une pression importante. Comme elle accepte l’eau chaude, elle est capable de réaliser un nettoyage plus difficile. Le petit hic est son entretien un peu compliqué. Elle requiert une maintenance régulière pour conserver ses performances et remplir ses rôles correctement. Avec une motorisation 4 temps, elle consomme plus de carburant et d’huile. À la fois lourde et bruyante, la machine convient plutôt aux usages professionnels.

Les accessoires incontournables

Pour rendre le nettoyeur plus opérationnel, il est conseillé d’opter pour les modèles qui sont accompagnés de multiples accessoires utiles. Parmi les plus pratiques, les brosses rotatives peuvent paraître incontournables pour nettoyer les surfaces. Les brosses de sol sont parfaites pour les terrasses. Quant aux outils à main, ils sont efficaces pour les salons de jardin ou voitures.

De même, les buses font partie des éléments indispensables pour décrasser les surfaces. Les poignées ou pistolets assurent par exemple la pose des cannes. Si vous désirez sabler les pièces en métal, il vous faut un kit de sablage qui coûte aux environs de 50 à 60 €. Le canon à mousse constitue un autre accessoire qui complète le nettoyage.

La facilité d’utilisation

Généralement, la manipulation des modèles électriques reste un jeu d’enfant. Toutefois, leur performance est limitée si vous prévoyez un usage intensif. Quoi qu’il en soit, le nettoyeur haute pression requiert un minimum d’entretien pour fonctionner dans les règles de l’art. Optez alors pour les exemplaires qui simplifient vos tâches. N’oubliez pas d’ajouter un produit anticalcaire pour les dispositifs marchant avec l’eau chaude. De même, protégez votre appareil de la pluie et du gel.

Pour conclure, le nettoyeur haute pression se choisit en fonction de son utilisation, de ses performances, de sa motorisation et de la simplicité de sa manœuvre. Pour le rendre plus pratique, privilégiez les modèles livrés avec des accessoires supplémentaires.

Comment monter un tracteur tondeuse ? Les astuces

Lève tracteur tondeuse : comparatif pour choisir le meilleur

Comme son nom l’indique, le tracteur tondeuse est un petit véhicule qui est utilisé pour tondre une pelouse ayant une surface de plus de 1000 m². Il est plus pratique et plus rapide qu’une tondeuse à gazon vu qu’on ne va pas le pousser, mais plutôt le conduire.  Il nous fera alors gagner du temps et le travail sera également moins fatiguant. Cependant, il faut savoir l’utiliser, et avant tout le monter, surtout si on souhaite acheter un modèle neuf. Retrouvez alors dans cet article quelques astuces qui vous aideront à réaliser comme il se doit le montage de cet engin. Mais avant cela, nous allons vous décrire en quelques mots ce qu’est un tracteur tondeuse et nous allons également vous aider à faire le meilleur choix lors de son achat.

Tracteur tondeuse : c’est quoi exactement ?

Comme la technologie ne cesse de progresser de temps en temps, les inventeurs ont trouvés une bonne alternative pour simplifier encore plus l’entretien d’une pelouse, et c’est le tracteur tondeuse. Comme son nom le dit, il se présente sous forme d’un mini tracteur mais il est destiné à couper les herbes d’un gazon très espacé rapidement, par exemple un parc. Il réalise la tonte avec des lames qui doivent être très résistantes et bien aiguisés, et ces dernières sont placées en-dessous du tracteur. Les herbes coupées seront envoyées directement dans le bac de ramassage, s’il y en a et cela rendra votre tâche encore plus facile.

Comment bien choisir un tracteur tondeuse ?

Pour que la tonte soit rapide et facile, il faut que le tracteur tondeuse soit performant et résistant. Pour cela, il y a quelques critères à prendre en considération lors de son achat, et les-voici.

1. La puissance de son moteur

Le tracteur tondeuse fonctionne avec un moteur thermique refroidi par air à 4 temps et à essence, qui peut être monocylindre ou bicylindre. Il doit être suffisamment puissant, mais le choix de sa puissance dépend aussi de l’aspect du terrain à tondre. Si c’est un gazon plat, une puissance de moins de 6 kW suffit. Et si c’est une pelouse avec pente et dénivelée, il faut qu’elle soit entre 7 et 10 kW. Enfin, la puissance supérieure à 11 kW convient à tous types de terrains (plat, en pente, dénivelés, etc.) quelque soit sa grandeur.

2. La largeur de coupe qu’elle propose

Plus la largeur de coupe est élevée, plus la tonte est rapide. Si vous comptez alors entretenir un gazon ayant une surface de plus de 2000 m², le mieux est que vous choisissiez un tracteur tondeuse offrant une largeur de coupe de 120 cm au minimum. Cependant, si c’est pour tondre une surface de moins de 2000 m², 80 cm suffit.

3. Le système d’embrayage des lames

L’embrayage des lames peut se faire soit de façon manuelle (par le biais d’un levier servant à activer sa rotation), soit  électromagnétique (la rotation des lames se déclenche en appuyant tout simplement sur un bouton). Les tracteurs tondeuses qui utilisent l’embrayage électromagnétique est plus facile à utiliser.

4. Le type de transmission

On distingue 2 types de transmission pour un tracteur tondeuse : mécanique et automatique ou hydrostatique. La transmission mécanique nécessite l’arrêt et le débrayage de l’engin si vous voulez changer sa vitesse, tandis que la transmission automatique ne le requiert pas, donc beaucoup plus facile.

5. Les autres détails à tenir en compte

A part les différents critères cités ci-dessus, il faut aussi que vous jetiez un œil sur le type de ramassage et la contenance du bac, la taille et l’aspect de ses roues, le revêtement de son siège et les accessoires qui l’accompagnent.

Les astuces pour réussir le montage d’un tracteur tondeuse

On parle plutôt ici du montage du tracteur tondeuse de type autoportée. En général, il est pré-assemblé lorsque vous l’achetez, donc il ne vous reste plus qu’à monter les différents accessoires qui ne sont pas encore en place, par exemple le volant, le bac, le siège, ou autres encore.

  • Pour le montage du volant, il faut que vous le fixiez sur son emplacement, tout en respectant l’ordre d’assemblage des rondelles (n’hésitez pas à voir la notice). Faites ensuite le vissage avec une clé qui, pour la plupart des temps, est fournie avec le tracteur. Une fois que la vis est bien serrée, mettez en place le cache-vis du volant.
  • Pour le montage du siège, vous devriez le fixer sur l’endroit approprié en utilisant la clé, qui doit être aussi livré avec le tracteur lors de son achat.
  • S’il est livré avec un bac de ramassage, vous devriez aussi le monter et voilà ce que vous devriez faire. Installez la barre de fixation du bac et couvrez le tube avec les protections faites en plastique. Passez ensuite à la fixation des supports qui se trouvent à l’intérieur du bac avec les accessoires fournis (par exemple des axes et des goupilles). Après, mettez sur le bac la barre de vidange qui est fourni, et utilisez aussi les goupilles fournis pour le fixer. Enfin, placez le bac à l’arrière du tracteur, ou sur son côté latéral selon l’emplacement destiné pour ce dernier.
  • Et s’il est doté d’un capot en plastique, mettez-le en avant du tracteur.

Votre tracteur est maintenant prêt à être utilisé !

Cependant, n’oubliez pas de faire des mises au point avant son utilisation : vérifiez le niveau d’huile, mettez de l’essence dans son réservoir, vérifiez si les lames sont bien engagées, etc. N’oubliez pas non plus de remonter le levier d’ajustage de la hauteur de coupe, ainsi que le levier d’embrayage des lames.

Et avant la toute première utilisation du tracteur, il faut que vous rechargiez sa batterie avec le chargeur qui est fourni lors de son achat, de préférence pendant 1 heure. Pour le recharger, il faut que vous connectiez la batterie, et n’oubliez pas de couvrir le pôle « + » afin de prévenir les corrosions.

Pour conclure, le tracteur tondeuse est réservé pour la tonte d’une grande pelouse ayant une surface de plus de 1000 m². La plupart des temps, vous devriez réaliser vous-même son montage avant son utilisation, et vous venez de voir quelques astuces qui vous aideront à le faire comme il se doit. Vous venez également de voir un guide d’achat qui vous aidera à bien le choisir, alors n’hésitez pas à le retenir.

5 choses à savoir avant de choisir un tour à métaux

Tour à métaux : comment faire le bon choix ?

En tant que machine-outil servant à usiner, ou encore à tourner des pièces métalliques, le tour à métaux doit être puissant et performant. Si vous ignorez encore son principe de fonctionnement, il est doté d’une courroie actionnée par un moteur et ce dernier a comme rôle de faire tourner l’arbre qui est présent sur la machine. L’arbre est la partie sur laquelle on doit fixer la pièce à usiner. Vous devriez cependant savoir qu’on trouve actuellement un grand nombre de tour à métaux sur le marché .

Le type de motorisation

On distingue deux types de motorisation pour un tour à métaux : l’asynchrone monophasé et l’asynchrone triphasé. Le premier type, c’est-à-dire l’asynchrone monophasé est très fréquent chez les machines d’entrée et moyen de gamme. Elle est faite pour un usinage pas très compliqué et moins intense, donc c’est le type le plus approprié si le tour est destiné pour une utilisation occasionnelle, et aussi pour les débutants.

Quant à la motorisation asynchrone triphasée, elle est beaucoup plus fiable mais aussi plus puissante. La plupart des tours à métaux qui fonctionnent avec ce type de motorisation disposent un variateur de fréquence, donc elle convient bien aux professionnels. De plus, elle est destinée pour un usage plus intense, mais le seul inconvénient est le fait que les machines qui l’utilisent sont plus chères.

En quelques mots, le choix du type de motorisation doit se faire en fonction du travail que vous allez réaliser, et également suivant votre budget. Si vous comptez l’utiliser pour l’usinage de quelques petites pièces seulement, un modèle avec une motorisation asynchrone monophasé et pas trop lourd suffit. Par-contre, si c’est un travail beaucoup plus important, il vous faut un tour à métaux qui utilise une motorisation asynchrone triphasé.

Sa puissance, sa vitesse et son poids

Exprimée en Watt, la puissance définie la capacité du tour à métaux à usiner un objet. Vous devriez la choisir suivant vos besoins, et elle peut aller de 400 W jusqu’à plus de 5000 W. Dans ce cas, si vous êtes un particulier qui veut tourner quelques pièces métalliques pour faire des maquettes par exemple, une puissance de 400 à 500 W suffit. Cependant, si c’est une industrie qui travaille particulièrement sur l’usinage des métaux, plus elle est élevée, mieux ce sera.

Pour la vitesse de rotation du tour,  elle est exprimée en tour par minute (tr/min). On peut trouver des machines qui n’offrent qu’une seule vitesse (constante), tandis que d’autres proposent une vitesse variable (6 degrés de vitesse au minimum). Alors, le mieux est de choisir celui qui est doté d’un variateur de vitesse, comme ça, vous pourriez ajuster sa vitesse selon vos besoins et en fonction de la pièce à usiner. En général, elle varie de 50 à plus de 3000 tr/min.

Et en ce qui concerne le poids du tour à métaux, il est de 22 à 1700 kg.

Le diamètre de tournage

Le diamètre de tournage, appelé encore diamètre optimal d’usinage est aussi un point à ne pas négliger lors de l’achat d’un tour à métaux,  et vous devriez le choisir en fonction de votre niveau. 200 mm est largement suffisant pour les débutants, et plus de 200 mm pour les professionnels.

La distance entre pointe

La distance entre pointes désigne l’espacement entre le mandrin et la contrepointe. Son choix dépend bien évidemment de votre niveau dans l’utilisation du tour à métaux. Alors, si vous êtes un débutant, le mieux est que vous choisissez une distance entre pointes de 400 mm, et si vous êtes un vrai pro, il faut qu’elle soit 1500 mm au minimum.

Les fonctionnalités qu’il propose

Pour simplifier encore plus votre tâche, il vaut mieux que vous choisissez un tour à métaux qui propose de nombreuses fonctionnalités. Voici donc quelques exemples de fonction que vous pouvez trouver sur cette machine-outil :

  • La capacité du tour à tourner dans deux sens différents, c’est-à-dire à gauche et à L’avantage avec ça est que vous pourriez choisir le sens de la machine en fonction du travail à réaliser.
  • Le mode « Avance automatique» pour le charriot qui se fait dans tous les sens : vertical, transversal et longitudinal.
  • La possibilité d’orienter le mandrin pour que vous puissiez faire des coupes sous forme de cône. C’est aussi très important car cette fonction vous permettra de pratiquer différentes sortes de découpe.
  • La capacité de la machine à réaliser d’autres tâches sur la pièce à usiner à part le tournage. On trouve par exemple des tours à métaux qui peuvent être utilisé pour faire un perçage, un ponçage, de l’alésage, du centrage, et bien d’autres encore. Dans ce cas, il est accompagné par quelques accessoires qui sont destinés pour ces types de travail lors de son achat. Alors, si vous choisissez une machine de ce genre, n’oubliez pas de vérifier les accessoires fournis.
  • La présence d’un dispositif de marche-arrêt détachable qui se fixe sur le tour par le biais d’un aimant, et vous pouvez l’utiliser quand vous le souhaitez.
  • La présence d’un bouton d’arrêt d’urgence au cas où il est nécessaire d’arrêter rapidement la machine, et cela offre plus de sécurité.
  • La présence du système anti-démarrage qui évitera le démarrage accidentel du tour.
  • La présence d’un écran digital qui vous permettra de visualiser les informations utiles lors de l’utilisation du tour, comme la vitesse de rotation.
  • La présence d’un bac qui sert à récupérer les copeaux. Ce dernier simplifiera encore plus votre travail car vous ne serez plus obligé de faire le nettoyage après le travail.

Nous vous conseillons alors de focaliser votre choix sur une machine qui vous offre le maximum de fonctionnalités.c’est pour cette raison que nous allons vous donner des critères qui vous permettront de faire le bon choix.

En guise de conclusion, le tour à métaux sert à priori à usiner des objets solides, tels que les métaux. Mais selon les fonctionnalités qu’il propose, il peut faire d’autres travaux comme le perçage, l’alésage, etc. Il faut donc que vous le choisissez en fonction de vos besoins, et vous venez de voir les 5 critères qui vous aideront à bien le choisir.

7 conseils pour rafraîchir son intérieur sans se ruiner

conseils pour rafraîchir son intérieur sans se ruiner

La saison estivale est très agréable, mais elle peut devenir le pire moment de l’année si la température est trop élevée ou s’il y a une canicule. Et lorsque la chaleur augmente, elle peut devenir insupportable, surtout à l’intérieur de la maison. Mais heureusement qu’il y a plusieurs façons de rafraichir chaque pièce de la maison sans utiliser un climatiseur. Alors, si vous n’avez pas le moyen d’acheter cet appareil, voici 7 conseils très pratiques qui vous aideront à donner de la fraicheur dans votre demeure.

1-  Utiliser un ventilateur et une bouteille d’eau glacée

A part le climatiseur, le rafraichisseur d’air a toujours été notre meilleur allié lors de la saison chaude de l’année. Mais malheureusement, il peut être inefficace lorsque la chaleur est très forte, alors, c’est encore mieux si vous y ajoutez une petite touche personnelle. Dans ce cas, il vous faut une bouteille d’eau glacée, ou une cuvette plein de glaçons, ou encore un récipient rempli d’eau glacé. Le but ici est de propager de l’air frais ou humide dans toute la pièce, donc vous devriez le placer devant le ventilateur. Avec ça, vous aurez l’opportunité de bien profiter d’un air bien frais même s’il fait trop chaud.

Et si vous n’avez pas de ventilateur chez vous, placer des bassines d’eau froide sur le sol de chaque pièce de votre maison. Elles donneront également beaucoup de fraicheur là-dedans afin de réduire la chaleur.

2-  Mettre des plantes dans la maison

Les plantes vertes vous seront aussi très utiles quand la température est devenue insupportable. Elles vont libérer de la vapeur d’eau dans l’air et cela donne plus de fraicheur dans votre logement. Alors, si vous voulez transformer l’intérieur de votre maison en petit jardin rempli de végétaux verts, ce n’est pas grave. Il faut juste que vous les arrosiez très souvent, surtout avant de vous coucher pour qu’ils puissent vous fournir davantage d’air bien frais toute la nuit. Et c’est encore mieux si ces dernières ont des feuilles plus larges.

Cependant, n’oubliez pas que les plantes dégagent aussi du gaz carbonique la nuit, donc il vaut mieux que vous laissiez les fenêtres ouvertes pour les expulser à l’extérieur de votre maison, surtout si c’est dans votre chambre à coucher.

3-  Humidifier le plancher

Asperger le sol est également une autre manière de rafraichir l’intérieur de la maison, surtout si c’est en carreaux.  Dans ce cas, il faut que vous humidifiiez le plancher avec une serpillère imbibée d’eau, surtout au-dessous des fenêtres, et ce dernier va refroidir l’air environnant par évaporation. Mais ce n’est pas tout, le sol humide absorbera aussi la chaleur et c’est le plus fascinant. Alors, il faut que vous recommenciez l’opération dès que vous ressentez que la chaleur monte de nouveau.

Et si votre maison a une terrasse, n’oubliez pas d’y répandre de l’eau très souvent pour diminuer la température.

4- Mettre des linges humides aux fenêtres

Les linges mouillés peuvent aussi vous aider quand il s’agit de refroidir l’air qui circule dans la maison. Si vous placez ces derniers devant vos fenêtres, ils vont s’évaporer pour absorber ensuite la chaleur et cela rafraichira rapidement la pièce. Par-contre, nous tenons à vous préciser que les serviettes mouillées donnent un look pas très esthétique à votre maison mais c’est très pratique et très efficace, surtout s’il y a une canicule. Mais si vous n’aimez pas trop l’idée de mettre des draps ou serviettes aspergés devant les fenêtres, mouillez juste les rideaux.

Vous devriez aussi savoir que s’il fait trop chaud, ces derniers vont se sécher rapidement, donc vous devriez les mouiller fréquemment.

5- Laisser les fenêtres ouvertes la nuit

Durant la nuit, il fait un peu frais à l’extérieur, donc profitez-en pour faire entrer un peu de fraicheur chez vous. Alors, c’est bien si vous laissez les fenêtres grandes ouvertes la nuit. Et si la lumière risque de vous gêner, tirez tout simplement le rideau.

Mais si vous ne voulez pas les ouvrir la nuit en raison de sécurité, vous pouvez le faire très tôt le matin, par exemple à partir de 3h ou 4h, ou encore au tombée de la nuit si vous vous couchez tard (à partir de 20h).

Cependant, sachez que durant toute la journée, il y a plus de chaleur à l’extérieur qu’à l’intérieur. Evitez alors d’ouvrir la fenêtre si possible, et fermez également les rideaux pour empêcher les rayons UV de pénétrer chez vous.

6- Etaler les linges à l’intérieur

Cette petite astuce peut aussi vous aider à atténuer la chaleur lors de la saison très chaude de l’année. En fait, si vous venez de faire la lessive, étalez les linges à l’intérieur même si le séchage sera plus rapide à l’extérieur.  Comme dans le cas des serviettes humides placées sur les fenêtres, ils vont enclencher le phénomène d’évaporation afin de diminuer rapidement la température à l’intérieur de la pièce.

7- Utiliser des ampoules LED

Si vous l’ignorez encore, les ampoules (surtout les halogènes) peuvent aussi augmenter la chaleur à l’intérieur de la maison. Dans ce cas, nous vous conseillons d’utiliser des ampoules LED ou Diode Electroluminescente car ces derniers ne chauffent pas, c’est-à-dire restent froids, même si on les allume pendant des heures.

Les LED vous aideront également à économiser de l’argent puisqu’ils ne consomment que peu d’énergie. Alors, à part le fait qu’ils n’augmentent pas la température, ils sont très avantageux sur le côté économique.

Gardez donc vos ampoules halogènes pour la saison hivernale car ils pourront bien vous réchauffer pendant cette période, et n’utilisez que des ampoules LED lors de la saison estivale. Mais au cas où vous souhaitez toujours utiliser les types halogènes, il vaut mieux que vous évitiez d’allumer tous les ampoules de votre maison en même temps car cela ne fera qu’augmenter davantage la température.

En guise de conclusion, il est tout à fait possible de rafraichir l’intérieur de la maison sans se ruiner, c’est-à-dire sans investir pour un climatiseur de haute qualité. Et à part les astuces citées ci-dessus, éteignez vos appareils électroménagers car ils pourront aussi accroître la chaleur s’ils sont en veille. Nous espérons alors que désormais, vous saurez quoi faire quand le temps fait trop chaud.

Entretien de la maison : 5 astuces pour nettoyer sa maison

astuces pour nettoyer sa maison

Chaque pièce de la maison doit être bien entretenue même si on travaille tous les jours et qu’on ne peut faire le ménage qu’une fois par semaine. Pour cela, il y a beaucoup de tâches à faire qu’on ne sait plus par où commencer. Alors, pour vous aider à réaliser rapidement le nettoyage de chaque pièce de votre maison, voici quelques astuces très pratiques qui vous aideront à gagner du temps.

Les chambres

Le nettoyage et le rangement des chambres est l’une des tâches qui requiert beaucoup de temps  quand il s’agit d’entretenir sa maison. Voici donc quelques conseils qui vous seront très utiles pour bien ranger vos chambres.

  • Nettoyer les draps et le matelas

Il n’y a rien de plus agréable que de dormir sur un lit couvert par un drap bien propre et qui sent bon. Alors, il faut que vous laviez le drap ainsi que les taies des oreillers et les couettes régulièrement à température élevée afin de se débarrasser des acariens et des bactéries.

Il faut également que vous nettoyiez le matelas, par exemple une fois par semaine. Pour le faire vite, dispersez du bicarbonate de soude  sur le matelas et donnez-lui le temps d’agir pendant 1h. Nettoyez le tout avec un aspirateur, et c’est fini !

  • Epousseter les meubles

N’oubliez pas non plus de passer un coup de chiffon sur les meubles pour enlever les poussières et les saletés avec un torchon bien propre.

  • Nettoyer les abat-jours

Même si on ne les nettoie pas tous les jours, les abat-jours ont aussi besoin d’un entretien particulier.

Pour un abat-jour en tissu, enlevez les poussières avec un chiffon, et ajoutez un peu d’eau savonneuse si les saletés sont persistantes. Vous pouvez aussi utilisez une brosse collante pour les enlever.

Pour un abat-jour en plastique, il vous faut un chiffon sec s’il n’y a que des poussières, et une éponge aspergée d’eau savonneuse s’il y a des taches persistantes.

Pour un abat-jour métallique, faites la même chose qu’avec celui en plastique mais couronnez le tout avec un torchon microfibre pour le rendre plus brillant.

Et pour un abat-jour fait en papier, utilisez une brosse attrape-poil pour ôter les poussières pour ne pas le déchirer.

  • Bien ranger les linges

Vous devriez à priori trier les linges, c’est-à-dire mettre ceux qui sont sales dans la buanderie et ranger ceux qui sont propre dans l’armoire. Et pour gagner du temps, profitez de ranger les linges propres en attendant que la lessive soit fini.

  • Le nettoyage des sols

Une fois que tout est bien en ordre, passez un coup de balais, ou d’aspirateur, ou encore de serpillière sur le sol des chambres pour le rendre bien propre et brillant. Faites-le quand toute la chambre est bien ranger pour éviter qu’il y ait encore des saletés qui pourront le salir.

La cuisine

Une fois que vous avez terminé de ranger les chambres, passez au nettoyage de la cuisine, et commencez par  les ustensiles difficiles à nettoyer comme le lave-vaisselle, le four, etc., et terminez par le triage des aliments dans le réfrigérateur, le nettoyage du sol et les restes.

  • Le lave-vaisselle 

Pour rendre votre lave-vaisselle comme neuf, versez 2 tasses de vinaigre blanc au fond de ce dernier et tournez-le à vide en sélectionnant le mode le plus chaud. Vous allez voir qu’il redeviendra très brillant et bien propre.

  • Le four

Si votre four est encrassé, versez du bicarbonate de soude sur la partie encrassée, puis, mouillez-la avec un peu d’eau. Laissez-le agir pendant la nuit, donc le mieux est que vous fassiez cette tâche la veille du jour de nettoyage. Utilisez ensuite une spatule pour le nettoyer le matin, et rincez le tout avec une éponge mouillée.

  • L’évier et le plan de travail

Pour nettoyer rapidement l’évier qui a des tartres et le plan de travail, versez un peu de vinaigre blanc sur l’éponge et vous verrez que tout deviendra très brillant en un rien de temps.

  • La planche à découper

Si votre planche à découper est très sale, mettez-y du bicarbonate de soude et attendez 5 minutes avant d’y verser un peu de sel. Puis, prenez un demi-citron et frottez la planche avec ça. Et pour couronner le tout, rincez-la avec de l’eau et c’est fini.

La salle de bain

Pour les carrelages encrassées, utilisez une éponge aspergée de vinaigre blanc pour les laver, puis une éponge imbibée d’eau, et terminez le nettoyage avec un chiffon sec.

Pour les joints de carrelage noircis, vous pouvez utiliser un mélange de  bicarbonate de soude et du jus de citron. Mettez-le sur les joints et attendez 5 minutes avant de les frotter et de les rincer avec de l’eau.

Pour les robinets, le citron ou le glycérine sont très pratiques pour les rendre très brillant rapidement. Vous devriez juste frotter le robinet avec un demi-citron, ou avec un chiffon trempé de quelques gouttes de glycérine avant de le rincer avec de l’eau.

Terminez le tout avec le nettoyage du sol avec une balai serpillière .

Les vitres

Le nettoyage des vitres est aussi une tâche fastidieuse mais heureusement qu’il y a une manière de le faire très vite. Dans ce cas, il vous faut seulement un papier journal et un peu d’eau. Mouillez la vitre avec un peu d’eau et frottez-le ensuite avec le papier journal froissé, et c’est tout.

Le WC

La dernière chose que vous devriez faire est de rendre bien propre le WC pour éviter les mauvaises odeurs. S’il y a des tartres sur la cuvette, utilisez du vinaigre blanc ou du bicarbonate de soude pour s’en débarrasser. Pour cela, chassez l’eau qui se trouve dans la cuvette avec la brosse à WC avant de mettre du vinaigre blanc chaud ou deux cuillères à soupe de bicarbonate de soude là-dedans. Laissez-le agir pendant la nuit avant de le frotter et de le rincer avec de l’eau.

 

Pour conclure, on ne doit en aucun cas négliger l’entretien de la maison même si notre emploi du temps est bien chargé. Vous venez de voir qu’il y a plusieurs manières de faire les tâches ménagères rapidement, alors n’hésitez pas à pratiquer les petites astuces précédentes pour gagner du temps.

Comment éviter les erreurs lors du ponçage ?

5 conseils pour mieux poncer avec une ponceuse orbitale

Si vous voulez renouveler un meuble, ou recolorer un mur, ou renouveler le revêtement du sol de votre maison, le ponçage est inévitable. Certes, il est fatiguant et pénible avec les poussières dégagés mais il faut le faire si on veut obtenir un bon résultat. C’est également un travail qui nécessite un savoir-faire pour ne pas commettre des erreurs. Nous allons donc vous donner dans cet article quelques conseils qui vous aideront à éviter les erreurs durant le ponçage.

Se munir de la bonne ponceuse

Pour que vous puissiez réaliser un ponçage parfait, il vous faut une ponceuse performante qui convient au type de ponçage à faire. Alors, si vous n’avez pas encore de ponceuse chez vous et que vous souhaitez en acheter une, nous vous conseillons de choisir une ponceuse qui pourra vous offrir une prise en main facile et confortable.

Et comme on vient de mentionner ci-dessus, vous devriez le choisir en fonction du travail que vous allez réaliser, plus précisément en fonction de la surface à polir. Voici donc les différents types de ponceuse qui existe en ce moment sur le marché :

  • La ponceuse vibrante: utilise un système de rotation très rapide et accompli un ponçage homogène et sans écorchure, donc idéale pour poncer une grande surface.
  • La ponceuse à bande: dispose deux rouleaux parallèles qui servent de fixation pour la bande abrasive. Elle est destinée pour des grands travaux de dégrossissage avec sa puissance élevée. Cependant, il faut la manier avec prudence pour ne pas endommager la surface à polir.(plus de détails ici )
  • La ponceuse orbitale: convient également aux surfaces grossiers et aussi pour réaliser une semi-finition.( notre guide pour bien choisir la meilleure )
  • La ponceuse excentrique: polyvalent avec sa semelle souple faite en caoutchouc, donc elle convient à tous types de surface (bombée, grossière, plane, etc.) et à de nombreux types de ponçage (ponçage de meuble, plâtre, mur, etc.).
  • La ponceuse d’angle: dispose une tête pointue et des semelles  bien adaptées qui lui permettent de poncer tous les coins ou angles difficiles à accéder, tout comme son nom l’indique. Elle peut aussi réaliser des travaux très fins.
  • La ponceuse girafe: muni d’une manche télescopique, d’une tête rabattable et d’un cou à longueur varié. Elle est donc faite pour le ponçage en hauteur, par exemple le ponçage de plafonds, du haut d’un mur, etc.

A part ça, ne négligez pas les détails techniques lors de l’achat de votre ponceuse car la performance de l’appareil en dépend. Dans ce cas, n’oubliez pas de jeter un œil sur son mode d’alimentation (pneumatique, ou électrique, ou sans fil), le système d’aspiration qu’elle utilise, si elle a un variateur de vitesse ou non, si elle est dotée d’un système anti-vibration ou non, son poids, la puissance de son moteur, le confort qu’elle offre, et enfin si les pièces de rechange sont faciles à trouver ou pas.

Tous ces critères sont très importants car si la qualité de la ponceuse est mauvaise, vous aurez du mal à finir le ponçage et les erreurs lors du travail seront inévitables.

Ne pas négliger la sécurité

Avant tout, vous devriez vérifier que l’endroit où vous allez réaliser le ponçage est bien aéré et c’est très important car c’est votre santé qui est en jeu. Des particules nocives à la santé et des poussières seront dégagées lors du ponçage, donc il faut que vous portiez un masque pour vous protéger de ces derniers, sans oublier les lunettes de protection pour vos yeux. Il faut également que vous portiez des gants bien épais pour protéger vos mains des blessures.

Bien respecter les étapes du ponçage

Quel que soit  le type de ponçage que vous allez réaliser et quel que soit le type de surface à poncer, vous ne devriez pas bruler les étapes pour ne pas compliquer la tâche. Alors, en premier lieu, vous devriez couvrir les meubles et tous ceux qui trouvent dans la salle avec une bâche ou un drap si vous allez faire le ponçage dans la maison.

Ensuite, il faut que vous nettoyiez la surface à polir pour simplifier encore plus le travail et assurez qu’il n’y a aucun objet qui risque de coincer ou abîmer l’appareil là-dessus (des clous, les vis, des écrous, etc.). N’oubliez pas de fixer la surface à polir avec un serre-joint par exemple pour l’empêcher de bouger. Vérifiez aussi si la bande abrasive est en bonne état, et si elle est bien fixée ou non. Vérifiez également si l’appareil est bien au point ou pas.

Une fois que tout est réglo, commencez le polissage par les parties difficiles à accéder qui nécessitent un travail soigneux et qui va demander un peu plus de temps. Si la machine ne peut pas y accéder, vous devriez le faire manuellement. Juste un petit conseil,  choisissez la vitesse de ponçage de l’appareil en fonction de l’aspect de la surface à polir. Par exemple, si vous poncez un objet moins solide, une vitesse moyenne suffit pour ne pas l’endommager. Par-contre, si l’objet à poncer est très solide, comme les métaux, sélectionnez une vitesse plus élevée car il le supporte très bien.

Gardez la ponceuse bien à plat et en contact avec la surface à poncer tout au long du ponçage afin d’éviter les erreurs qui pourront l’abîmer. Il faut aussi que vous utilisiez les grains plus gros au début, et des grains plus fins pour la finition.

A part ça, il faut que vous mainteniez l’appareil légèrement, c’est-à-dire, évitez d’appuyer trop fort sur la ponceuse, sinon vous risquerez de mettre des trous sur la surface à polir. Dans ce cas, l’idéal est que vous laissiez la ponceuse  guider vos mains car cela va réduire encore plus les erreurs de ponçage. Et si vous polissez du bois, le mieux est que vous le faites suivant la direction du fil.

Et pour couronner le tout, ne prenez pas à la légère l’entretien de votre ponceuse. De ce fait, vous devriez changer les accessoires de ponçage (bande abrasive, etc.) quand il le faut, et vérifier régulièrement l’état des différentes pièces qui la constituent.

Pour conclure, les erreurs de ponçage seront évitées facilement si vous saurez manipuler votre appareil et si vous utilisez une ponceuse de bonne qualité. Alors, si vous voulez réaliser un ponçage rapide et sans erreur, n’hésitez pas à suivre les conseils que nous avons donné ci-dessus.

Savez-vous choisir correctement une élagueuse thermique ?

choisir correctement une élagueuse thermique

Afin que vos arbres soient en bonne santé, il s’avère nécessaire de les élaguer le plus souvent. Cette tâche consiste à les débarrasser des branches inutiles. Ces dernières les empêchent souvent de s’épanouir. Pour mener à bien l’opération, équipez-vous d’une machine spéciale et performante comme une élagueuse thermique. Pour choisir le modèle idéal, la rédaction détaille les différents critères de sélection à prendre en compte. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, parlons d’abord des informations importantes à retenir sur ce dispositif.

À quoi sert exactement une élagueuse thermique ?

Cet appareil constitue votre meilleur allié lors de l’entretien de vos haies. Il vous permet de tailler les arbres ou arbustes depuis le sol sans difficulté. Presque tous les modèles fonctionnent au moyen d’un moteur à essence. Ce matériel de jardinage se fait remarquer également de sa puissance de coupe. Performant, il est en mesure d’élaguer n’importe quel arbre de grandes dimensions. L’équipement promet toujours un travail de qualité.

Ce genre d’appareil peut être considéré comme un dispositif polyvalent. Il ne sert pas uniquement pour élaguer, malgré son appellation. Il constitue aussi l’outil idéal pour couper les bois. Bien entendu, la machine produit du bruit. En dépit de cette situation, elle garantit quand même un confort d’usage optimal.

Elle est particulièrement appréciée pour sa simplicité d’utilisation. Même si elle figure parmi les matériels de jardinage les plus performants, elle n’est pas seulement réservée aux professionnels. L’appareil répond très bien aux besoins des particuliers. Facile à régler, il peut être manié avec une seule main. En conséquence, l’autre est libre pour agripper les rameaux.

Performance

Tout comme l’achat d’autres appareils de jardinage, il s’avère important de prêter attention particulièrement sur la performance du matériel. L’acquisition d’un article inopérant se définit comme un véritable gaspillage. Il ne fait qu’à encombrer votre atelier. Pour éviter ce souci, analysez profondément la puissance de son moteur.

Une turbine de qualité supérieure est en mesure de couper efficacement et aisément les branches. Nous vous conseillons de chercher un modèle à partir de 900 W. Si le vôtre se situe au-dessous de cette valeur, n’espérez pas qu’il vous promette un miracle de vous offrir d’excellents résultats. Certes, ce genre d’exemplaire économise plus d’énergie. Toutefois, il peut répondre à tous vos besoins pour entretenir votre espace vert.

Afin d’assurer la performance de votre élagueuse, prenez en considération sa longueur de coupe. Cette dernière contribue beaucoup à son efficacité. Elle peut atteindre jusqu’à 25 cm pour les modèles les plus vendus. De même, renseignez-vous sur les vitesses de la machine. Pour un usage accru, il est préférable de privilégier les articles à plusieurs vitesses. Ils vous offrent de multiples opportunités pour régler votre matériel.

Matériaux de fabrication

Ce paramètre ne doit pas être négligé lors de votre analyse avant l’achat d’une élagueuse thermique. Il assure la durabilité de l’équipement. Plus sa composition est de qualité, plus il assume ses rôles pendant de multiples années. Dans cette logique, un exemplaire conçu avec de mauvais matériaux n’est pas en mesure de satisfaire vos besoins pendant longtemps. Si vous désirez donc faire un bon investissement à long terme, réalisez une étude approfondie sur ce sujet.

Disons que vous trouvez le modèle capable de répondre à cette condition. Toutefois, vous apercevez que la qualité de son assemblage n’est pas au rendez-vous. Nous vous conseillons d’orienter votre choix vers d’autres articles, puisqu’il ne garantit pas votre sécurité. Ces deux points doivent être ainsi bien examinés ensemble pour faire un excellent choix.

Les fonctionnalités et options supplémentaires

Comparées à la concurrence, les élagueuses thermiques sont considérées comme les plus performantes. Toutefois, certains articles peuvent s’avérer plus intéressants par rapport à d’autres, grâce aux diverses options proposées. Si vous misez à titre d’exemple sur le confort pour trouver le bon produit, vous dénichez un exemplaire doté d’un système anti vibration. Cette technologie rend son utilisation agréable.

D’autres références sont livrées avec d’innombrables accessoires pratiques. Nous vous conseillons pareillement de les privilégier. Ils vous empêchent d’acquérir séparément ces différents éléments. Parmi les modèles les plus vendus, ceux qui sont fournis avec un guide ou des chaînes de rechange gagnent l’admiration des acheteurs. De même, ces derniers apprécient les produits livrés avec une housse de transport. Celle-ci accentue le côté pratique de l’élagueuse. Elle simplifie beaucoup son rangement et son déplacement.

Confort

Pour trouver un produit confortable, renseignez-vous sur son poids. Un modèle lourd complique la manipulation. De plus, il requiert une force physique importante lors de la coupe des branches. Par contre, une élagueuse légère est simple à soulever. On vous propose de préférer un spécimen de 3 à 4 kg. En revanche, nous vous déconseillons de prendre une tronçonneuse élagueuse de 10 kg notamment à un usage fréquent. Cela vous épuise énormément et procure simultanément une mauvaise maniabilité.

En ce qui concerne le côté sécurité, il n’y a rien de mieux que d’opter pour un exemplaire bien équilibré. Avec ce genre de produit, il ne bascule pas vers l’arrière ou l’avant. Privilégiez également un article ergonomique. Il vous promet une excellente prise en main. Cette caractéristique optimise son confort d’utilisation.

Différents types des élagueuses

Il existe de multiples catégories d’élagueuses au marché. Chaque modèle dispose de ses caractéristiques spécifiques. L’élagueuse électrique fonctionne avec un moteur électrique. Elle est obligatoirement branchée sur une prise de secteur pour se mettre en marche. En ce sens, la machine doit se trouver près de l’habitation pour être reliée à une prise en permanence. Quoi qu’il en soit, elle garantit aussi un confort d’usage optimal. Comme elle est moins bruyante, son utilisation ne vous lasse pas.

Quant à l’élagueuse télescopique, elle vous permet de tailler les troncs d’arbres peu épais qui se situent en hauteur. Avec sa structure télescopique, elle vous aide à entretenir votre espace vert en moins de rien et en toute sécurité. Les résultats de coupe sont souvent satisfaisants malgré la difficulté du travail.

Si vous cherchez une élagueuse plus performante, rien n’égale à un modèle thermique. Il est capable de tailler les grands arbustes. Définissez vos besoins à l’avance et optez uniquement pour un spécimen qui répond à tous vos besoins.

Temps de recharge d’un groupe électrogène ? Comment bien choisir

Ce qu’il faut savoir sur son temps de recharge

Le groupe électrogène s’utilise de manière différente. Généralement, il sert à fournir du courant électrique en toute autonomie. Dans la majorité des cas, cette machine vole à votre secours lors des coupures réseau. Elle est également d’une grande aide dans les zones privées d’alimentation ou éloignées du réseau. Avant son acquisition, les acheteurs se demandent toujours sur son temps de rechargement. C’est pourquoi la rédaction va commencer sur ce propos.

Ce qu’il faut savoir sur son temps de recharge

À titre informatif, il s’avère nécessaire de signaler que cette durée dépend notamment de la qualité du dispositif. Un modèle de bonne facture n’est pas seulement performant. Il facilite pareillement votre vie au cours du rechargement de l’équipement. En ce sens, il est vivement recommandé de privilégier un article de gamme si vous faites partie des usagers toujours pressés.

Il faut savoir qu’un groupe électrogène requiert une maintenance régulière. Un matériel bien entretenu n’est pas seulement avantageux sur la consommation électrique. Cela influe aussi sur la durée de son rechargement. De ce fait, tâchez d’en prendre en soin de manière fréquente pour conserver toutes ses qualités marquantes. Si vous n’en disposez pas encore, il est temps d’en acheter un. Voici les différents critères de sélection à tenir compte :

Les types de groupes électrogènes

Il existe 3 catégories de groupes électrogènes. Les modèles à essence sont considérés comme parmi les plus polyvalents. Ils peuvent vous dépanner en cas de coupure du courant électrique à la maison. Ils sont aussi d’une grande aide lors de vos travaux de bricolage ou tout autre déploiement domestique. Généralement, leur puissance se situe entre 1,5 à 6 Kw. Ils sont agréables à utiliser, grâce à leur faible nuisance sonore et leur compacité.

Pour les exemplaires diesel, ils sont parfaits pour un usage en chantier. Comme ils sont très bruyants, ils constituent une mauvaise alternative pour un usage domestique. Par contre, le matériel gagne l’admiration des professionnels. Grâce à leur performance, ils répondent très bien à leurs besoins. En comparaison avec l’article précédemment cité, leur puissance peut paraitre plus élevée qui peut atteindre jusqu’à plusieurs milliers.

Quant aux groupes électrogènes silencieux, ils se font remarquer par leur conception spécifique. Ce genre de machine est enfermé dans un caisson spécial afin de minimiser au maximum les bruits. Généralement, son niveau sonore ne dépasse pas les 90 Db. De ce fait, ce modèle peut être considéré comme le plus confortable. Mieux encore, il présente un encombrement réduit. Son poids plume accentue son côté pratique.

Quoi qu’il en soit, tout dépend de vos budgets et besoins. Chaque exemplaire de groupe électrogène détient ses propres avantages et inconvénients. Optez pour un guide qui est capable de répondre a vos attentes.

L’utilisation

Afin de dénicher un bon produit, choisissez-le en fonction de vos besoins. Si la motivation de votre acquisition consiste à secourir votre alimentation électrique chez vous, optez pour un modèle à essence 4 temps. Il vous aide beaucoup lors des coupures de réseau récurrentes. Un matériel avec une puissance de 3000 W est parfait pour assumer ce rôle. Privilégiez un spécimen à démarrage manuel pour plus de praticité.

Si votre but est de bénéficier de l’électricité à chaque sortie, misez sur un article portatif insonorisé. Ce dernier vous permet de faire usage correctement de votre téléviseur, cafetière, tablette ou smartphone, comme à la maison. De même, le rechargement des batteries s’effectue sans difficulté même si vous vous retrouvez en plein désert. Ce genre de groupe présente une puissance de 2000 W, c’est largement suffisant pour une utilisation ponctuelle.

Certains professionnels sont en quête d’un groupe électrogène pour fournir du courant électrique lors des travaux sur le chantier. Ils sont conseillés d’orienter leur choix vers un article fiable et performant de 10 kW au minimum. Favorisez les produits qui vous permettent de contrôler la température d’huile moteur. Grâce à ce système de sécurité, ils s’arrêteront volontairement.

La praticité et le confort d’usage

Ces deux points sont interdépendants pour rendre l’utilisation de l’équipement plus agréable. Si le matériel est destiné pour être déplacé fréquemment, vous devez prendre en compte particulièrement de son poids. Un modèle pesant n’est pas très pratique lors des promenades ou des randonnées. Il faut dénicher un article portatif et surtout peu encombrant. Un spécimen moins de 15 kg fera l’affaire. Généralement, un dispositif compact s’accompagne dans la majorité des cas d’une faible puissance. Au cours d’un usage à l’extérieur, vous n’avez pas besoin d’un groupe ultra performant pour fournir de l’électricité. En ce sens, même si la puissance du modèle n’est pas élevée, il peut toujours répondre à tous les besoins.

En ce qui concerne le confort d’utilisation, ce paramètre est souvent défini par les nuisances sonores que produit le matériel. Un exemplaire bruyant dérange certainement le propriétaire, mais aussi son entourage. Il n’est pas la meilleure option pour une manœuvre à la maison. Renseignez-vous également sur son ergonomie. Ce critère détermine pareillement le côté confort. Il n’y a rien de plus agréable à manipuler qu’un spécimen avec une bonne prise en main.

La puissance et le mode de démarrage

Il s’agit d’un critère important lors de la sélection d’un groupe électrogène. On analyse plus particulièrement ici la puissance de sortie, mais non pas celle du moteur thermique. Pour pouvoir définir ce paramètre, il s’avère essentiel de répertorier tous les outils et accessoires que vous alimentez et raccordez avec le matériel. C’est en fonction de la valeur obtenue que vous déterminerez le modèle de votre choix. De même, il ne faut pas oublier d’introduire dans cette étude la puissance nécessaire lors du  démarrage. Cette action dépense aussi une quantité importante de courant électrique.

À propos du mode de démarrage, vous avez le choix entre le procédé manuel et celui électrique. Si vous vous en servez de manière occasionnelle, vous pouvez privilégier un lanceur manuel. En revanche, si le matériel doit être utilisé très souvent, un démarreur électrique constitue une excellente option. Certes, cette deuxième alternative reste plus confortable. Toutefois, on constate la différence de prix entre les deux. Un article avec un mode de démarrage électrique coûte plus cher.

Comment installer votre visiophone ?

Comment installer votre Visiophone

Face à l’insécurité dans la société actuelle, bon nombre de foyers s’équipent d’un visiophone. Cet appareil connaît un essor remarquable au marché ces derniers temps, grâce à ses nombreux avantages. Avant d’entrer dans le vif du sujet, il s’avère nécessaire de détailler les essentiels à retenir sur ce dispositif.

À quoi sert exactement un visiophone ?

Tout comme les systèmes d’alarme ou les caméras, le visiophone constitue un outil idéal qui garantit la protection de votre maison. Il s’appuie sur le principe du fondement de l’interphone. L’équipement vous permet de communiquer avec les personnes souhaitant rentrer chez vous.

Son autre atout marquant consiste à vous offrir l’opportunité de voir directement cet individu. Encore appelé interphone vidéo, il peut être défini comme un système de contrôle d’accès jouant le même rôle que l’interphone audio. Certains modèles haut de gamme vous donnent la possibilité d’ajouter un digicode. Cela constitue une excellente idée pour renforcer la protection de vos biens.

Pour faire simple, ce matériel peut être considéré comme une grande innovation des sonnettes classiques. Il assume ainsi les tâches identiques, mais en vous apportant plus d’améliorations supplémentaires et quelques technologies intéressantes. Il n’est nul besoin de se déplacer pour voir la personne qui se trouve à l’extérieur. Le dispositif vous permet de vous communiquer à distance.

Conseils du montage

Vous savez maintenant en quoi le visiophone est indispensable à la maison. Vous êtes enfin convaincu de son importance. Mais le problème se pose, puisque vous n’êtes pas doué sur son montage. Ne vous paniquez pas. À tout souci correspond une solution concrète. Voici quelques points essentiels à retenir pour mener à bien son installation :

À titre informatif, à noter que ce dispositif est composé de deux pièces différentes. Vous avez à votre disposition un moniteur intérieur et une platine de rue. Le premier se dote d’un écran sur lequel l’image du visage de votre visiteur est diffusée. Quant au deuxième, il filme sa présence et renvoie les données sur le moniteur.

Quand vous acquérez ce genre de matériel, vous trouvez dans l’emballage ces deux éléments, l’adaptateur électrique, la clé, la visserie et la visière de protection. Son raccordement électrique se réalise au moyen du câble de 0,75 mm² à 1 mm². Vous pouvez alimenter le moniteur à l’aide de l’adaptateur livré dans le paquet. Quant à la platine de rue, elle peut être branchée directement avec la serrure électrique ou la motorisation de portail pour activer l’ouverture.

En ce qui concerne le positionnement du moniteur intérieur, il doit se situer à 1,50 m du sol. Avec cette hauteur, il s’avère facile pour vos enfants de visualiser l’écran et voir le visiteur. Pour assurer sa fixation avec les vis, vous devez percer le mur à l’aide d’un matériel prévu pour cet effet.

C’est valable pour le cas de la platine, il faut la planter dans l’ouvrage de maçonnerie afin d’y enfoncer les vis et les chevilles fournies à l’achat. Sans doute, le câble d’alimentation doit être raccordé à cette pièce avant sa fixation. Son emplacement doit également se trouver près de 1,50 m de la terre. Dans la plupart du temps, elle est installée à côté la porte d’entrée.

Après la pose du visiophone, il est vivement recommandé de bien tester l’appareil. Cela vous permet de vérifier le problème de chaque câblage et la défaillance du système. Il est fort probable que l’article ait déjà des défauts de fabrication dès son acquisition. Vous devez dans ce cas consulter les constructeurs pour le remplacer.

Après l’essai, n’oubliez pas de renforcer la protection de tous les dispositifs à l’aide d’un joint de silicone transparent. Bien évidemment, ce type d’appareil est conçu pour supporter les intempéries. Il possède souvent un degré de protection IP 44. En dépit de cette situation, il n’y a rien de mieux que d’optimiser sa sécurité pour parer aux éventuels risques d’infiltration. Cet élément peut dévier les gouttes de pluie.

Conseils pour choisir le modèle idéal

Il existe présentement d’innombrables exemplaires de visiophone au marché. Si vous n’êtes pas très doué sur les caractéristiques techniques, vous tomberez probablement sur un mauvais produit. Pour que son acquisition soit un investissement réussi, quelques paramètres doivent être bien pris en considération visitez notre guide pour bien choisir le meilleur visiophone sans fil .

Premièrement, analysez la qualité de l’image de l’article. Certains spécimens s’équipent d’une lentille spéciale et des lumières LED infrarouges. Le but consiste à obtenir une meilleure image de jour comme de nuit. En ce sens, vous pouvez voir clairement la personne qui se trouve à l’extérieur même en pleine obscurité. D’autres se dotent d’un objectif orientable pour accroître le confort d’usage. Leur luminosité et leur contraste sont souvent réglables.

Ensuite, l’interface du produit doit être aussi bien étudiée. Lorsqu’elle est ergonomique et tactile, elle rend son utilisation plus agréable. Optez pour les produits avec une interface paramétrable. Cela vous aide à régler aisément le rétroéclairage, le volume, la qualité de l’image et bien d’autres. Presque les exemplaires de gamme se munissent d’une interface avec une double commande. Grâce à elle, non seulement vous dirigez le portail, mais aussi la serrure électrique.

Différents types de visiophone

On peut distinguer 3 catégories de visiophone au marché. Le modèle filaire reste le plus classique et moins coûteux. Son montage peut s’avérer un jeu d’enfant lorsque vous avez déjà une installation existante. La distance entre le moniteur intérieur et la platine de rue doit se situer aux environs de 100 m. Au-delà, il est possible que le signal diffusé soit un peu altéré.

Quant au produit sans fil, il ne sert pas de câble entre ces deux pièces cruciales du visiophone, comme son nom l’indique. Généralement, la communication s’effectue à l’aide de la modulation numérique. Contrairement à la transmission analogique, cette technique est plus fiable et moins perturbable.

Le dernier type de visiophone est l’exemplaire IP connecté au smartphone. Ce dispositif peut paraître plus innovant, grâce aux technologies intégrées. Malgré cela, il reste simple à utiliser. Il fonctionne souvent soit à l’aide de la platine seule, soit des fils. Pour trouver le modèle qui vous convient le mieux, il s’avère nécessaire de bien vous renseigner au préalable concernant ses principes de base.

5 solutions pour transporter une voiture

Transporter voiture

Nombreuses sont les raisons qui poussent les particuliers à contacter les entreprises de fret. Le transport de leurs véhicules est inévitable. Ils se perdent devant les multiples offres des différentes agences. En ce sens, ils ne savent plus lequel choisir. L’article vous récapitule les 5 meilleures alternatives pour acheminer votre voiture.

Par les camions

Cette option peut s’avérer plus rentable, car elle permet de réduire largement les coûts du transport. Néanmoins, il faut bien reconnaître qu’elle est quand même très risquée. Une semi-remorque est capable d’embarquer jusqu’à une trentaine de voitures. Vous pouvez imaginer ses longueurs et hauteurs avec ce genre de situation. Le tracteur peut atteindre jusqu’à des 20 mètres de long. Il s’équipe même des rallonges pour faciliter la tâche.

Certains tracteurs vous donnent la possibilité d’utiliser jusqu’à deux rangées des véhicules sur la partie supérieure. Il est donc évident qu’ils sont bien collés les uns aux autres. Effectivement, les déchargements ne sont pas une mince affaire avec cette situation.

En France comme chez certains pays européens, ce moyen de transport des automobiles est strictement interdit. C’est notamment en Chine que vous dénichez ces camions en pleine ville. Les étrangers sont souvent surpris de ce convoi et prennent même des photos.

Par Vert-a-Pac

Il s’agit d’un mode de transport ferroviaire très intéressant qui est utilisé par de multiples personnes. Cette méthode se sert d’un wagon spécifique qui accepte de nombreuses voitures en même temps. Pour gagner plus d’espace, elles sont placées debout dans un compartiment amovible particulier. Ces automobiles lèvent sur une rampe qui est inclinée à 45°. Grâce à cette position verticale, le wagon peut à cet effet accueillir jusqu’à 30 véhicules.

Vous vous demandez certainement les impacts sur le côté technique de cet emplacement. Vous vous souciez beaucoup sur les risques d’huile ou d’essence, les bouchons de réservoir et surtout les composants du moteur. Ne vous inquiétez surtout pas, les ingénieurs ont déjà pensé à vos tourments dès la conception de cette idée innovante. Il s’avère inutile de s’en préoccuper, car tout est déjà bien étudié au préalable.

Par fourgons porte-automobiles

Tout comme la solution précédente, ce mode de transport permet d’embarquer un fort nombre de voitures dans un seul wagon. Ce dernier est couvert de tôle pour assurer la protection et pour simplifier rangement des voitures. Ce fameux wagon dispose d’une structure plus spécifique afin d’accueillir plusieurs véhicules. Il peut avoir un ou deux niveaux et les motos peuvent aussi trouver leur place à l’intérieur.

On trouve généralement cette alternative aux États-Unis. Le coût du service peut paraître avantageux. En comparaison avec d’autres méthodes, les fourgons automobiles sont plus sécurisés. Les conducteurs peuvent amener eux-mêmes leurs voitures jusqu’au wagon.

Par bateau

Cette solution est également très appréciée par de multiples gens, non seulement les particuliers, mais surtout les professionnels. Le transport maritime constitue une excellente idée surtout si la voiture doit traverser un fort nombre de pays. Comme les règlementations en vigueur dans chaque nation ne sont pas les mêmes, le déplacement international peut s’avérer plus complexe. Toutefois, grâce à ce mode de transport, tout devient beaucoup plus facile et rapide.

Il existe plusieurs sociétés qui s’occupent de ce genre de prestation. Elles se chargent bien évidemment de toutes les procédures administratives concernant le droit de douane sur l’importation des voitures. Chaque agence dispose de ses conditions particulières et offres spécifiques. Il est conseillé de prendre des renseignements à l’avance à chaque contexte et faire toujours des comparaisons de prix.

Quoi qu’il en soit, une chose est sûre. L’acheminement avec le transport maritime coûte moins cher, malgré la distance parcourue. De plus, le bateau peut supporter des milliers d’exemplaires. Cela se définit donc comme une meilleure option afin de simplifier le déplacement de votre véhicule.

Par avion

Ce mode de transport ne convient pas à monsieur et madame Tout-le-Monde, à cause de son coût inabordable. Sans doute, il reste l’alternative la plus sécurisante pour garantir l’état de votre voiture. Toutefois, cet atout a certainement un prix et pas des moindres. Il est particulièrement réservé aux modèles de gamme.

Néanmoins, il faut savoir que toutes les procédures et les démarches restent plus professionnelles. Votre voiture sera installée sur les grands chariots. Puis elle sera amenée dans l’avion à l’aide des passerelles mécaniques. Il faut bien reconnaître que ce type de voyage est très sécurisé. Son emplacement dans cette machine volante peut s’avérer plus sûr. Si cette proposition vous intéresse, vous devez prévoir un budget assez conséquent qui peut atteindre au-delà de 25 000 euros.

Autres solutions moins chères

Bon nombre de personnes n’ont pas la possibilité de bénéficier ce transport par avion. En dépit de cette situation, ils peuvent toujours trouver une autre alternative moins coûteuse. Parmi les plus connues, la méthode avec conducteur professionnel constitue une idée intéressante.

Aussi appelée convoyage, elle s’applique uniquement à un déplacement du véhicule au moins de deux jours après la prise en charge. Ce procédé fait recours à un chauffeur qualifié qui s’occupe de la conduite de votre bien depuis l’adresse de départ jusqu’à votre destination. Le service s’effectue ainsi par porte-à-porte. Grâce à cette démarche, vous pouvez être rassuré d’avoir laissé votre voiture entre les mains de spécialistes expérimentés et qualifiés. L’assurance est pareillement incluse.

Dans le cas où votre portefeuille ne vous permet pas encore d’opter pour cette alternative, faites appel à un chauffeur particulier. Certes, cette idée est la moins coûteuse. Toutefois, il faut avouer qu’elle est quand même risquée. Il n’existe aucune garantie ni assurance avec cette proposition.

Il est recommandé de trouver une personne de confiance pour s’en occuper. Il est impératif de vous méfier sur les éventuels vols de votre bien. À titre informatif, sachez que cette option touche uniquement les courtes distances. Si ce n’est pas le cas, orientez votre choix vers un autre mode de transport.

En bref, le transport de votre véhicule ne se réalise pas à la légère. Il faut choisir la meilleure alternative comme un pont élévateur mobile (Plus d’infos) pour gagner de l’argent et simplifier les procédures. Pesez le pour et le contre avec chaque idée mentionnée ci-haut et vous trouverez à la fin l’option qui vous convient le mieux.

5 choses à savoir avant de choisir un gonfleur électrique

5 choses à savoir avant de choisir un gonfleur électrique

Sans doute, vous avez déjà entendu parler du gonfleur électrique plusieurs fois. Pourtant, vous ne savez pas en quoi il est indispensable dans le quotidien. C’est pourquoi vous n’êtes pas encore convaincu de son acquisition jusqu’à présent. Cet article vous aide à maitriser ce matériel. Après la lecture, vous vous rendrez compte de son importance.

À quoi sert exactement un gonfleur électrique ?

Comme son nom le suggère si bien, cet appareil s’utilise pour gonfler de multiples éléments. Il s’avère le dispositif idéal pour augmenter le volume de plusieurs ballons en même temps par exemple lors de la décoration des salles. Ses rôles ne s’arrêtent pas là.

Le matériel se définit pareillement comme un outil domestique vous aidant à simplifier certaines tâches comme pour gonfler un matelas. Dans cet angle, il peut vous assurer des nuits paisibles sur une paillasse confortable. Ce n’est pas tout, il vous permet d’accentuer le volume des toboggans, de la piscine et bien d’autres encore.

Ces derniers temps, cet appareil électrique commence à gagner l’admiration de nombreux particuliers, grâce à ses multiples avantages. C’est pourquoi les fabricants ne cessent de vous proposer des modèles de gamme au marché. Sa sélection devient à cet effet une tâche vraiment ardue. Pour faire le bon choix, il est nécessaire de savoir les informations suivantes :

Différents modèles selon les besoins

Comme nous venons de citer ci-haut, ce matériel dispose de multiples rôles vous facilitant la vie. Toutefois, chaque modèle détient ses missions spécifiques. Il s’avère donc primordial d’opter pour un exemplaire capable de répondre à vos besoins.

Pour illustrer ce passage, vous prenez un article qui sert à gonfler la piscine. Pourtant, votre but est de traiter des pneus de votre véhicule. De ce fait, il n’est pas apte à satisfaire vos attentes. Quoi qu’il en soit, certaines références de bonne qualité sont polyvalentes. Elles sont en mesure de remplir différentes tâches simultanément. A souligner qu’elles coûtent généralement cher. Néanmoins, elles vous empêchent d’acquérir deux machines différentes séparément.

Lors d’un usage occasionnel, optez pour un exemplaire portatif qui fonctionne sans huile. Dans le cas contraire, dirigez-vous vers un article puissant qui supporte une utilisation pendant de multiples heures. Ce genre de dispositif est votre meilleur allié si vous travaillez dans un atelier voici notre comparatif pour bien choisir .

Fonctionnement et puissance

Dans la majorité des cas, ce genre de dispositif fonctionne d’une manière plus simple. C’est aussi valable pour les produits de bonne facture. Pour vous en servir correctement, vous connectez son embout sur la valve de l’élément à gonfler. Cela fait, il ne vous reste plus qu’à le mettre en marche. L’appareil fonctionne par la suite systématiquement jusqu’à ce que le degré d’air nécessaire soit atteint. Puis, vous n’avez pas besoin de faire quoi que ce soit, car il s’arrête automatiquement dès que l’objectif est abouti.

En ce qui concerne sa puissance, ce critère ne doit pas être pris à la légère, car elle contribue beaucoup à la rapidité de son exécution. Plus la puissance est élevée, plus le gonflage s’effectue en un temps très court.

Alimentation

Afin que le modèle réponde à vos besoins, définissez le type d’alimentation de votre choix. Si certains se branchent sur secteur, d’autres marchent avec l’allume-cigare d’un véhicule. Il est libre à vous de favoriser celui qui vous convient le mieux. À souligner que la première option reste plus puissante et efficace. Quant à la deuxième, elle ne peut pas être déployée en dehors de chez vous, puisqu’il requiert une prise secteur pour fonctionner.

Les exemplaires rechargeables sont très sollicités au marché à présent. Leur utilisation n’est pas limitée. Ils peuvent remplir leur tâche, n’importe où, même à l’extérieur. Par contre, certains modèles ne vous donnent pas la possibilité de le déployer au moment où il est en charge. Il faut toujours prévoir cette situation pour éviter les mauvaises surprises.

Le confort d’utilisation et le côté pratique

Pour que la manipulation du dispositif soit plus agréable, il n’y a rien de tel que d’opter pour un exemplaire léger. Avec ce genre de compresseur, il vous est facile de le manœuvrer à vos guises. Mieux encore, il peut vous accompagner partout quand vous devez vous en servir en dehors de la maison. Lors des sorties en famille, l’appareil est d’une grande utilité. Il vous permet de gonfler les roues de votre véhicule ou des bicyclettes de vos enfants.

De plus, un article avec un poids plume présente généralement un faible encombrement. De ce fait, il trouve facilement sa place à l’arrière de votre voiture. Si vous êtes alors en quête d’un gonfleur pratique et confortable, privilégiez un petit modèle portatif.

Encore dans ce contexte, il est conseillé de choisir un spécimen silencieux. Les nuisances sonores peuvent vous incommoder au cours de sa manipulation. Dans la plupart du temps, les dispositifs performants peuvent paraitre bruyants. Si vous désirez vous en équiper un, vous devez vous attendre à cette situation.

Pour accentuer le côté pratique, certaines marques ajoutent la lumière LED à leurs articles. Cette caractéristique est nécessaire pour travailler avec plus de précision. D’autres intègrent de multiples fonctionnalités intéressantes pour une utilisation optimale. Ils vous permettent de préprogrammer la pression et dès qu’elle est atteinte, votre matériel s’arrête automatiquement.

Afin de faciliter vos tâches, il est conseillé de privilégier les exemplaires simples à entretenir. Généralement, les gonfleurs électriques ne requièrent aucun soin plus spécifique. Toutefois, ils nécessitent quelques maintenances fréquentes pour qu’ils continuent à garantir leur performance. D’ailleurs, cela peut prolonger leur durée de vie. Si vous avez alors l’habitude d’entretenir votre appareil, vous n’avez pas besoin d’acquérir chaque année un compresseur. Cela vous permet de faire de l’économie d’argent.

Pour conclure, le gonfleur électrique remplir de multiples tâches dans le quotidien. Il vous aide à gonfler votre piscine, les roues de votre voiture ou vélo ainsi que les toboggans de vos enfants. Ses missions ne se limitent pas sous cet angle. Pour faire simple, cet appareil constitue un accessoire très utile dans la vie journalière. Pour repérer l’exemplaire idéal, il est préconisé de le choisir selon vos besoins. Tâchez de considérer aussi sa praticité, son fonctionnement, son alimentation et sa puissance.

Quand faut-il tondre sa pelouse ?

Quand faut-il tondre sa pelouse

La tonte fait partie de l’entretien d’une pelouse et on ne doit en aucun cas le négliger. Non seulement elle donne une bonne apparence au gazon, mais les mauvaises herbes seront aussi éradiquées. Au final, on aura des herbes beaucoup plus denses et bon à voir. Si vous voulez donc que votre pelouse soit toujours verte et en bonne état, ne prenez pas à la légère la tonte. Mais la question se pose : quand est-ce qu’on doit tondre la pelouse ? Nous allons vous donner la réponse à cette question dans cet article. Nous allons également vous donner quelques astuces qui vous permettront de bien tondre votre gazon.

Quand est-ce qu’on doit tondre la pelouse ?

Si vous l’ignorez encore, on ne doit pas tondre la pelouse n’importe quand et même si les herbes sont déjà longues. Il y a des règles à respecter pour ne pas enfreindre la loi et des mesures de sécurité à prendre en considération. Voici donc quelques conseils qui vous seront très utile.

  • Se renseigner sur les règlementations

Tout d’abord, vous devriez vous renseigner sur les règlements à suivre dans votre ville car il y a des horaires à respecter pour les travaux extérieurs, surtout pour l’utilisation d’une tondeuse à gazon, sinon vous risquerez d’être pénalisé. En général, vous pouvez le faire de 8h 30 à 12h, et de 14h à 19h si c’est pendant les jours ouvrés. Pour le week-end, c’est entre 9h à 12h, et de 15h à 19h si c’est le Samedi, et seulement de 10h à 12h le Dimanche.  Ces horaires peuvent changer d’une ville à une autre, donc ce sera plus prudent si vous vous renseignez sur ce propos. Il faut tout de même que vous ne fassiez pas la tonte quand il est trop ensoleillé, donc l’idéal est dans l’après-midi, ou même dans la fin de l’après-midi.

  • Ne pas négliger la condition météorologique

Si vous utilisez un appareil électrique pour la tonte de votre gazon, ne le faites jamais si le temps est orageux par mesure de sécurité.

Evitez également de tondre après la pluie, ou encore trop tôt le matin car les herbes mouillées risquent de bloquer la lame de votre tondeuse et cela compliquera un peu plus votre travail.

Et enfin,  vous ne devriez pas tondre votre pelouse en cas d’une forte chaleur ou d’une sècheresse car la chaleur risque de jaunir les herbes, donc le mieux est donc d’attendre qu’elle se dissipe.

  • Choisir la bonne saison pour la tonte

Pour information, les herbes cessent de s’accroître lors de la saison hivernale et s’accroissent de nouveau lorsqu’il commence à faire chaud. Il est donc interdit de tondre la pelouse pendant cette période de l’année pour ne pas endommager les herbes. Vous pouvez reprendre la tonte lorsque l’hiver est passé et quand la température est au-delà de 10°C.

Pour la saison idéale, c’est le printemps et l’automne car c’est la période de croissance des herbes.

Et pendant l’été, faites bien attention et ne coupez pas votre pelouse s’il fait trop chaud ou s’il y a une sècheresse pour éviter le jaunissement des herbes.

 

  • Connaître la fréquence de tonte

En ce qui concerne la fréquence de tonte, il est préférable que vous le fassiez très souvent, c’est-à-dire une ou deux fois par semaine pendant le printemps et l’automne. Mais lors de la saison estivale, il faut couper les herbes au moins tous les 15 jours.

Vous devriez aussi savoir que la fréquence de tonte dépend de l’usage que vous envisagez pour votre pelouse. Si c’est une pelouse qui va accueillir les sportifs, il faut la tondre une fois par semaine, ou tout simplement tous les 10 jours. Si c’est une pelouse dans votre jardin, le mieux est que vous fassiez la tonte régulièrement. Et si c’est un gazon de golf, la tonte doit se faire tous les jours.

Bien tondre sa pelouse : quelques conseils pratiques !

Si vous voulez avoir une pelouse bien taillée qui donnera une bonne allure à votre jardin, découvrez ci-après comment faire.

  • Les outils nécessaires

Pour que vous puissiez tondre votre pelouse comme il se doit, il vous faut une tondeuse thermique tractée (en savoir plus) et d’un coupe-bordure. Pour la tondeuse thermique l’idéal est celui qui est muni d’un bac de ramassage, comme ça, vous ne serez plus obligé de ramasser les herbes après le travail. Quant au coupe-bordure, il vous sera très utile pour la finition.

  • La sécurité avant tout

Pour votre sécurité, il faut que vous enfiliez un pantalon de travail qui protègera vos jambes des blessures. Il vous faut aussi des bottes ou des chaussures de travail pour protéger vos pieds.

  • Le choix de la hauteur de coupe

Le choix de la hauteur de coupe doit être fait en fonction de l’aspect de votre pelouse. Si c’est une pelouse anglaise ou une pelouse d’ornement, son hauteur doit être de 2 à 3 cm. Et si c’est un gazon pour faire du sport, l’idéal est de 5 cm. Par-contre, si vos enfants jouent dessus, il faut qu’il ait une hauteur de 8 à 10 cm.

  • Les tâches à faire lors de la tonte

Avant tout, inspectez votre pelouse et enlevez toutes les choses qui pourront vous gêner et qui risquent de bloquer la tondeuse à gazon : les jouets, les branches d’arbres, etc.

Commencez après par tondre en premier lieu les parties difficiles à tailler (à côté des arbres, près de l’allée, etc.) pour gagner du temps. Une fois que vous avez terminé, passez à la tonte de la surface du gazon en faisant un aller-retour et suivant le sens que vous préférez.

Enfin, réalisez la finition avec un coupe-bordure pour donner de l’esthétique à votre pelouse.

Juste une petite remarque, si vous voulez utiliser un désherbant, attendez quelques jours après la tonte pour ne pas abîmer les herbes que vous venez de tondre.

 

En résumé, on ne doit pas tondre la pelouse à n’importe quel moment. Il y a des saisons et des horaires qui sont faits pour ce genre de travail. Il y a également des règles à suivre pour que la tonte soit parfaite, et vous venez de les découvrir. Nous espérons alors que vous saurez désormais quand et comment bien tondre votre pelouse.

Quand et comment élaguer les arbres d’ornement

Quand et comment élaguer les arbres d’ornement

Comme tous autres végétaux, les arbres d’ornement ont besoin d’un entretien particulier, et l’élagage en fait partie. Cette opération consiste à couper quelques branches afin de réduire la taille de l’arbre, particulièrement s’il représente un danger pour vous. Cependant, élaguer un arbre d’ornement n’est pas du tout facile, surtout si ce dernier est très haut et très grand. Il demande beaucoup de temps, sans parler des mesures de sécurité à prendre pour ne pas mettre la vie de l’élagueur et des personnes qui fréquentent le lieu en danger (si l’arbre se trouve dans un lieu public). Il est également important de choisir le bon moment pour le faire mais pas à n’importe quand, et il faut aussi l’élaguer comme il se doit. Nous allons donc vous expliquer dans cet article quand et comment élaguer les arbres d’ornement.

Quand élaguer les arbres d’ornement?

Comme on dit souvent, chaque chose a son temps, et c’est la même chose pour l’élagage des arbres d’ornement. Si on veut qu’ils nous offrent un beau paysage au printemps, le mieux est de les élaguer en automne et c’est ce que la plupart des gens font d’ailleurs, c’est un peu comme une tradition. On doit profiter de la période où les feuilles tombent pour les tailler et c’est avant que l’hiver ou le gel arrive. Cela réduit en quelque sorte la tâche car au moins, il n’y aura pas un tas de feuille à ramasser après le travail.

Certaines personnes taillent aussi les arbres d’ornement à la fin du printemps, et même en été car selon eux, ces derniers se cicatrisent rapidement pendant ces saisons de l’année. Donc, à vous de voir le moment qui vous convient le mieux pour élaguer les grands arbres de votre jardin.

Et pour finir, vous devriez savoir que si l’arbre est âgé de moins de 10 ans, l’élagage doit se faire tous les deux ans. Mais s’il est planté là entre 10 et 20 ans, vous devriez le tailler tous les 4 ou encore 5 ans. Et si c’est un vieil arbre de plus de 20 ans, vous pouvez vous soulager car vous n’allez l’élaguer que tous les 10 ans, donc il n’a besoin que peu d’entretien.

Il y a tout de même des moments où on est vraiment obligé de couper ces derniers. Il faut par exemple les tailler avant ou après une tempête, surtout si on remarque que certaines branches risquent de causer des dégâts. Dans ce cas, il faut intervenir rapidement, ou appeler un professionnel dans l’élagage si besoin.

 

Comment bien élaguer les arbres d’ornement?

Si vous voulez élaguer vous-même les arbres d’ornement dans votre jardin, voici quelques conseils qui vous permettront de le faire facilement et comme il le faut

Les matériaux à munir

Tout d’abord, vous devriez vous munir de quelques outils qui vous aideront à bien couper l’arbre d’ornement. Il vous faut :

  • Un sécateur de votre choix (à batterie, à lame franche, à enclume, etc.) qui vous permettra de tailler les petites branches de l’arbre.
  • Un coupe-branche qui vous permettra de couper les branches beaucoup plus épaisses de l’arbre d’ornement.
  • Une elaguese sur perche qui est faite spécialement pour ce genre de travail ( comparatif et guide pour choisir la meilleure élagueuse sur perche ) .
  • Une échelle ou un escabeau qui vous aidera à monter sur l’arbre, ou encore un échenilloir qui vous permettra de couper les branches en haut si vous ne voulez pas utiliser une échelle.
  • Des gants de protection pour protéger vos mains des blessures.

Une fois que vous avez regroupé les outils suscités, suivez les étapes suivantes.

Etape 1 : Taillage des branches mortes

Vous devriez à priori couper les branches mortes que vous trouvez sur l’arbre d’ornement en utilisant un sécateur si ce ne sont que des petites branches, et en utilisant un coupe-branche si elles sont épaisses.

Etape 2 : Taillage des branches mal orientés

Il s’agit ici des branches qui s’entrecroisent ou qui s’orientent vers le sol, et il faut les tailler avec un coupe-branche, ou avec une scie s’ils ont une grande épaisseur. Une fois terminé, passez à l’élagage proprement dit de l’arbre afin de réduire sa taille si l’arbre est trop haut. Pour cela, vous devriez utiliser une scie arboricole ou scie d’élagage.

Pour information,  on distingue deux types de scie d’élagage : la scie nommée « couteau d’élagage » qui sert à couper les branches ayant un diamètre de 4 à 6 cm, et la scie égoïne qui est utilisée pour tailler des branches avec un diamètre de 6 cm à 8 cm. Si l’arbre a un diamètre au-dessus de 8 cm, il vous faut une scie beaucoup plus solide.

Etape 3 : L’application de produit cicatrisant

L’application de produit cicatrisant sur l’arbre après l’élagage n’est pas obligatoire car l’arbre lui-même peut le faire, mais ça va prendre beaucoup de temps. Si vous voulez donc qu’il se cicatrise rapidement, appliquez sur la soi-disant plaie du mastic ou du goudron.

Les précautions à prendre pour élaguer un arbre d’ornement en toute sécurité

Comme vous devriez tailler un arbre assez grand et haut, il y a des mesures de sécurité à ne pas négliger pour ne pas mettre votre vie en danger, et les-voici :

  • Protégez vos mains avec des gants faits en cuir ou encore en toile épais
  • Protégez vos yeux des éclats d’écorce avec des lunettes de protection qui sont faits spécialement pour ça
  • Utilisez une ceinture de protection qui vous empêchera de tomber si vous montez très haut
  • Demandez à quelqu’un de maintenir l’échelle ou l’escabeau si vous montez dessus
  • N’oubliez pas de mettre un casque d’élagage qui protègera votre tête d’une chute de branche qui est très fréquent lors d’un élagage
  • Evitez de vous approcher trop près d’un fil électrique (à une distance de moins de 3 m).

Juste un petit conseil, il faut que vous désinfectiez avec de l’alcool éthylique 70° la lame que vous utilisez lors de l’élagage après chaque coupe. Cela évitera la propagation d’une maladie d’un arbre à un autre.

 

Pour conclure, l’élagage d’un arbre d’ornement est indispensable mais il ne faut pas le faire n’importe quand, sauf en cas d’urgence. Vous venez de découvrir dans cet article le bon moment pour le faire, les étapes à suivre pour bien l’élaguer, et les précautions à respecter pour votre sécurité. Alors, n’hésitez plus à élaguer vos arbres d’ornement !

Taille-haie électrique – trois critères importants pour bien choisir

Taille-haie électrique – trois critères importants pour bien choisir

Dans la majorité des cas, l’entretien des haies se déroule au moins une fois par an. Si vous désirez travailler dans de meilleures conditions, il n’y a rien de mieux que d’utiliser un matériel spécifique. C’est dans ce cadre qu’on fait appel à un taille-haie.

En comparaison avec les modèles thermiques, les outils électriques gagnent du terrain ces derniers temps. Ils sont prisés particulièrement de leur praticité accrue. Léger et très maniable, le dispositif simplifie beaucoup la vie des usagers lors des travaux de jardinage. Sa manipulation peut sembler un véritable jeu d’enfant.

Ce n’est pas tout, le taille-haie électrique se discerne de sa performance et sa rapidité. Il procure une coupe précise des arbustes en peu de temps. Si vous n’avez pas alors beaucoup de temps pour prendre soin de votre espace vert, s’en équiper un constitue une excellente solution.

On distingue une grande variété des modèles de taille-haies électriques au marché. Pour trouver la référence qu’il vous faut, nous vous recommandons de prendre en considération les 3 conseils suivants :

Évaluer la performance du matériel

Comme l’acquisition d’un taille-haie constitue un investissement important, il est crucial de dénicher un exemplaire concurrentiel. Un jardinier amateur détermine cette caractéristique sur le champ dès qu’il observe la marque et la qualité de la fabrication du produit. Par contre, si vous n’êtes pas encore très habitué à l’achat de cet équipement, voici les éléments clés à considérer définissant le tour de force du modèle :

La puissance

Exprimée en watts, elle constitue la meilleure indication vous permettant d’avoir une idée sur le tour de force de l’appareil. Cette information est souvent mentionnée dans la fiche technique du produit.

Plus la valeur est élevée, plus ce dernier est en mesure de sculpter les haies en un rien de temps. Ce genre d’article reste une solution intéressante pour les jardiniers impatients qui n’ont pas beaucoup de temps pour entretenir leur espace vert.

Il faut bien avouer qu’un dispositif plus puissant consomme plus d’énergie. Toutefois, sa rapidité d’exécution est remarquable pour couper les arbres et arbustes. Il est capable de prouver sa rentabilité à n’importe quelle situation. À cet effet, l’appareil peut traiter tous les types de plantes, peu importe leurs dimensions.

La capacité de coupe

Il est conseillé de bien analyser ce point afin de savoir la performance du taille-haie électrique. La capacité de coupe est déterminée par la longueur de la lame. Plus celle-ci peut s’avérer longue, plus l’appareil reste très puissant. Ce genre de dispositif est apte à traiter les buissons, quelle que soit l’orientation. À l’horizontale comme à la verticale, il joue ses rôles correctement et procure de bons résultats. De plus, il se munit souvent des dents plus écartées. En ce sens, le matériel peut attraper les haies sans difficulté.

L’épaisseur de coupe

Tout comme les autres indicateurs, vous pouvez également identifier la performance du taille-haie selon l’épaisseur de coupe. Lorsque votre équipement possède une épaisseur de coupe plus de 2 centimètres, vous pouvez vous attendre à son efficacité. Le taille-haie est capable de répondre parfaitement à vos besoins tout en garantissant la qualité du travail.

Choisir un dispositif selon la simplicité de son utilisation

Pour que l’entretien des buissons ne vous ennuie pas à mourir, vous devez vous équiper d’un taille-haie simple à manœuvrer. Il est à signaler que les produits de gamme restent parfois difficiles à manipuler. Ils sont généralement dotés des options innovantes. En conséquence, vous devez avoir quelques notions de base afin d’en faire usage correctement.

Certaines personnes passent même par un professionnel pour demander de l’aide. Toutefois, son intervention constitue une autre dépense supplémentaire pour votre portefeuille. Afin d’éviter ce genre de situation, il n’y a rien de tel que de privilégier un modèle facile à déployer.

Dans cet ordre d’idée, la maintenance de certains exemplaires peut paraitre une tâche ardue. Néanmoins, cette étape contribue beaucoup à la durée de vie de l’appareil. Ainsi, vous devez la réaliser pour assurer sa longévité. Afin que cette opération soit accomplie dans les règles de l’art, choisissez un article simple à entretenir. Au moins, vous n’êtes pas obligé de vous adresser à un spécialiste pour vous aider.

Beaucoup de produits présentent actuellement un grand nombre d’options pour une meilleure utilisation. Nous vous conseillons de les privilégier pour plus de rendement. Certaines références se dotent d’une poignée rotative vous permettant d’incliner la lame du matériel selon vos attentes.

Quant aux autres, ils sont livrés avec de multiples accessoires pratiques assurant votre sécurité lors de la manipulation du taille-haie. Optez pour les modèles avec un étui de rangement qui simplifie beaucoup leur transport. De plus, cette housse est d’une grande utilité pour protéger le dispositif des intempéries.

Opter pour un taille-haie confortable et pratique

Le poids constitue le premier élément à considérer pour déterminer la praticité de l’appareil. Un taille-haie électrique léger peut être manipulé n’importe où et n’importe comment. De plus, son transport reste un vrai jeu d’enfant. Une prise électrique suffit et vous pouvez en bénéficier le plus longtemps possible.

Ensuite, il est nécessaire de bien étudier sa maniabilité. Un taille-haie de faible densité est simple à manœuvrer. La coupe des buissons s’effectue avec facilité.

En revanche, un appareil lourd peut sembler difficile à manipuler. Il demande un effort physique important lors de la coupe des haies. En conséquence, vous serez démotivé sur le champ et l’entretien de votre jardin sera mal terminé. Si vous avez des problèmes de dos, le recours à ce genre de dispositif ne fait qu’à empirer la situation.

Si vous misez sur le confort du taille-haie, il est préconisé de préférer un exemplaire ergonomique. Grâce à lui, sa manipulation devient un réel plaisir pour vous. Votre satisfaction générale sur le matériel dépend de ce paramètre. Il ne faut pas dans ce cas le prendre à la légère.

En guise de conclusion, un taille-haie électrique se choisit en fonction de sa performance. Pour faire un bon investissement visitez notre guide comparatif des meilleurs taille-haies électriques , mieux vaut privilégier un appareil concurrentiel. De même, son utilisation doit s’effectuer aisément. Pour que sa manipulation devienne un plaisir, il est conseillé d’opter pour un article confortable, pratique et maniable .

Guide anti-panne du chauffe-eau

Guide anti-panne du chauffe-eau

Parfois, les pannes du  chauffe-eau arrivent au moment où l’on s’y attend le moins. Il n’y a aucune chose aussi désagréable que de devoir prendre une douche sans l’eau chaude. Devant cette circonstance, on a toujours tendance à faire appel à un professionnel. Certes, son intervention présente de l’intérêt. Toutefois, les conseils cités ci-après restent indispensables pour avoir une première approche sur le diagnostic du problème. Avant d’en arriver là, il est nécessaire de connaitre les compositions de l’équipement avant d’essayer de le remettre en bon état.

Ce qu’il faut savoir sur un chauffe-eau électrique

Afin que vous retapiez la pièce endommagée, il reste important de savoir les différents éléments qui constituent votre appareil. Bien entendu, certains ne sont pas obligatoires, mais ils sont importants pour une utilisation optimale.

Le chauffe-eau se définit comme une grosse cuve blanche servant à offrir une eau chaude à la bonne température. Quand vous ouvrez le robinet d’eau chauffée, la résistance chauffe le liquide jusqu’à la température voulue. Vous programmez cette dernière au préalable au moyen du thermostat.

À l’intérieur de l’appareil, vous avez la résistance électrique dont nous venons de mentionner ses fonctions. Il en va de même pour le thermostat. Quant à l’anode, il s’agit d’un élément anticorrosif.

Pour l’extérieur, le chauffe-eau est composé d’un groupe de sécurité. Celui-ci s’occupe de la séparation entre eau froide et eau chaude. Il est également nécessaire pour empêcher les débordements en cas de surpression.

Dans ce même ordre d’idée, vous avez le réducteur de pression. Comme son nom l’indique, il est chargé de limiter la pression lorsque celle-ci est supérieure à 3 bars. Puis, le siphon constitue la pièce servant à évacuer l’eau dilatée.

Outre ces détails, bon nombre d’éléments composent votre chauffe-eau à savoir la vase d’expansion, le mitigeur thermostatique, les raccords diélectriques et bien d’autres encore.

Les pannes les plus fréquentes du chauffe-eau

Le premier indice constitue l’absence d’eau chaude. Si vous vous retrouvez dans cette situation, cela veut certainement dire que votre matériel est en panne.

Ensuite, il arrive que votre compteur disjoncte. Il est fort probable que ce souci vienne du branchement électrique, des fusibles, des résistances, de la bougie ou du fourreau.

Quand l’eau n’est pas assez chaude, il s’avère possible que le thermostat ne soit pas bien réglé. Lorsque le câblage rencontre du problème, vous n’aurez pas aussi d’eau chaude à la température souhaitée.

Dans certains cas, votre chauffe-eau fuit. Si l’écoulement a lieu au niveau du groupe de sécurité, lors de la chauffe, la situation est normale. Par contre, si cette circonstance se trouve au niveau de la bride, des raccords entrée et sortie d’eau ou de la cuve, il est primordial de résoudre le dysfonctionnement de manière immédiate.

Voici d’autres signes qui vous signalent la panne de votre appareil :

  • L’équipement fait du bruit, de la vapeur ou de l’air
  • Sa cuve est éclatée ou déformée
  • L’eau est sale ou sent mauvais

Quand vous apercevez quelque chose d’inhabituel, prenez la décision de voir plus près la situation pour qu’elle ne s’aggrave pas.

Comment détecter la panne ?

Votre premier réflexe est de surveiller votre abonnement d’énergie. Vérifiez si plusieurs équipements fonctionnent simultanément. Si c’est le cas, vous devez augmenter votre forfait de consommation.

Sinon, contrôlez le tableau électrique et consultez la position du disjoncteur. Si ce dernier n’est pas en position marche, il se peut que votre chauffe-eau soit en court-circuit.

Pour remédier à ce problème, vous devez d’abord couper le courant avant d’intervenir sur votre matériel. Utilisez un multimètre pour voir si le ballon ne reste plus sous tension. Cela fait, examinez la résistance et le thermostat en démontant le capot. Vérifiez s’il y a des fuites ou une mauvaise connexion des fils.

Si vous ne détectez aucun souci, contrôlez si le thermostat marche normalement. Il est également nécessaire de procéder à la vidange et le détartrage de votre chauffe-eau. Tout cela peut s’avérer indispensable pour son bon fonctionnement.

Conseils pour réparer les problèmes

Il faut bien rappeler que l’intervention d’un professionnel est privilégiée en cas de panne du chauffe-eau. Les conseils cités ci-dessous vous permettent de savoir les approches du spécialiste.

Étapes à suivre pour remplacer le thermostat

  • Coupez le courant.
  • Il reste essentiel de déconnecter tous les fils électriques du thermostat avant de l’enlever.
  • Ajustez la température en servant de la molette jusqu’à la valeur escomptée. La mesure recommandée se situe 60 °C.
  • Montez le nouveau thermostat, puis reconnectez-le.
  • Vous pouvez remettre le courant.

Changement du groupe de sécurité

  • Bien évidemment, il faut commencer par couper l’alimentation électrique de l’appareil la veille
  • Mettez un seau sous le groupe de sécurité et démontez-le
  • Utilisez un bouchon en liège et insérez-le dans l’orifice du ballon
  • Ôtez l’ancien groupe endommagé et reconstituez le joint filasse.
  • Vous pouvez retirer le bouchon en liège et fixez le nouveau groupe de sécurité.
  • Reconnectez-le au réducteur de pression et à l’évacuation.
  • Cela fait, ouvrez la vanne d’alimentation sur le groupe et le robinet pour purger l’air.
  • La dernière étape est de remettre le courant et le tour est joué.

Le détartrage du chauffe-eau

Cette opération consiste à débarrasser du dépôt de calcaire dans la cuve. L’action peut s’avérer primordiale pour assurer le meilleur état de l’appareil et prolonger sa durée de vie. Le détartrage constitue une phase importante de l’entretien du chauffe-eau. Cela permet de conserver ses performances et garantir son bon fonctionnement.

Pour le mener à bien, voici les démarches à suivre :

  • Coupez le courant électrique et enlevez le capot.
  • Retirez les fils électriques, le thermostat et la platine.
  • Détartrez la résistance avec un produit anticalcaire.
  • Nettoyez les restes du calcaire dans le ballon.
  • Réinstallez la platine et la résistance.
  • Réinsérez le thermostat et connectez-le.
  • Montez de nouveau le capot du matériel.
  • Enclenchez l’alimentation d’eau générale
  • Mettez en marche le courant électrique.

En bref, le chauffe-eau reste un appareil plutôt simple dans sa composition. Pour vérifier son bon fonctionnement, il s’avère crucial de contrôler chaque élément qui le constitue. Pour ce faire, il est recommandé de bien suivre les conseils mentionnés ci-dessus.

7 conseils pour bien élaguer, couper, tailler et entretenir ses arbres et arbustes

conseils pour bien élaguer, couper, tailler et entretenir ses arbres et arbustes

Nul ne peut nier que l’entretien de l’espace vert peut devenir un réel divertissement. Toutefois, l’opération peut s’avérer plus délicate, car elle demande de la compétence et de l’expérience sur le domaine. Il convient alors d’avoir quelques notions de base pour obtenir de meilleurs résultats.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il s’avère nécessaire de détailler l’intérêt de l’élagage et la taille des plantes.

Importance de l’entretien des arbres et arbustes

Il est à préciser que cette action est incontournable pour assurer la santé des végétations. Pour parvenir à cette fin, il reste important de débarrasser des branches superflues. Pour ce faire, élaguer un arbre s’impose. Cela consiste à trancher les troncs qui sont soit endommagés, soit morts.

Il est aussi fort probable que ces plantes dérangent le voisinage. Il faut rappeler que des articles de loi vous obligent de les couper sur le champ. Il est ainsi primordial de lancer dans l’action pour respecter les normes mises en vigueur.

Afin que les arbres se développent de manière harmonieuse, il est indispensable de supprimer les moignons inutiles. Cela permet de sculpter les arbustes dès leur plantation. Si vous disposez des arbres fruitiers, l’action favorise peu à peu leur fructification.

Pour des raisons esthétiques, la croissance des branches peut également enlaidir votre extérieur. Vous devez dans ce cas élaguer, couper et tailler vos arbres pour améliorer leur état. Sur ce, l’opération ne se réalise pas aux yeux fermés. Il est recommandé de faire appel à un spécialiste, car sinon vous risquez d’empirer la situation.

7 points à considérer pour un meilleur entretien des arbres

Malgré vos talents en tant que jardinier, l’élagage constitue une action délicate. Pour l’accomplir dans les règles de l’art, il convient de savoir les principes de base. Le passage suivant récapitule quelques conseils cruciaux.

Choisir le bon moment pour intervenir

La période de l’élagage ne se compte pas à la légère. Il est impératif de se référer à l’âge des plantes. Si ces dernières ont par exemple moins de dix ans, vous pouvez les élaguer chaque année. En revanche, si elles dépassent ce seuil, l’élagage doit s’accomplir tous les deux ans. Pour les arbres âgés de vingt ans, l’action aura lieu tous les quatre ou cinq ans. Puis, celles qui ont plus de vingt ans doivent être élaguées tous les dix ans.

La taille des plantes dépend aussi de la saison. Les rosiers ne doivent pas à titre d’illustration couper qu’en mars. Si certaines personnes disent que toutes les végétations peuvent être ébranchées en hiver, c’est entièrement faux. Pour ne pas courir des risques, mieux vaut ne prendre que de grosses branches.

Bien choisir les branches à émonder

L’entretien de votre espace vert ne signifie pas de couper toutes les plantes qui gênent vos yeux. Elles doivent être bien élues pour ne pas commettre d’impair. D’abord, débarrassez-vous des branches cassées ou mortes. Elles ne vous servent plus à rien.

Ensuite, supprimez celles qui se croisent ou qui sont mal orientées. Soit elles empêchent le développement harmonieux de l’arbre, soit elles le rendent plutôt laid. Pour ceux qui dérangent la pénétration de la lumière, il faut aussi les anéantir.

Adopter les bons gestes

Pour bien couper les branches, la technique de la double entaille peut s’avérer efficace. Il s’agit de trancher en 3 temps. Elle est notamment pratique pour les plantes plus de 4 cm de diamètre. Lorsque vous coupez le moignon, il faut bien respecter l’angle de coupe. Votre taillage doit se faire de manière oblique, mais pas plus proche du tronc. Cette technique aide à la plante à créer un bourrelet cicatriciel. De plus, cela évite la formation du chicot.

Disposer des bons outils

Pour bien entretenir vos arbustes, il s’avère essentiel de vous munir des équipements de protection individuelle. Pour illustrer le passage, le casque, la combinaison, la visière, les gants et les bottes sont très indispensables pour vous protéger des éventuels accidents.

De même, quelques accessoires se révèlent être nécessaires à l’élagage et à la taille de vos arbres.  Voici une liste des outils qui figurent parmi les plus utilisés : le sécateur, la coupe-branches ou sécateur de force, la cisaille, l’échenilloir, la scie, la taille haie, l’escabeau et bien d’autres encore.

Quant aux appareils de jardinage, l’élagueuse constitue le must de votre projet. Il s’avère le matériel approprié pour mener à bien vos travaux. Ensuite, il vous faut aussi une tronçonneuse. Vous devez faire le nécessaire pour maintenir tous vos outils en bon état.

Passer par un professionnel

Il faut bien reconnaître que ce conseil reste facultatif si vous êtes un expert en élagage. Dans le cas contraire, s’adresser à un arboriculteur reste une solution intéressante pour un travail plus correct. C’est un spécialiste qui fait son travail pour optimiser la santé de l’arbre. Il est ainsi le plus compétent pour entretenir votre espace vert.

Bien respecter la législation

Les opérations d’élagage ne s’accomplissent pas à la légère. L’action reste sous commandement de la loi. L’entretien régulier des plantes doit avoir lieu pour garantir la sécurité des infrastructures. Si votre arbre gêne le voisinage, vous devez procéder aux travaux. Tous les frais sont à votre charge. Dans le cas où vous ne respectez pas la réglementation, vous serez effectivement sanctionné.

Autres astuces pour entretenir les arbres et arbustes

Lorsque vous devez tailler une grosse branche, il faut faire appel à une autre personne pour vous seconder. Il reste impératif de l’attacher à l’aide d’une corde afin que votre coéquipier guide sa chute.

Il est nécessaire d’utiliser des équipements bien affûtés. Cela vous aide à avoir une coupe sans déchirure et nette. Nettoyez également tous vos matériels fréquemment. Gardez les dispositifs métalliques plus lubrifiés et classez-les à l’abri des poussières et l’humidité. Un outil en bon état vous permet de procurer un travail de qualité.

En guise de conclusion, l’entretien des arbustes se définit comme une opération délicate. Elle ne doit pas être faite à la légère. Quelques techniques doivent être appliquées pour mener à bien le projet. Si vous tenez tant à la santé de vos plantes, retenez bien tous les conseils évoqués ci-dessus.

Affuteuse chaine tronçonneuse : comment ça marche ?

Affuteuse chaine tronçonneuse : comment ça marche ?

Dernièrement, vous avez pris conscience que votre tronçonneuse ne fonctionne pas aussi bien qu’au début. Inutile de paniquer, c’est la chaine qui est en train de faire ses caprices. Vous vous demandez surement pourquoi elle n’est plus bien tranchante comme avant. Au lieu de gaspiller votre argent à acquérir un nouveau modèle, servez-vous d’une affuteuse pour chaine de tronçonneuse. Cet accessoire est indispensable pour aiguiser les dents de la machine afin qu’elle puisse couper des arbres efficacement.

Importance de l’affûtage de la chaine tronçonneuse

Cette opération peut s’avérer primordiale pour le bon fonctionnement de votre matériel. Lorsque sa chaine est bien affutée, la taille des arbres reste à la fois correcte et précise. Il n’est nul besoin de faire tant d’effort pour scier la plante. Des pièces bien tranchantes remplissent ces rôles correctement. De ce fait, quand vous remarquez qu’elles deviennent de plus en plus émoussées, il faut procéder à l’affutage de la chaine tronçonneuse.

Cette action optimise la performance de l’équipement. De plus, elle garantit la précision de coupe. En ce sens, elle simplifie vos travaux d’entretien des arbres. Un autre avantage, cette réalisation vous permet d’éviter le rebond de la chaine. Vous pouvez alors manipuler l’appareil en toute sécurité.

Les experts recommandent l’affûtage pour augmenter la longévité du pignon, du guide et effectivement de la chaine. En effet, vous ne serez pas obligé de les remplacer de manière fréquente pour économiser de l’argent.

Étapes à suivre pour affûter la chaine

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est fortement conseillé de consulter le manuel d’utilisation du dispositif pour limiter les éventuels accidents. Une fois lu le mode d’emploi, vous devez bien maintenir la tronçonneuse pour réaliser un aiguisage plus rapide et plus précis. Certaines personnes se servent d’un étau de tenue conçu pour les guides. Cela vous permet d’immobiliser la tronçonneuse.

Cela fait, vous tendez la chaine et vous commencez l’affutage par le maillon le plus endommagé. Verrouillez le frein de chaine pour bien sécuriser la tronçonneuse.

La deuxième étape a rapport à l’entretien des gouges. Pour ce faire, il faut se munir d’une lime ronde, d’un gabarit d’affutage et des équipements de protection individuelle. Mettez le gabarit sur la chaine. Faites-le maximum de bien positionner la lime ronde sur le gabarit. Puis, aiguisez chaque dent de la chaine en fonction du nombre de passages de la lime.

Pour la phase suivante, vous devez affuter les limiteurs de profondeur. Afin de le mener à bien, vous aurez besoin d’une lime plate d’affûtage et d’une jauge de profondeur. Si vous n’avez jamais réalisé cette maintenance, il est nécessaire d’être secondé par un professionnel.

Différents types de l’affuteuse chaine tronçonneuse

On peut distinguer ces dispositifs en deux grandes catégories : les modèles manuels et les affuteuses électriques. Ils peuvent être fixes ou portatifs, à vous de choisir celui qui vous convient le plus. Pour vous donner un coup de pouce dans la sélection, il est conseillé de l’élire selon les références de votre chaine. Si vous n’arrivez pas à prendre une décision, optez tout simplement pour un exemplaire standard. Au moins, cela vous évitera d’endommager toutes les pièces.

Dans le cas où vous vous déplacez beaucoup, un article portatif est vivement préconisé. Pour ceux qui ont de la patience, ils peuvent recourir à l’affuteuse manuelle. Par contre, un modèle électrique est une solution intéressante pour une utilisation intensive.

Le bon moment pour affûter la chaine tronçonneuse

Avant de commencer, il convient de rappeler que toutes les chaines peuvent être victimes d’une usure, et oui même les produits de gamme. Pour détecter ce problème, voici les repères à prendre en considération :

• Vous devez scier, car la chaine ne plante plus dans le bois.
• La tronçonneuse parait sautiller lors de la coupe.
• Même si la chaine est bien graissée, vous apercevez toujours une fumée se dégageant pendant le taillage.
• Vous aurez des poudres de bois au lieu d’obtenir de gros copeaux. Il est impératif de contrôler l’aspect de ces derniers.
• La chaine n’est plus capable de couper droit.

Lorsque vous remarquez ces situations, vous ne devez plus reporter la maintenance à un autre jour. Il faut passer à l’action au plus vite.

Quant à la fréquence d’affûtage, cela dépend notamment de sa répétition d’utilisation, du type de bois et de coupe. Si vous êtes un professionnel, vous devez affûter votre chaine plusieurs fois par jour.

Conseils pour dénicher le matériel

Avant de vous lancer dans la recherche, vous devez dans un premier temps bien déterminer vos besoins. Cela vous aide à définir le modèle de l’affuteuse qui vous convient.

Une fois sûr de vous, vous avez plusieurs solutions pour trouver le dispositif de votre choix. Il existe un grand nombre de magasins qui se spécialisent dans cette vente. Vous n’avez qu’à les visiter et faire des comparaisons de prix. Cela vous permet d’avoir plus d’informations sur l’équipement et son mode d’emploi.

Dans le cas où vous n’avez pas le temps de vous rendre chez ces boutiques, vous pouvez procéder à l’achat en ligne. Il suffit de vous connecter aux sites appropriés et le tour est joué.

Certaines personnes dénichent les bons modèles à l’aide de l’échange entre particuliers. Cette alternative est parfaite si vous ne trouvez pas d’inconvénient avec les produits d’occasion. Il est quand même nécessaire d’avoir des garanties pour éviter les mauvaises surprises.

Pour ceux qui ne disposent pas d’assez place pour ranger l’appareil, ils peuvent le louer tout simplement. D’ailleurs, s’ils ne l’utilisent que très rarement, son achat devient un vrai gaspillage.

Vous pouvez découvrir un loueur d’affuteuses pour chaine de tronçonneuse sur internet. Pour repérer les plateformes destinées à cette opération, faites des recherches sur Google. Dans certains cas, les forums de discussion pourraient vous indiquer ce genre de renseignement.

Pour terminer, l’affuteuse de la chaine tronçonneuse constitue l’accessoire incontournable pour bien affuter votre matériel. Cette action peut sembler primordiale afin de favoriser la performance du matériel. Elle assure la qualité de coupe et la rapidité de la tronçonneuse. Pour trouver le bon équipement, suivez les conseils mentionnés ci-dessus.

 

Une bonne ventilation chez soi, les étapes clés

Une bonne ventilation chez soi, les étapes clés

Sans air frais à la maison, l’humidité et les bactéries s’accumulent. Nul ne peut nier que la ventilation peut s’avérer incontournable pour la santé. Maux de tête, irritations cutanées, nausées, toux, bon nombre de pathologies apparaissent lorsque l’air est trop humide. Pour résoudre ce problème, il reste primordial de renouveler l’air de l’habitation. Avant d’entrer dans le vif du sujet, nous allons commencer l’article par l’intérêt de la ventilation.

Pourquoi bien aérer la maison est-il si important ?

Il est impératif de remplacer l’air intérieur pollué tous les jours pour la santé des occupants. Une chambre non ventilée est souvent humide où demeure un certain nombre de polluants. Hydrocarbures, oxyde d’azote, poussières, de multiples éléments peuvent causer des réactions allergiques aux locataires. Cela peut même entrainer des empoisonnements si ces derniers restent les bras croisés.

Ce n’est pas tout, d’autres facteurs provoquent l’apparition de CO2 dans l’air. Lorsque vous fumez, vous empestez l’atmosphère dans la pièce. De même, le chauffe-eau et les appareils de chauffage sont également responsables de la présence de ce gaz néfaste. Toutefois, il est bon de rappeler que le monoxyde de carbone est dangereux pour la santé. Il est dans ce cas capital d’améliorer la ventilation.

À préciser qu’une maison mal aérée incite une détérioration rapide de l’habitation. Les champignons attaquent aux planchers, poutres et charpentes. La moisissure endommage les revêtements des sols et des murs. Les taches noirâtres sont accompagnées d’une odeur désagréable. Le tout accélère la ruine du logement.

Fort heureusement, à tout problème correspond une solution. Il est envisageable de rétablir les choses dans l’ordre. Le passage suivant récapitule les conseils pratiques pour améliorer la ventilation de la maison.

Les éléments clés pour une bonne ventilation

L’humidificateur

Bon nombre de foyers recourent à ce dispositif pour bénéficier d’un confort optimal à la maison. Son utilisation assure la santé de tous les membres de la famille. Pour un intérieur sain, l’usage de cet équipement peut paraitre indispensable.

L’humidificateur est d’une grande aide pour gérer le taux d’humidité dans une habitation. Le matériel est la solution idéale pour rendre l’air moins sec. Le cas contraire incite une irritation de la peau et de la gorge. Pour ne pas en arriver là, il s’avère primordial d’utiliser ce genre de dispositif.

Beaucoup de personnes s’en servent pour multiplier le taux d’oxygène dans la pièce à vivre. Comme cet élément sera plus vite transféré dans le sang, il fait disparaitre d’innombrables troubles. Vous pouvez vous libérer de manque de la concentration et aussi des migraines. Ces désagréments vous font souffrir tous les jours une fois à la maison.

Ce n’est pas tout, l’usage de l’humidificateur limite les problèmes de déshydratation. Vous n’aurez plus à vous soucier de la gerçure des lèvres. De plus, l’appareil est capable de diminuer la teneur des poussières dans l’atmosphère. En un mot, il vous aide à gagner en confort chez vous.

Toutefois, il est à rappeler que son maniement doit être bien équilibré. Si l’humidité dans une pièce dépasse les 60 %, des moisissures peuvent apparaître petit à petit. Il faut alors rester toujours prudent malgré ses multiples bienfaits.

Le déshumidificateur

Dans le cas où vous habitez dans un endroit très humide, le recours à ce matériel s’impose. Il faut avouer que vivre dans une maison avec une sensation de froid tous les jours est désagréable. S’équiper de cet outil constitue une option intéressante pour réduire la quantité d’eau dans l’air. Une forte teneur d’eau est très mauvaise pour la santé.

Si vous êtes asthmatique, votre état de santé requiert un environnement plutôt sec. Le rafraichisseur d’air silencieux reste une solution idéale pour vous.

Son principe est extrêmement simple. Le matériel se sert d’un compresseur qui refroidit un radiateur. Le but consiste à diminuer l’humidité dans l’air. L’appareil est ainsi nécessaire pour évacuer la teneur en eau de l’air pour un confort optimal à l’intérieur.

Il s’avère capital de vivre dans une atmosphère saine. Comme de multiples polluants se forment à cause de l’humidité, il est recommandé d’utiliser un déshumidificateur. Les spores endommagent la capacité respiratoire des occupants sensibles y compris les enfants et les personnes âgées. Quant aux champignons, ils entrainent les fatigues, les maux de tête et le manque de concentration. Pour résoudre ces problèmes, mieux vaut améliorer la qualité de l’air intérieur en recourant à un déshumidificateur.

Les bons gestes à adopter

Tout occupant est invité à changer ses habitudes dans le quotidien. Même si vous devez partir le matin, il s’avère crucial d’ouvrir les fenêtres au moins 10 minutes chaque jour.

Il est préconisé de bien ventiler votre maison pendant que vous faites le ménage. Comme cette activité produit beaucoup de poussières, il faut que toutes les saletés ne s’accumulent pas à l’intérieur. Il en est de même lorsque vous cuisinez. Il reste nécessaire d’accentuer l’aération dans la pièce.

Si vous vous équipez d’un appareil de chauffage plus puissant, il est fortement recommandé de bien aérer votre habitation. Dans le cas contraire, cette situation peut devenir néfaste pour votre santé.

Afin que le système de ventilation du logement garde ses performances, vous devez vérifier les conduits et les bouches d’aération. Il faut que ceux-ci soient à la fois propres et libres.

Certains foyers se munissent d’une VMC ou ventilation mécanique contrôlée. Ils doivent réaliser un entretien complet au moins tous les 3 ans. Cela leur permet d’exécuter le nettoyage, le contrôle des entrées d’air, le maintien des gaines et bien d’autres encore.

Il faut savoir qu’une bonne ventilation fait partie d’une obligation en France depuis 24 mars 1982. Une maison doit être dotée d’un système de ventilation, surtout si elle est victime de l’humidité ou de moisissures. En ce sens, l’aération de l’habitat n’est pas tout simplement une option, c’est même une réglementation légale.

Pour conclure, une bonne ventilation s’impose pour rester en bonne santé et garantir la durabilité du logement. Afin de parvenir à cette fin, l’utilisation d’un humidificateur et déshumidificateur constitue une solution efficace. Quelques réflexes doivent être aussi adoptés pour gagner en confort à la maison tous les jours.

Comment trouver des artisans de qualité ?

Comment trouver des artisans de qualité

Pour mener à bien vos projets de rénovation, construction ou décoration, il n’y a rien de mieux que de passer par un bon artisan. Devant la pluralité des profils, dénicher la perle rare demande du temps. Afin de réduire votre effort dans cette quête, prenez en considération des conseils ci-après :

Le bouche-à-oreille : une technique classique, mais efficace

Cette stratégie ne date pas d’hier. Toutefois, elle reste jusqu’à présent plus efficace pour repérer en moins de rien un spécialiste. Le bouche-à-oreille se définit comme une méthode de diffusion d’informations via d’un individu à l’autre.

Son avantage marquant est la possibilité d’avoir accès à un témoignage direct de la compétence du profil. Si ce dernier est recommandé par vos proches ou vos amis, il est certain que ceux-ci sont satisfaits de ses services. C’est pourquoi ils vous conseillent de confier vos projets à lui.

De toute manière, l’expert fera le nécessaire pour ne pas vous décevoir. Il se donnera beaucoup de peine pour être à la hauteur de vos attentes. Lui aussi, il tient à soigner ses images. C’est pourquoi vos chances de trouver un meilleur artisan sont nombreuses.

Cependant, il faut savoir qu’un expert peut être très demandé. Si vos connaissances ont remarqué ses compétences, il est certain que beaucoup de personnes s’en rendent compte également. En ce sens, il s’avère possible qu’il ne soit pas disponible dans l’immédiat. Soit vous devez attendre, soit vous continuez vos recherches.

Consulter les annuaires

Pour aider les particuliers à découvrir rapidement un bon artisan, les annuaires constituent une alternative intéressante. Il suffit de réaliser quelques clics et vous serez redirigé directement vers les coordonnées du professionnel. Cette solution n’est pas seulement efficace, mais elle est aussi la moins onéreuse. Elle vous offre un gain de temps considérable en vous évitant de faire du va-et-vient pour trouver un technicien.

Bon nombre d’artisans s’associent dans un annuaire. Ils indiquent dans le registre leurs adresses exactes et leurs spécialités. Monsieur et madame Tout-le-Monde s’en servent pour avoir plus d’informations sur le technicien. Ils peuvent facilement se renseigner sur ses références et ses réalisations. Ces étapes finies, il ne leur reste plus qu’à sélectionner le prestataire qui habite à proximité de chez soi.

Il faut bien avouer que les indications obtenues peuvent s’avérer insuffisantes pour qualifier l’artisan. Il devient difficile de vérifier toutes les données inscrites dans l’annuaire. De plus, presque tous les professionnels utilisent les mêmes informations. Cela complique votre tâche pour dénicher le meilleur profil.

Les moteurs de recherche, la solution la plus pratique

Avec l’avènement d’internet, tout s’effectue dans les règles de l’art et en un rien de temps. Trouver les adresses des artisans devient à la fois simple et rapide. Il suffit de taper comme mots clés la spécificité de l’artisan et le nom de la ville. En seulement quelques secondes, vous avez à votre disposition un grand nombre de prestataires habitant dans la région. Vous n’avez qu’à sélectionner ensuite celui qui vous convient le plus et le tour est joué.

Parmi les différents moteurs de recherche, Google reste le plus puissant et le plus utilisé pour dénicher une adresse. Comme il s’améliore constamment, il rend la vie des internautes beaucoup plus faciles pour trouver rapidement un technicien de qualité.

On peut dire que les résultats de la recherche peuvent paraître plus précis si on habite dans un petit village. Si vous vivez en revanche dans une localité importante, Google ne fait que compliquer votre quête. Il va vous présenter une multitude de prestataires. Dénicher le meilleur n’est pas du tout une mince affaire.

Les sites de mise en relation entre artisans et clients

On distingue de multiples plateformes sur lesquelles sont inscrites plusieurs artisans expérimentés. Vous aurez à cet effet un large choix de profils pour découvrir la perle rare. Il s’avère envisageable que vous trouvez rapidement quelqu’un de disponible en cas d’urgence. Certes, il faut sélectionner avec soin le site internet. Comme ils sont à présent plus nombreux, il est impératif de se connecter à un site sérieux.

Il est à préciser que ces plateformes proposent les avis ou les retours indiqués par des clients. Cela vous permet d’évaluer les réalisations et le professionnalisme du prestataire choisi. Il suffit de se fier aux commentaires des anciens clients pour prendre une décision.

Il est conseillé de se renseigner sur la qualité de son travail et la tenue des délais. De même, son honnêteté et son sens de l’écoute font partie des critères importants pour qualifier un artisan. Et le dernier point et non des moindres, vérifiez bien si ses prix sont cohérents à ses prestations.

La sélection selon la certification

Une chose est sûre. Trouver un artisan qui respecte ses engagements et qui accomplira un travail correct n’est pas du tout facile. Afin de faire son choix, on distingue désormais plusieurs certifications témoignant des engagements et compétences des sociétés. Ces attestations se définissent comme un gage de qualité et professionnalisme du profil.

Comment trouver des artisans de qualité ?

Pour mener à bien vos projets de rénovation, construction ou décoration, il n’y a rien de mieux que de passer par un bon artisan. Devant la pluralité des profils, dénicher la perle rare demande du temps. Afin de réduire votre effort dans cette quête, prenez en considération des conseils ci-après :

Le bouche-à-oreille : une technique classique, mais efficace

Cette stratégie ne date pas d’hier. Toutefois, elle reste jusqu’à présent plus efficace pour repérer en moins de rien un spécialiste. Le bouche-à-oreille se définit comme une méthode de diffusion d’informations via d’un individu à l’autre.

Son avantage marquant est la possibilité d’avoir accès à un témoignage direct de la compétence du profil. Si ce dernier est recommandé par vos proches ou vos amis, il est certain que ceux-ci sont satisfaits de ses services. C’est pourquoi ils vous conseillent de confier vos projets à lui.

De toute manière, l’expert fera le nécessaire pour ne pas vous décevoir. Il se donnera beaucoup de peine pour être à la hauteur de vos attentes. Lui aussi, il tient à soigner ses images. C’est pourquoi vos chances de trouver un meilleur artisan sont nombreuses.

Cependant, il faut savoir qu’un expert peut être très demandé. Si vos connaissances ont remarqué ses compétences, il est certain que beaucoup de personnes s’en rendent compte également. En ce sens, il s’avère possible qu’il ne soit pas disponible dans l’immédiat. Soit vous devez attendre, soit vous continuez vos recherches.

Consulter les annuaires

Pour aider les particuliers à découvrir rapidement un bon artisan, les annuaires constituent une alternative intéressante. Il suffit de réaliser quelques clics et vous serez redirigé directement vers les coordonnées du professionnel. Cette solution n’est pas seulement efficace, mais elle est aussi la moins onéreuse. Elle vous offre un gain de temps considérable en vous évitant de faire du va-et-vient pour trouver un technicien.

Bon nombre d’artisans s’associent dans un annuaire. Ils indiquent dans le registre leurs adresses exactes et leurs spécialités. Monsieur et madame Tout-le-Monde s’en servent pour avoir plus d’informations sur le technicien. Ils peuvent facilement se renseigner sur ses références et ses réalisations. Ces étapes finies, il ne leur reste plus qu’à sélectionner le prestataire qui habite à proximité de chez soi.

Il faut bien avouer que les indications obtenues peuvent s’avérer insuffisantes pour qualifier l’artisan. Il devient difficile de vérifier toutes les données inscrites dans l’annuaire. De plus, presque tous les professionnels utilisent les mêmes informations. Cela complique votre tâche pour dénicher le meilleur profil.

Les moteurs de recherche, la solution la plus pratique

Avec l’avènement d’internet, tout s’effectue dans les règles de l’art et en un rien de temps. Trouver les adresses des artisans devient à la fois simple et rapide. Il suffit de taper comme mots clés la spécificité de l’artisan et le nom de la ville. En seulement quelques secondes, vous avez à votre disposition un grand nombre de prestataires habitant dans la région. Vous n’avez qu’à sélectionner ensuite celui qui vous convient le plus et le tour est joué.

Parmi les différents moteurs de recherche, Google reste le plus puissant et le plus utilisé pour dénicher une adresse. Comme il s’améliore constamment, il rend la vie des internautes beaucoup plus faciles pour trouver rapidement un technicien de qualité.

On peut dire que les résultats de la recherche peuvent paraître plus précis si on habite dans un petit village. Si vous vivez en revanche dans une localité importante, Google ne fait que compliquer votre quête. Il va vous présenter une multitude de prestataires. Dénicher le meilleur n’est pas du tout une mince affaire.

Les sites de mise en relation entre artisans et clients

On distingue de multiples plateformes sur lesquelles sont inscrites plusieurs artisans expérimentés. Vous aurez à cet effet un large choix de profils pour découvrir la perle rare. Il s’avère envisageable que vous trouvez rapidement quelqu’un de disponible en cas d’urgence. Certes, il faut sélectionner avec soin le site internet. Comme ils sont à présent plus nombreux, il est impératif de se connecter à un site sérieux.

Il est à préciser que ces plateformes proposent les avis ou les retours indiqués par des clients. Cela vous permet d’évaluer les réalisations et le professionnalisme du prestataire choisi. Il suffit de se fier aux commentaires des anciens clients pour prendre une décision.

Il est conseillé de se renseigner sur la qualité de son travail et la tenue des délais. De même, son honnêteté et son sens de l’écoute font partie des critères importants pour qualifier un artisan. Et le dernier point et non des moindres, vérifiez bien si ses prix sont cohérents à ses prestations.

La sélection selon la certification

Une chose est sûre. Trouver un artisan qui respecte ses engagements et qui accomplira un travail correct n’est pas du tout facile. Afin de faire son choix, on distingue désormais plusieurs certifications témoignant des engagements et compétences des sociétés. Ces attestations se définissent comme un gage de qualité et professionnalisme du profil.

Elles peuvent être considérées comme une méthode efficace afin de sélectionner un meilleur artisan. Beaucoup de documents sont à procurer, mais le Qualibat et le RGE figurent parmi les plus sûrs pour mieux évaluer le technicien.

Le premier fait partie des certifications les plus connues du large public. Il s’applique à de multiples secteurs d’activité y compris la charpente, la maçonnerie et le gros œuvre. Le Qualibat est seulement accordé après deux audits différents. Il valide notamment les moyens humains et légaux ainsi que le savoir-faire des professionnels. Cette certification constitue une solution intéressante pour rassurer les clients sur la nature des prestations de ces derniers.

Quant au label RGE, il n’est pas une certification qualité des artisans à proprement dire. Cependant, comme elle requiert une formation, elle peut prouver la compétence du technicien à réaliser les travaux.

Pour conclure, il s’avère difficile de repérer un artisan de qualité devant la pluralité des profils. Pour résoudre ce problème, les conseils cités ci-dessus doivent être bien retenus et vous dénicherez certainement la perle rare.

Elles peuvent être considérées comme une méthode efficace afin de sélectionner un meilleur artisan. Beaucoup de documents sont à procurer, mais le Qualibat et le RGE figurent parmi les plus sûrs pour mieux évaluer le technicien.

Le premier fait partie des certifications les plus connues du large public. Il s’applique à de multiples secteurs d’activité y compris la charpente, la maçonnerie et le gros œuvre. Le Qualibat est seulement accordé après deux audits différents. Il valide notamment les moyens humains et légaux ainsi que le savoir-faire des professionnels. Cette certification constitue une solution intéressante pour rassurer les clients sur la nature des prestations de ces derniers.

Quant au label RGE, il n’est pas une certification qualité des artisans à proprement dire. Cependant, comme elle requiert une formation, elle peut prouver la compétence du technicien à réaliser les travaux.

Pour conclure, il s’avère difficile de repérer un artisan de qualité devant la pluralité des profils. Pour résoudre ce problème, les conseils cités ci-dessus doivent être bien retenus et vous dénicherez certainement la perle rare.

Mélangeur ou Mitigeur ? Comment choisir son robinet de cuisine

Mélangeur ou Mitigeur ? Comment choisir son robinet de cuisine

Au cours d’un aménagement de la cuisine, on se demande souvent lequel choisir entre un mitigeur et un mélangeur. Comme le robinet est très utilisé tous les jours, la sélection ne se réalise pas ainsi à la légère. Il faut en ce sens bien distinguer la différence entre ces deux mécanismes.

Le mitigeur se compose d’une seule tête. Cette dernière gère à la fois la température et le débit de l’eau. Pour ce faire, il suffit d’incliner le manche soit de droite à gauche, soit d’avant en arrière. D’une manière générale, ce dispositif se munit d’une butée et un réducteur de débit.

Le mélangeur, quant à lui, dispose de deux manettes différentes. Si l’une à gauche est destinée pour l’eau chaude, l’autre à droite est pour l’eau froide. Si vous souhaitez en même temps obtenir une bonne température et un débit moyen, vous devez actionner ces deux têtes.

Conseils pour choisir entre le robinet mitigeur et un mélangeur

Il faut bien reconnaître que cette sélection n’est pas du tout une mince affaire. Les deux options peuvent sembler à la fois intéressantes et pratiques. Pour vous aider à prendre une décision, les paramètres suivants doivent être considérés.

L’utilisation

Afin de faire le bon choix, il s’avère nécessaire de bien réfléchir la manœuvre de l’engin. Si vous prenez le mélangeur, vous devez ouvrir les deux têtes simultanément pour obtenir la température désirée. Quant au débit, il faut aussi utiliser les deux manettes en même temps. Il reste difficile à gérer pour les personnes âgées et les enfants.

Par contre, le mitigeur convient à tous les membres de la famille. En comparaison avec le premier modèle, il semble plus simple à manipuler. Comme ce robinet ne possède qu’une seule poignée, vous n’avez qu’à vous en servir à n’importe quelle action. Pour ajuster la température, le réglage se fait de droite à gauche. Quant au débit, il suffit de gérer sa tête de haut en bas.

Le côté esthétique

Le choix du robinet ne doit pas être fait à la légère. Il faut que son design corresponde à la décoration d’intérieur de la cuisine. Dans le cas contraire, le dispositif ne fait que nuire au style de la pièce. Le mélangeur est une bonne option pour les maisons anciennes. Cette alternative convient au look vintage. En revanche, le mitigeur apporte une touche de modernité à la chambre. Il est le produit idéal pour une déco contemporaine. D’ailleurs, il se décline en de nombreux exemplaires au marché.

Comme le mélangeur s’est beaucoup affiné de nos jours, il vous aide à gagner de place dans la cuisine. De plus, il est prisé de sa simplicité de nettoyage. Quant à la catégorie opposée, elle est parfaite pour les passionnées d’une matière unique. Vous pouvez choisir entre le laiton classique, le métal chromé ou les modèles colorés.

Le niveau de sécurité

Que cela soit le robinet mitigeur ou mélangeur, les exemplaires actuels bénéficient d’une protection optimale. Les fabricants ont pris soin particulièrement de leur finition pour éviter les éventuels accidents aux utilisateurs. Néanmoins, il reste nécessaire de signaler que le niveau de sécurité du mitigeur est au top. Les risques de brûlure sont limités avec les modèles thermostatiques. Si vous avez des enfants à la maison, ces références sont très conseillées.

L’aspect économique

Comme le mélangeur est déjà inventé bien avant le mitigeur, il est privé de fonctionnalités intéressantes. En revanche, le mitigeur possède un limitateur de débit. Grâce à cela, il est en mesure d’ajuster le débit de l’eau selon les besoins de l’usager. Cela peut s’avérer plus pratique pour limiter la consommation d’eau. À cet effet, cette référence constitue le robinet le plus économique.

Le prix

En comparaison avec d’autres critères, ce point reste essentiel avant de faire le choix entre ces deux mécanismes. Quelle que soit votre préférence personnelle, la sélection dépend notamment de votre budget.

Généralement, les montants de ces dispositifs se situent autour de 50 à 90 euros. Néanmoins, il est possible que ce tarif augmente en coup de vent si vous insistez sur le design de l’outil. Les robinets de gamme coutent 200 euros. Toutefois, les produits de marque peuvent atteindre jusqu’à 1 000 euros. La notoriété des constructeurs agit beaucoup sur le prix du produit.

Quoi qu’il en soit, les robinets mélangeurs sont moins cher que leur adverse. De toute manière, ils font partie des dispositifs classiques.

Les différents modèles à choisir

Il existe plusieurs sortes de robinets mitigeurs et mélangeurs au marché. Peu importe votre choix, informez-vous des avantages et inconvénients de chaque exemplaire avant de prendre une décision.

Les types de robinets mélangeurs

  • Mélangeur à un trou

Il figure parmi les références les plus répandues au marché. Le dispositif est composé d’un corps unique. Les têtes se placent de part et d’autre du robinet lui-même. Quant au bec, cet élément peut être mobile chez les autres produits.

  • Mélangeur à deux trous

Contrairement à la première catégorie, il peut sembler peu fréquent au marché. Il fait un meilleur choix pour les acheteurs soucieux du côté design.

  • Mélangeur à trois trous

Quant à ce produit, il s’utilise surtout dans des versions de gamme. Les poignées sont séparées et le corps du mélangeur est placé en dessous du lavabo.

 

Les différentes sortes de mitigeurs

  • Mitigeur classique

Il est généralement doté de régulateur de température. L’exemplaire est prisé de sa praticité et sa simplicité d’utilisation.

  • Mitigeur thermostatique

Il se distingue de sa capacité à réduire les risques de brûlures. Il offre un réglage de température plus précis qu’avec un modèle classique.

  • Mitigeur à commande infrarouge

L’ouverture du robinet est actionnée par le passage des mains. Ce produit peut paraitre très économe d’eau.

  • Mitigeur à bec en cascade

Il est capable de déverser un jet d’eau large. D’autres produits sont même ornés d’ampoules LED.

 

Pour terminer, la sélection entre le mitigeur et le mélangeur reste difficile à faire. Si vous désirez économiser l’eau, optez pour la première catégorie. Il en est de même pour ceux qui ont des enfants et qui sont soucieux de leur sécurité. Par contre, la deuxième est parfaite pour les petits budgets et pour les passionnés du look vintage.

Comment protéger un chauffe-eau du calcaire ?

Comment protéger un chauffe-eau du calcaire

Le calcaire constitue le premier ennemi de votre chauffe-eau. Ces tartres endommagent prématurément l’équipement. Non seulement ils affectent sa durée de vie, mais ils réduisent également ses performances. Fort heureusement, des solutions sont envisageables pour limiter les risques. Avant d’en arriver là, il s’avère nécessaire d’expliquer les conséquences du calcaire.

Les effets néfastes du calcaire

Si vous ne prenez pas des mesures, il est probable que les tartres se forment petit à petit. Toutefois, cette situation conduit une surconsommation des énergies du chauffage. 1 mm de calcaire accentue une consommation jusqu’à 15 %. Cela influera sûrement sur votre portefeuille tous les mois.

Ce n’est pas tout, ces petits cristaux blancs entrainent une défaillance de votre matériel. Un chauffe-eau entarté perd peu à peu de sa performance. L’usure de l’appareil va ainsi s’augmenter si vous restez les bras croisés. Cela réduit également la durée de vie de l’équipement.

Les solutions à adopter pour protéger le chauffe-eau

Heureusement, à tout problème correspond une solution concrète. La partie suivante récapitule les astuces pratiques pour lutter contre cet ennemi juré des appareils électroménagers.

1. Procédez au détartrage

Pour que le matériel remplisse correctement ses rôles le plus longtemps possible, cette opération s’impose. Tout propriétaire du chauffe-eau est invité à accomplir cet entretien normalement tous les 5 ans.

Ce procédé consiste d’abord à vider le ballon d’eau chaude. Cette étape finie, il faut ouvrir la cuve et la nettoyer. Vous pouvez pour terminer la remonter et le tour est joué.

Cette action constitue une option intéressante pour garantir la performance de l’équipement. De plus, elle assurera sa durée de vie pour vous empêcher de remplacer fréquemment le matériel. Après le détartrage, la machine vous procure une praticité et un grand confort à long terme.

Quelques habitudes sont également à adopter pour promettre le bon fonctionnement du dispositif. Il est conseillé d’ajuster la température du thermostat sur 55°. Cela permet non seulement de lutter contre les tartres, mais aussi de supprimer les bactéries. Il ne faut pas toutefois dépasser ce seuil, car sinon les tartres risquent de se former rapidement.

2. Servez-vous d’un adoucisseur d’eau

Cette option reste intéressante pour éradiquer une bonne fois pour toutes le calcaire. Grâce à l’adoucisseur d’eau, votre chauffe-eau sera donc protégé définitivement de ce problème. Il s’agit d’un dispositif qui supprime le dépôt des tartres à l’aide d’un procédé chimique. Comme l’eau peut sembler si dure surtout dans la région, l’appareil sert à adoucir le liquide. Cet équipement sera monté près de l’arrivée d’eau. Il faut bien avouer que son installation peut être un peu compliquée. Néanmoins, elle reste la plus efficiente, comme solution.

3. Investissez dans un filtre anti-calcaire

Le dispositif se munit d’une cartouche qui comporte des polyphosphates. Ces éléments sont présentés sous forme de billes ou cristaux. Afin d’éliminer les tartres, l’eau va passer à l’intérieur du filtre. Puis, le calcaire reste en suspension dans le liquide. L’objectif tient à l’empêcher de se poser dans les conduits. Une solution facile, mais pratique, il suffit d’un seul filtre pour traiter le circuit d’eau dans sa totalité. Il est à préciser que le produit requiert un entretien régulier. Il s’avère impératif de remplacer le filtre le plus souvent selon la dureté du liquide. Cette action permet de garantir dans le temps l’efficacité de votre électroménager.

4. Choisissez une résistance ACI hybride

Il faut rappeler que la résistance constitue une pièce maîtresse de votre chauffe-eau. Elle joue un rôle crucial dans l’échauffement de l’eau. Ce n’est pas tout, cet élément contribue beaucoup au  confort d’eau chaude. Il assure également la durée de vie de votre matériel. On distingue 3 sortes de résistances. Vous avez la blindée, la stéatite et l’ACI Hybride. Cette dernière reste une alternative innovante pour la bataille contre le calcaire. Elle est en mesure de protéger la cuve contre la corrosion, peu importe la nature de l’eau. De plus, l’ACI Hybride garantit pareillement la longévité du chauffe-eau jusqu’aux 2 ans.

5. Optez pour les osmoseurs

Comme les autres alternatives précédemment citées, les osmoseurs constituent également une option intéressante pour éliminer les tartres. Pour faire simple, ce sont des purificateurs d’eau qui servent à bloquer tous les composants polluants y compris le calcaire. L’appareil est nécessaire dans la mesure où il purifie l’eau en triant les cristaux de calcaires par sa membrane.

6. Autres astuces et trucs pratiques pour lutter contre le calcaire

Si toutes ces idées vous paraissent un peu floues, vous pouvez effectivement opter pour les solutions faciles à réaliser, mais efficaces. Voici quelques procédés pratiques qui vous aident à lutter naturellement contre le calcaire, sans vous intoxiquer bien entendu.

  • L’acide citrique

Il s’agit d’une meilleure substance anti-calcaire. Généralement, il figure parmi les bases des produits ménagers. L’acide citrique est 100 % biodégradable. Ses constituants ne sont pas néfastes pour votre santé. De plus, cette composition peut paraître très économique. 1 ou 2 cuillères à soupe suffisent pour détartrer un litre d’eau.

  • Le vinaigre d’alcool

Tout comme l’acide citrique, le vinaigre est également 100 % biodégradable. Il n’intoxique pas, ni l’environnement ni votre organisme. De plus, il constitue une option très économique pour lutter contre le calcaire. Le litre ne coûte que quelques euros, alors qu’il est d’une efficience redoutable.

  • Les produits anti-calcaires

On distingue de multiples produits qui sont conçus spécialement pour protéger les électroménagers du calcaire. Certes, ils sont un peu plus chers. Toutefois, ils sont très efficaces pour éradiquer définitivement la formation des tartres. Des tablettes, spray ou  balles anti-calcaire, nombreuses sont les alternatives. Il ne vous reste plus qu’à choisir celui qui convient le plus à votre chauffe-eau.

En guise de conclusion, le calcaire peut paraître extrêmement néfaste pour votre chauffe-eau. Non seulement il endommage le matériel pour bien choisir le meilleur visitez notre guide comparatif , mais il affecte également sa longévité. Il est ainsi primordial de prendre des précautions contre sa formation. Vous pouvez élire entre l’usage d’un adoucisseur d’eau, un filtre anti-calcaire, une résistance ACI hybride ou des osmoseurs. Le détartrage reste aussi une étape indispensable pour lutter contre le calcaire. De même, des options naturelles sont envisageables.

Lève tracteur tondeuse : quelles sont les mesures de sécurité ?

Lève tracteur tondeuse : comparatif pour choisir le meilleur

Si vous faites partie des amateurs ou professionnels de jardinage, vous devez vous munir d’un lève tracteur tondeuse . Cet appareil se révèle être une aide précieuse pour vous dans la maintenance de toute machine de jardinage. Peu importe votre équipement, une tondeuse autoportée ou un petit tracteur, le lève tracteur tondeuse vous permet de réaliser facilement et confortablement le nettoyage du matériel. Il est à signaler que ce cric peut également engendrer d’éventuelles blessures si vous ne prenez pas de précaution. Avant d’entrer dans le vif du sujet, nous allons d’abord détailler l’intérêt du lève tracteur tondeuse .

Comme votre espace vert requiert l’usage d’un tracteur tondeuse, il est crucial de prendre soin du dispositif pour qu’elle remplisse correctement ses tâches. Il faut toutefois avouer que la maintenance d’un engin de plusieurs centaines de kilos n’est pas du tout une mince affaire. C’est dans cet angle que le lève tracteur tondeuse intervienne. L’appareil vous permet de soulever facilement la tondeuse ou le tracteur tondeuse. Vous pouvez dans ce cas réaliser aisément l’entretien de ce dernier comme le nettoyage ou l’affûtage des lames. L’utilisation du lève tracteur tondeuse vous aide à atteindre aux endroits inaccessibles par exemple les parties qui se situent en dessous de la machine. Fini alors les techniques classiques du levage, il n’est nul besoin de se servir d’une cale en bois pour soulever la tondeuse. Il vous suffit de faire usage d’un lève tracteur tondeuse et le tour est joué.

Comme le tracteur tondeuse pèse des tonnes, sa maintenance peut engendrer d’éventuels accidents. Il est ainsi nécessaire de bien savoir utiliser le matériel de levage pour éviter les blessures.

 

Quelles sont les mesures de sécurité du lève tracteur tondeuse ?

Bien scruter la composition du lève tracteur tondeuse

 

Même si tous les fabricants prétendent garantir la sécurité des utilisateurs, il faut toujours être prudent de bien analyser la conception du matériel. Le but tient à s’en servir en toute quiétude. Il est vrai que les autorités compétentes ne restent pas les bras croisés à bien vérifier les produits en vente. Cependant, les acheteurs ont aussi leur devoir de bien se renseigner sur l’article avant de faire leur choix .

Il faut s’assurer que le lève tracteur tondeuse se dote d’un meilleur système de vis sans fin. Ce dernier vous met à l’abri des dangers lors de la manipulation de l’engin. Vous n’aurez plus à vous soucier sur les risques de basculement, chancèlement ou vacillement. Il convient de rappeler que le tracteur tondeuse est très lourd. Il est dans ce cas fortement recommandé de bien inspecter tous les mécanismes qui garantissent votre sécurité.

Dans ce même ordre d’idée, les acheteurs doivent analyser la stabilité du lève tracteur tondeuse avant de prendre une décision d’acquisition. Un équipement en déséquilibre peut provoquer un accident grave. À préciser que la tondeuse à entretenir pèse des centaines de kilos. À cet effet, elle risque de tomber au-dessus de vous si le matériel de levage reste instable. Il faut dans ce cas vérifier tous les éléments qui assurent la solidité et la stabilité du lève tracteur tondeuse.

 

Opter pour un lève tracteur tondeuse homologué

Afin que l’utilisation de ce dispositif de levage soit en toute quiétude, il n’y a rien de mieux que de choisir un matériel homologué. La présence du sigle spécifique sur l’appareil vous offre une garantie totale que le produit reste conforme aux normes en vigueur.

Que cela soit une homologation LNE ou CE, ces informations assureront un usage bien sécurisé. Vous pouvez dans ce cas manipuler l’engin en toute tranquillité.   Si vous trouvez l’indice LNE sur l’emballage, sachez que le lève tracteur tondeuse est bel et bien certifié par les autorités compétentes. La certification est émise par le laboratoire national de la métrologie.

Quant au sigle CE, il s’agit d’une conformité aux normes européennes mises en vigueur. Ce renseignement indique que le lève tracteur tondeuse est bien testé avant de le présenter au marché. À cet effet, les autorités ont déjà bien étudié à l’avance tous les risques d’accident qui peuvent survenir lors de l’usage du matériel. L’objectif consiste à supprimer au maximum toutes les blessures liées à la manipulation du dispositif de levage.

Pour faire simple, il est conseillé de bien vérifier ces informations avant de choisir un lève tracteur tondeuse . Cela vous garantira une utilisation sûre.

 

Autres éléments à analyser pour limiter les risques des accidents

Afin de manipuler correctement l’engin et éviter les imprévus, il est impératif d’adopter la meilleure position. L’utilisateur ne doit pas s’allonger sous le tracteur tondeuse pendant le nettoyage ou l’entretien de l’engin. Il n’est pas obligé de prendre ces risques, car il suffit de bien régler l’inclinaison du lève tracteur et le tour est joué. Si vous n’êtes pas encore habitué à ajuster ce genre de matériel, il n’y a pas de mal à demander conseil auprès des experts. Ils sauront simultanément vous expliquer les éventuels accidents liés aux mauvaises positions.

Dans le mode d’emploi du lève tracteur tondeuse , les fabricants ont toujours signalé l’information concernant le poids de levage maximal. Il est recommandé de bien respecter ces mesures. L’inexécution de cette indication peut provoquer un accident. Mais ce n’est pas tout, cela pourrait aussi endommager le cric. Il faut alors suivre l’instruction du constructeur.

De même, il est pareillement primordial de prendre en compte des dimensions du mini tracteur ou tondeuse compatible au cric. Tout comme le poids, cette information est souvent signalée dans la notice. Les problèmes d’incompatibilité peuvent être des sources d’accident.

Les acheteurs du lève tracteur tondeuse sont conseillé à vérifier la largeur du passage de roues. Il est impératif que cette dernière cadre à la perfection avec les roues de l’engin. Dans le cas contraire, l’usager exposera à des risques d’accident. De plus, cela pourrait également abîmer certains composants du cric.

En conclusion, le lève tracteur tondeuse constitue un matériel incontournable pour soulever les machines lourdes comme la tondeuse ou le mini tracteur. Cependant, leur manipulation requiert beaucoup de prudence. Souvenez-vous alors toutes les précautions à prendre que nous venons d’évoquer ci-haut pour éviter les imprévus.

Tronçonneuse électrique – Comment bien choisir ? Les conseils

Tronçonneuse électrique – Comment bien choisir ? Les conseils

La tronçonneuse électrique constitue un outil incontournable pour effectuer de petits travaux de jardinage. Les utilisations du dispositif sont très variées, il est parfait pour les travaux d’ébranchage ainsi que de débitage. Ce type de tronçonneuse fonctionne à l’aide du moteur électrique. Contrairement au modèle thermique, l’appareil reste pratique, maniable et léger. Pour trouver le produit qui correspond à vos besoins, il existe de multiples critères qui vous aident à savoir si la tronçonneuse est bonne ou pas. Voici alors les différents points à considérer:

La puissance de la tronçonneuse électrique

Même si bon nombre de modèles sont disponibles au marché, ils n’ont pas sûrement les uns et les autres les mêmes puissances. Cet indicateur constitue un critère essentiel qui détermine la performance de la tronçonneuse. Il ne faut pas donc négliger cette information avant de prendre une décision d’achat.

Il est bon de signaler que la puissance dépend particulièrement du type de travaux à faire. Il reste également nécessaire de tenir compte des dimensions des arbres ainsi que de leur nombre. Tous ces renseignements vous permettent de sélectionner la puissance du matériel.

Plus l’article présente une quantité importante de Watts, plus le moteur sera très performant. Si vous souhaitez élaguer des arbres de grande taille, il vous faut un équipement plus puissant de 1500w. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez tout simplement choisir un dispositif de 800 w.

À signaler que la sélection d’un modèle puissant ne signifie pas forcément qu’il est aussi plus intelligent. Pensez alors à considérer le type d’usage que vous prévoyez de faire avec l’appareil.

Le type d’utilisation

Avant d’opter pour un produit particulier, il est conseillé de bien analyser la nature des travaux auxquels la tronçonneuse est dédiée. Cela déterminera votre décision si vous devez investir un article onéreux ou non. Si cela concerne des simples travaux d’entretien, un dispositif peu performant avec une puissance moyenne vous suffira. Par contre, si vous prévoyez de réaliser un élagage d’un grand nombre d’arbres, orientez votre choix vers un modèle plus performant.

Dans ce même contexte, il est aussi important de bien identifier l’intensité des travaux. Cette information conditionne les caractéristiques techniques de la tronçonneuse électrique à savoir la chaîne, la longueur du guide et la puissance.

La chaîne de la tronçonneuse

Quelle que soit la nature des travaux à faire, la tronçonneuse électrique se choisit en fonction de sa chaîne. Il s’agit d’une pièce maîtresse du dispositif, car elle garantit la rapidité et le succès de l’élagage et le débitage. Composée de la lame ou la gouge, la chaîne assure l’efficacité et la précision de la coupe. Elle contribue beaucoup à la réussite des travaux d’élagage.

Au sujet du guide-chaine, sa taille doit être compatible aux dimensions des plantes à élaguer. Plus l’arbre semble être long, plus le guide-chaine doit être aussi de grande taille. Cependant, il faut bien avouer qu’un petit guide-chaine peut s’avérer facile à manœuvrer. La tronçonneuse électrique est moins lourde.

Le côté pratique

Peu importe le type d’utilisation de la tronçonneuse, la praticité de l’appareil constitue un élément essentiel à scruter. Afin de le mener à bien, il reste nécessaire d’analyser le lieu de travail. Si vos travaux se passent dans la majorité de cas en forêt, c’est à dire loin des prises électriques, il s’avère plus judicieux de se pencher vers une tronçonneuse électrique sans fil ou sur batterie. Cet appareil simplifie beaucoup les tâches des bûcherons. Ils peuvent abattre ou élaguer des arbres sans devoir se soucier de la source de l’électricité. Ce genre de tronçonneuse est alimenté par la batterie rechargeable. Il est apprécié de son confort d’usage et sa mobilité, ce qui accentue sa praticité.

Il est aussi conseillé d’opter pour un article peu encombrant et léger si les travaux requièrent un déplacement fréquent. Une tronçonneuse qui occupe beaucoup de place est moins pratique si vous devez vous déplacer beaucoup.

L’entretien

Pour que le modèle présente un bon rapport qualité-prix, il doit être simple à entretenir. Généralement, les tronçonneuses électriques ne nécessitent pas un entretien spécifique. Toutefois, l’opération peut s’avérer importante, car elle contribue beaucoup à la durée de vie de l’appareil. Il faut alors ne rien négliger.

Bon nombre de dispositifs sont conçus pour effectuer la maintenance de la tronçonneuse électrique. Parmi les plus utilisés, le nettoyeur haute pression est d’une grande aide pour redonner un coup d’éclat au matériel. Il constitue l’outil incontournable pour nettoyer en profondeur toutes les pièces de l’équipement à savoir les bougies et le filtre à air.

De même, l’aspirateur souffleur reste également le meilleur accessoire pour faire sécher la tronçonneuse. Vous avez aussi besoin d’un affûteur afin d’appointer efficacement la chaîne de la machine.

Les fabricants mentionnent souvent dans la notice le mode d’entretien de leurs produits. Il faut alors bien suivre ces instructions afin de garantir la longévité de la tronçonneuse électrique .

La facilité d’utilisation

Pour faire un bon investissement lors de l’achat, il n’y a rien de mieux que de privilégier un modèle facile à manipuler. Les jardiniers ne sont pas tous forcément des professionnels. Il faut ainsi opter pour un article simple à manœuvrer et surtout léger.

Dans ce même contexte, il est également important de se renseigner sur le niveau de sécurité de la tronçonneuse. Si vous n’êtes pas encore habitué à vous en servir, il faut toujours rester prudent au cours de son usage afin d’éviter les éventuelles blessures.

Les modèles de gamme se dotent des dispositifs qui garantissent la sécurité des utilisateurs. Même s’ils coûtent souvent cher, sachez que leur prix est justifié. Ils se munissent généralement de la chaîne de type kickback. Cette dernière semble peu performante, mais moins dangereuse, quoi de mieux que de s’équiper d’un article plus sécurisé.

Pour terminer, la tronçonneuse électrique convient particulièrement aux petits travaux d’élagage. Silencieuse et légère, la machine joue correctement ses rôles, que cela soit pour les travaux d’ébranchage ou de débitage. Toutefois, sa sélection ne s’effectue pas aux yeux fermés, car plusieurs éléments doivent être considérés. Pour dénicher le bon produit, vous n’avez qu’à retenir tous les critères évoqués ci-haut.

En savoir plus : Guide d’achat et comparatif des meilleures tronçonneuses électriques .

3 conseils pour bien choisir la bineuse électrique

3 conseils pour bien choisir la bineuse électrique

Devant l’évolution de la technologie, personne n’ameublit plus la terre à mains nues. L’usage de la bineuse électrique connaît un réel succès dans le monde de jardinage. Cette machine est nécessaire pour bien préparer le sol avant la plantation. Comme les fabricants ne cessent de présenter des modèles de gamme au marché, son acquisition devient un véritable casse-tête. Afin de vous aider à faire le bon choix, voici les 3 critères à prendre en compte :

Différents types de bineuses

Il existe 3 types de bineuses qui sont disponibles au marché. Il est important de savoir la différence entre ces 3 appareils même si leur objectif est identique, il s’agit de l’ameublissement de la terre avant l’ensemencement.

La bineuse à batterie

Ce genre de bineuse est prisé particulièrement de sa grande autonomie ainsi que sa mobilité. Comme il fonctionne à l’aide d’une batterie, il peut s’avérer économique en énergie. Cet appareil est adapté aux terrains de petite taille, c’est-à-dire jusqu’à 200 m². Comme la bineuse à batterie est portative, elle peut remplir ses rôles à peu près partout.

Quant à sa puissance, on peut dire qu’elle n’est pas capable d’assumer les missions d’une bineuse électrique . Cette dernière fait preuve d’une performance supérieure. Il faut bien avouer que la potentialité du modèle électrique est loin d’être identique à la bineuse thermique. Toutefois, il semble plus puissant qu’une bineuse à batterie.

La bineuse thermique

La machine se dote d’un moteur à la fois puissant et robuste. En conséquence, elle est en mesure de prendre soin d’une grande surface pouvant aller jusqu’à 2000 m². À cet effet, la bineuse thermique convient à une utilisation semi-professionnelle, avec plus de rendement et une longévité accrue.

Malgré ce point fort, la puissance de la bineuse thermique est tout de même limitée. Elle reste moins rapide que par rapport à un motoculteur. Même si ces deux machines de jardinage sont capables de prendre soin des grandes surfaces, ce dernier procure un résultat plus rapide et plus efficace que la bineuse thermique.

On retiendra que la bineuse thermique est aussi appréciée de son autonomie. Vous pouvez alimenter son moteur par du carburant. En comparaison avec le modèle électrique, elle semble beaucoup plus chère. De plus, elle peut s’avérer bruyante lorsqu’elle est en marche.

La bineuse électrique

Comparé à la concurrence, ce type de machine détient un prix beaucoup plus intéressant. Malgré cet atout, il reste puissant, pratique et robuste. Ce n’est pas tout, il n’est pas du tout difficile de le dénicher au marché. Les bineuses électriques connaissent un réel succès actuellement. Elles sont très prisées par le public des quatre coins de la planète.

Quant à son entretien, l’appareil se révèle être facile à nettoyer. Il est parfait pour les potagers ou jardins de petite ou moyenne taille. Contrairement à la bineuse thermique, ce modèle reste ultra silencieux. Il est à la fois maniable et compact pour plus de praticité.

Puissance de la bineuse électrique

Comme nous venons de détailler ci-dessus, les bineuses électriques présentent un bon rapport qualité-prix. Néanmoins, tous les modèles au marché ne sont pas forcément les uns et les autres meilleurs et performants. Il reste ainsi primordial de bien se renseigner sur la puissance du produit de votre choix, cette information définit le potentiel de la machine. Plus le moteur se trouve être puissant, plus votre travail de binage est impeccable.

Cela dit, la puissance de l’équipement se choisit pareillement en fonction de la caractéristique du sol. Dans le cas où votre potager semble dur à ameublir, il vous faudra un dispositif plus de 1 000 w. Avec ce genre de bineuse, vous n’aurez aucune difficulté à labourer le sol même si celui-ci s’accompagne de gros cailloux.

Le confort d’utilisation

Pour faire un meilleur investissement au cours de l’achat, il est crucial de bien scruter le confort d’usage. Il n’y a rien de tel que de se servir d’un dispositif simple et facile à manipuler. Grâce à cela, vous pouvez vous l’utiliser seul sans avoir besoin d’une autre personne pour vous aider. Bon nombre de points déterminent votre confort lors du maniement de l’appareil, voici donc ces différents indicateurs à considérer :

Le poids

Comme tout autre appareil de jardinage, il est conseillé de se renseigner sur le poids de la bineuse électrique. Certes, ces appareils semblent généralement les uns et les autres légers, contrairement aux modèles thermiques. Pourtant, certains sont faciles à soulever et pèsent peu que les autres. Il est ainsi recommandé de s’informer du poids de l’article avant l’acquisition. Plus le modèle a un poids plume, plus il présente une grande maniabilité.

L’ergonomie

Il est fortement conseillé d’opter pour un matériel avec une bonne prise en main. Pour trouver aisément ce genre de produit, référez-vous à la forme du guidon. Plus celui-ci est ergonomique, plus vous éviterez sans coup férir le mal de dos malgré l’usage pendant plusieurs heures.

L’entretien

Pour accentuer le confort d’utilisation, il n’y a rien de mieux que de choisir une bineuse électrique facile à entretenir. Si le nettoyage de certains articles occupe beaucoup de votre temps, d’autres restent simples à en prendre soin. Optez alors pour cette deuxième catégorie, car sa maintenance sera un véritable plaisir pour vous.

Il reste nécessaire de signaler que l’entretien de la bineuse garantit sa durée de vie. À cet effet, vous ne devez sûrement pas prendre à la légère cette opération. Les fabricants ont souvent mentionné dans le mode d’emploi la façon de maintenir les produits en bon état. Afin d’éviter les imprévues, il est préférable que vous suiviez à la lettre les différentes étapes. Au cas où ces renseignements ne sont pas cités dans la notice, référez-vous aux commentaires des anciens acheteurs. Ils pourront vous aider sur la manière d’entretenir la machine.

Pour terminer, la bineuse électrique constitue l’outil idéal pour aérer le sol avant la pose des semences. Légère et maniable, elle s’avère nécessaire pour les petits et moyens travaux de labourage. Avant de faire le choix sur un tel ou tel dispositif, il est crucial de tenir compte de ces 3 critères que nous venons de détailler ci-haut. pour bien choisir visitez aussi notre guide comparatif des meilleures bineuses électriques  .

5 critères à savoir avant d’acheter une élagueuse sur perche

5 critères à savoir avant d’acheter une élagueuse sur perche

Comme la santé de vos arbres est une priorité absolue, il s’avère crucial de se doter d’un outil adéquat. Il existe de multiples équipements qui sont conçus uniquement pour entretenir ces végétaux. Parmi les plus pratiques, l’élagueuse sur perche constitue le meilleur matériel pour élaguer les branches les plus hautes. Pour dénicher l’article de qualité, voici les différents points à prendre en compte avant l’achat :

Différence entre élagueuse sur perche et perche élagueuse

Malgré le rapport entre ces deux appellations, elles renvoient à deux appareils tout à fait différents. Néanmoins, l’objectif de leur usage semble le même, elles servent à élaguer les arbres. C’est particulièrement la position du moteur vis-à-vis de la perche qui marque leur distinction. Lorsque le moteur est situé en haut de la perche, il est question d’une élagueuse sur perche. Par contre, si le moteur se trouve près de l’opérateur, c’est-à-dire en bas, vous avez affaire à une perche élagueuse.

Aussi appelée tronçonneuse élagueuse, l’élagueuse sur perche constitue le dispositif idéal pour couper les arbres moins de 3 mètres. En revanche, si les plantes comprennent plus de 3 mètres, mieux vaut recourir à une perche élagueuse.

Différents types de l’élagueuse sur perche

Pour satisfaire les besoins des acheteurs, les fabricants proposent 4 types d’élagueuses sur perche au marché. Il ne vous reste plus qu’à choisir celui qui vous convient le mieux.

L’élagueuse manuelle

Comme son nom l’indique, ce genre d’équipement n’est pas du tout un article motorisé. Il constitue l’outil parfait pour élaguer les végétaux de grande hauteur. Bon nombre de foyers privilégient le modèle manuel grâce à sa légèreté et sa facilité d’usage. Comme elle ne fonctionne pas à l’aide d’un moteur, elle pèse peu et semble être très simple à porter. De plus, l’absence du moteur accentue le confort d’utilisation de cette élagueuse. Elle ne produit aucun bruit lors de son fonctionnement.

Comparé à la concurrence, l’appareil remplit correctement ses rôles surtout lorsqu’il s’agit d’un petit jardin. Par contre, il vaut mieux songer à un autre équipement quand votre jardin est spacieux.

L’élagueuse sur perche électrique

Comme son nom la laisse deviner, ce dispositif fonctionne uniquement lorsqu’il est branché à une prise électrique. À l’évidence, il n’a pas besoin de carburant ou huile pour remplir ses missions. Par contre, il faut s’équiper des rallonges afin que le matériel joue correctement ses rôles.

L’élagueuse électrique convient surtout à un usage privé. Contrairement à d’autres modèles thermiques, elle n’engendre aucun bruit lorsqu’elle est en état de marche. Vous n’aurez donc aucun problème avec le voisinage.

L’appareil est prisé de sa simplicité d’utilisation. Il n’est nul besoin d’être un technicien amateur pour le manipuler. Il suffit de le brancher à une prise et le tour est joué.

L’élagueuse sur perche thermique

Si vous cherchez un appareil puissant, l’élagueuse à essence constitue une option très judicieuse. Grâce à l’arbre d’entraînement dans la perche, ce dispositif actionne efficacement la chaine. Il s’équipe d’un moteur de gamme et performant pour accomplir en moins de rien des tâches lourdes. Le matériel est adapté à un usage professionnel. Il est vrai qu’il reste bruyant et consomme beaucoup, mais il est également très autonome, contrairement à d’autres modèles.

L’élagueuse sur perche sans fil

Le principal avantage de ce type d’élagueuse est principalement son caractère portatif. Grâce à cela, vous pouvez entretenir une grande propriété sans vous soucier des câbles ou fils électriques. Avec cette élagueuse sur perche, vous pouvez enfin vous passer de l’électricité. Pour remplir ses rôles, le matériel fonctionne à l’aide de la batterie. En comparaison avec d’autres élagueuses, il coûte cher. Mais ce prix est justifié de sa praticité.

L’ergonomie et le poids

Cet élément figure parmi les critères de choix les plus importants pour s’équiper d’une meilleure élagueuse sur perche. Il est primordial de dénicher un produit qui présente une bonne prise en main. Le confort d’usage en dépend ainsi que la qualité de coupe. Plus l’appareil est maniable, plus la coupe sera bien précise. Il est ainsi recommandé de scruter ses poignées, sa forme et la présence des matériaux qui optimisent sa praticité et l’aisance lors de sa manipulation.

Quant au poids, cet indicateur définit également le confort d’usage. Il n’y a rien de tel que d’opter pour une élagueuse sur perche légère pour faciliter son maniement. Malgré une utilisation durant plusieurs heures, vous pouvez prendre soin de votre espace vert confortablement.

Le niveau de sécurité

Généralement, les risques des accidents avec les élagueuses sur perche sont réduits. Pourtant, il est toujours nécessaire de bien examiner le niveau de sécurité de chaque produit. Il est conseillé de privilégier les modèles avec des revêtements antidérapants des poignées. Cette conception procure un usage assuré.

De même, optez pour un appareil qui est fourni avec des casques, gants ou autres accessoires qui empêchent les éventuelles blessures. S’ils ne sont pas livrés lors de l’achat, il faut prévoir de les acquérir séparément.

Les types de branches à élaguer

Un dernier critère, mais qui n’est pas sûrement moindre, est la caractéristique des plantes. Il est nécessaire de déterminer ce point afin d’éviter les mauvaises surprises après l’acquisition. Si vous devez élagueur des branches épaisses, il vous faut un appareil plus performant.

Dans ce même ordre d’idée, si les zones de coupes vous paraissent plus hautes, vous devez vous munir d’une perche plus longue. Cela simplifie beaucoup vos tâches et vous procure un confort d’utilisation optimale. La dimension de la perche doit être choisie selon le type de branches.

Il est bon de rappeler que l’élagueuse sur perche convient seulement aux arbres moins de 3 mètres. Si vos plantes dépassent cette mesure, il vaut mieux penser à acquérir un autre appareil.

Pour conclure, l’élagueuse sur perche constitue l’outil incontournable pour couper les branches en hauteur. Malgré cette condition, le matériel est bien conçu pour limiter les éventuels risques d’accident. Afin de faire un meilleur investissement lors de l’achat , il reste crucial de bien considérer ces différents critères de sélection que nous venons de détailler ci-dessus. Si vous suivez nos conseils, vous trouvez facilement une élagueuse sur perche de qualité.

5 conseils pour bien choisir la meilleure scie à chantourner

5 conseils pour bien choisir la meilleure scie à chantourner

Amateurs ou professionnels, tous les bricoleurs ne se séparent jamais de leurs scies à chantourner. Cet outil peut s’avérer à la fois efficace et pratique pour réaliser des découpes avec beaucoup de précisions.

D’une manière générale, la scie à chantourner est utilisée pour couper des matériaux à faible épaisseur. Mais comme elle se révèle être plus polyvalente, elle est pareillement capable de traiter des matières assez dures comme le plâtre ou le métal.

Pour ceux qui souhaitent choisir une meilleure scie à chantourner, il est crucial de s’attarder sur quelques critères. Vous dénicherez ci-dessous alors les différents points à savoirpour vous munir d’un bon produit. ou vous pouvez visitez le guide d’achat complet  .

Bien définir le type de la scie à chantourner à utiliser

Deux versions de scies à chantourner sont disponibles au marché. Vous avez le choix entre une scie manuelle et une scie électrique. Il est nécessaire de bien déterminer le modèle qui correspond le plus à vos besoins :

La scie manuelle

Comme son nom l’indique, ce type de scie s’utilise avec les deux mains. Il se compose d’une poignée fixée à une structure métallique sous forme de U. Le dispositif est également constitué d’une lame très fine en acier qui est parfaite pour une utilisation ponctuelle. Cette fameuse lame est placée à chaque extrémité à l’aide de pince-lame ou du système d’ergots.

Un outil léger et peu encombrant, il peut être manié perpendiculairement ou verticalement par rapport au matériau à découper grâce à sa poignée. Vous réalisez ensuite un mouvement de va-et-vient avec l’appareil pour avoir une forme précise du support. La scie manuelle est efficace pour découper des petites pièces, mais quand il s’agit d’un objet plus épais, elle en est incapable.

La scie électrique

Tout comme la scie manuelle, cet outil figure parmi les appareils qui procurent une grande précision de coupe. Il se distingue de par son confort d’utilisation optimale. De multiples accessoires sont ajoutés pour faciliter la découpe à savoir les lampes, les loupes, le variateur de vitesse, le presseur, le souffleur, un cache de protection, une commande de démarrage par pédale.

La scie électrique offre également d’excellents résultats. La qualité de coupe est au rendez-vous malgré la compacité du matériau, grâce à la finesse de sa lame. Elle fonctionne à l’aide d’un moteur électrique pour couper délicatement un support. En comparaison avec la scie manuelle, son prix est beaucoup plus élevé.

Bien choisir la lame de la scie

Si vous désirez obtenir une coupe plus précise, la lame de l’outil ne doit pas être choisie à la légère. Elle contribue beaucoup à la qualité du travail. Mais ce n’est pas tout, chaque lame possède un rôle particulier. Il reste dans ce cas important de prendre un article qui convient parfaitement à votre projet.

Si vous souhaitez par exemple découper des plastiques ou laitons, vous ne devez pas effectivement opter pour une lame spéciale bois. Il est primordial de se servir des lames adaptées. Les lames en acier inoxydable sont conçues uniquement pour traiter l’acier inoxydable. En revanche, les lames en acier sont parfaites pour travailler le plastique ou bois. Quant aux lames diamantées, elles sont idéales pour couper du verre, de la tuile, du marbre ou de la pierre.

Optez pour une scie performante

Tout naturellement, une meilleure scie doit être performante. Pour identifier le tour de force d’une machine, il est conseillé de vérifier si le modèle choisi est en mesure de traiter autre chose que le bois. Si c’est le cas, sachez que vous pouvez réaliser de multiples projets avec l’appareil. Il est à titre d’exemple envisageable d’effectuer de la dentelle, de la marqueterie ou des pièces aux motifs.

Une scie à chantourner est dite performante lorsqu’elle est capable de procurer une grande capacité de coupe. Malgré l’utilisation intensive, le matériel reste toujours puissant pour couper délicatement un support. Il utilise souvent un grand nombre de technologies de pointe pour une excellente qualité de coupe. L’outil se dote d’un variateur de vitesse pour obtenir une découpe avec de multiples vitesses différentes.

Vérifiez le côté pratique du modèle

Pour être sûr de faire un bon investissement lors de l’acquisition de la scie à chantourner, il est nécessaire de bien vérifier le côté pratique du modèle. Même si celui-ci se munit des lames adaptées et procure une grande capacité de coupe, mais il n’est pas du tout commode, il vaut mieux songer à choisir une autre scie à chantourner. Il n’y a rien de tel que d’opter pour un article peu encombrant et léger. Les scies portatives séduisent d’innombrables acheteurs de nos jours. Elles semblent faciles à transporter.

Dans ce même contexte, privilégiez les modèles avec des poignées ergonomiques. Ils vous offrent une bonne prise en main au cours leur manipulation. Les scies à chantourner dotées d’une lampe led restent aussi très pratiques, à vous de choisir ce qui vous convient le plus.

Quelles sont les caractéristiques techniques intéressantes ?

Pour rendre plus agréable la manipulation de la scie, optez pour un produit avec un moteur silencieux. Bien sûr, la fourchette de prix est large entre cette version de scie à chantourner et un modèle bruyant, mais quoi de mieux que de travailler avec un outil qui ne fait pas de bruit. Le confort d’usage est au top malgré l’utilisation pendant plusieurs heures.

Pour les matériels qui requièrent un démontage et remontage régulier de la lame, privilégiez les appareils avec un mécanisme rapide de démontage de lame. De même, un article doté d’un système rapide de tension de lame vous permet de gagner beaucoup de temps.

Vérifiez les options de sécurité de la scie. Choisissez les machines qui se munissent d’un mécanisme d’arrêt d’urgence pour éviter les risques de blessure lors de l’usage. Sélectionnez les appareils équipés d’un variateur de puissance pour traiter délicatement vos matériaux.

En conclusion, la scie à chantourner constitue l’outil idéal pour découper des matériaux avec plus de précision. Grâce aux technologies utilisées, son rôle ne se limite pas uniquement à découper des bois ou plastiques, mais elle est également capable d’effectuer avec soin la confection de marqueterie ou aussi la découpe d’ornements. Pour trouver la meilleure scie à chantourner, retenez bien ces 5 conseils que nous venons de citer.

3 Conseils pour bien choisir la meilleure pompe de relevage

3 Conseils pour bien choisir la meilleure pompe de relevage

La pompe de relevage figure parmi les matériels d’assainissement extrêmement pratique dans une habitation. Elle est nécessaire pour retirer les eaux chargées, usées et claires afin de les diriger vers un égout situé en hauteur. Son utilisation peut s’avérer incontournable quand la zone géographique de votre domicile empêche l’écoulement gravitaire des eaux vers la bouche d’évacuation. Bon nombre de foyers s’en servent pour éviter le refoulement vers les voies domestiques.

Quel que soit votre motif, vider la piscine, aspirer les eaux pluviales ou d’inondation, pomper l’eau forage ou puits, la pompe à relevage reste inefficace si elle semble mal choisie. Afin de vous aider à dénicher le bon article, voici alors quelques conseils cruciaux qui vous permettront de trouver la meilleure pompe de relevage.

Bien déterminer le type de la pompe de relevage de votre choix

Pour être certain de faire un bon investissement, il est primordial d’identifier le type de la pompe qui est adapté à vos besoins. Voici alors les différentes catégories de la pompe de relevage :

  • La pompe vide-cave

La pompe vide-cave peut s’avérer efficace et très pratique pour vider l’eau en cas d’inondation. L’eau est ensuite évacuée à l’égout situé en hauteur.

Le dispositif doit se doter d’un fort débit et large passage granulaire pour pomper les débris de taille importante comme les papiers ou bois. Si vous souhaitez vous en équiper, il est nécessaire de bien considérer ses deux principales caractéristiques. De même, la hauteur de refoulement doit être bien étudiée avant d’arrêter votre choix sur un tel ou tel équipement.

À préciser que certains modèles sont munis d’un couteau devant leur bouche d’aspiration. Sachez qu’ils restent très efficaces pour pomper l’eau. Cette pièce est capable de détruire les débris dans le corps de la pompe pour éviter son bouchage.

  • La pompe pour les eaux usées

Ce type de pompe de relevage convient principalement à une utilisation domestique. Il est le meilleur outil pour évacuer les eaux ménagères qui proviennent de la douche, du lavabo, de l’évier de la cuisine, du lave-vaisselle et bien d’autres. La pompe pour eaux usées est en mesure d’aspirer les particules de petite taille.

  • La pompe de relevage eaux chargées

Quant à cette troisième catégorie, elle est spécialement reliée au réseau des toilettes. Son principal rôle consiste à aspirer les eaux chargées comme son nom l’indique. Ensuite, il écrase les déchets pour les acheminer vers la bouche d’évacuation. Ce genre d’appareil d’assainissement peut s’avérer efficace même s’il existe un grand nombre de particules solides et des fibres dans les eaux chargées.

  • La motopompe ou la pompe de chantier

Ce dispositif se classe dans la dernière catégorie de pompe de relevage. Il convient surtout aux spécialistes qui s’exercent dans le domaine des travaux publics et du bâtiment. À cet effet, la pompe doit être très performante malgré la présence des boues ou des sables dans les eaux.

Vérifiez les caractéristiques techniques de la pompe de relevage

Les pompes de relevage sont généralement électriques. Afin d’opter pour le meilleur modèle, il faut impérativement prendre en compte de ces certains critères techniques :

  • La hauteur de refoulement

Exprimé en mètres, ce paramètre reste crucial pour déterminer la qualité de la pompe de relevage. Comme il faut s’assurer que l’eau aspirée arrive entièrement au point de rejet, il est important de choisir un produit selon cet indicateur. Les constructeurs mentionnent souvent soit la différence de niveau entre la pompe et le point d’évacuation, soit la Hauteur Manométrique Totale ou HMT. Cette donnée désigne la hauteur de refoulement ajoutée de la pression au point de rejet à laquelle viennent s’additionner les pertes de charge. Ces dernières indiquent la pression perdue durant le frottement de l’eau dans les longueurs des raccords, tuyaux ou coudes.

  • La granulométrie

Quant à ce paramètre, il désigne la taille des particules qui peuvent passer à travers le tuyau de la pompe.

Pour un modèle pour les eaux chargées, sa granulométrie peut s’avérer importante puisque cette donnée varie entre 51 mm et 70 mm. Les matières fécales seront détruites avant d’être évacuées vers le réseau d’assainissement.

Pour la pompe pour les eaux usées, la granulométrie comprend entre 20 mm et 50 mm. Lorsqu’il s’agit de l’eau claire, le dispositif peut avoir une faible granulométrie, c’est-à-dire moins de 20 mm.

  • La capacité du réservoir

Ce critère dépend particulièrement de l’utilisation de la pompe de relevage. Pour une habitation de 5 pièces à titre d’exemple, il faut choisir un modèle de 100 litres. Dans ce même contexte, la sélection de la forme dépendra également du lieu où le dispositif sera placé. Pour un dénivelé au-dessus de 3 mètres, il faut prévoir un contenant dont le volume peut aller jusqu’à 1 000 litres. Cette cuve peut être installée sous terre.

Optez pour une pompe de relevage facile à installer et à utiliser

Parlons d’abord du montage de la pompe, il est crucial de se renseigner sur la longueur du tuyau de refoulement entre l’appareil et le point de rejet. De même, la hauteur de refoulement, le débit souhaité et la profondeur d’immersion déterminent la simplicité ou la complexité de l’installation de la pompe.

Quant à son utilisation, privilégiez les modèles dont les câbles électriques sont très étanches. Il n’y a rien de mieux que d’opter pour un produit doté d’un régulateur. Il est efficace pour éviter à l’équipement de tourner à vide en cas de panne du moteur. La sonde piézométrique et la poire sont aussi deux éléments à bien scruter avant d’arrêter votre choix. Il est préconisé de bien définir vos besoins pour que le modèle réponde parfaitement à vos attentes.

En conclusion, la pompe de relevage est d’une grande utilité quand votre maison se situe à un niveau inférieur de la canalisation d’assainissement. Que cela soit pour aspirer des eaux claires, chargées ou usées, son utilisation reste nécessaire pour éviter tout refoulement vers les voies domestiques. Afin de s’équiper d’une meilleure pompe de relevage, il est conseillé de considérer les critères cités ci-haut.

5 Conseils pour bien élaguer les arbres du jardin

5 Conseils pour bien élaguer les arbres du jardin

Comme chaque branche a besoin de sa place au soleil, le taillage des arbres est une priorité absolue. Le rayonnement solaire constitue le facteur déterminant du développement des plantes. Il s’avère alors important de bien prendre soin des arbustes et arbres pour jouir davantage de la chaleur et lumière.

Mais ce n’est pas tout, l’élagage des arbres les remet joliment en forme. Vous pouvez simultanément conserver le charme de vos arbustes. En ce sens, ils embelliront certainement votre extérieur sans gêner vos voisins.

En taillant les arbustes, vous boosterez en un temps record l’apparition de nouvelles branches et à cet effet, vous stimulerez la floraison. Nombreux sont les motifs d’élaguer les arbres, mais il faut toujours pratiquer les bons gestes pour avoir de meilleurs résultats.

Les gestes essentiels à adopter

Quel que soit le type d’arbres à entretenir, il faut élaguer de manière précise en adoptant un geste sûr. Il est préférable de tailler les tiges en biais. Grâce à cela, les gouttes de pluie ne demeurent pas sur la coupe. Vous supprimez toutes les branches indésirables qui ne produiront pas de fruit. Vous pouvez à la fois enlever les bois morts avec votre main ainsi que toutes les branchettes proches d’un rameau. Elles ne font que voiler les bourgeons du rayonnement solaire.

Certaines plantes requièrent des gestes spécifiques pour bien les tailler. Les fleurs comme les camélias, azalées et rhodos doivent être coupées à quelques centimètres de la terre. Le but tient à avoir de nouvelles pousses solides et qu’elles repartent de la souche.

Si vous avez des difficultés à bien élaguer un arbuste particulier, entaillez le bois et tournez votre équipement sur la ligne circulaire en maintenant de façon stable. En suivant ces conseils, vous obtiendrez certainement de meilleurs résultats.

Le bon moment pour élaguer les arbres

L’élagage des arbres ne doit pas être réalisé à la légère. Il faut savoir le bon moment pour tailler les arbres. Pour ce faire, il est conseillé de baser votre calcul sur l’âge des plantes.

Si votre arbre est encore jeune, c’est-à-dire moins de 10 ans, l’élagage doit avoir lieu tous les ans. Et si l’âge de l’arbre se situe entre 10 et 20 ans, vous pouvez échelonner le taillage tous les 5 ans. Et pour les arbres âgés plus de 20 ans, une taille tous les 10 ans est recommandée.

Choisir la bonne période de l’année peut s’avérer important pour bien tailler vos arbres. Certains végétaux ne doivent surtout pas être élagués en hiver. C’est pendant cette saison où aura lieu leur repos végétatif. En revanche, d’autres supporteront très bien ce type d’entretien malgré le froid. Pour certains arbres, leur taillage doit se passer durant l’automne ou la fin de l’été. Quoi qu’il en soit, le printemps constitue la mauvaise période pour l’élagage. Pendant cette saison, les végétaux sont encore en pleine montée de sève.

Encore dans ce même contexte, la famille des arbres compte beaucoup pour déterminer le meilleur moment de leur taillage. Qu’ils soient fruitiers, palmiers, résineux ou feuillus, chacun a ses propres conditions pour avoir de meilleurs résultats. Les conseils d’un spécialiste sont toujours les bienvenus pour connaître la bonne période.

Faire appel à un professionnel

Même si certaines personnes n’accordent pas assez d’attention à l’élagage, nous tenons à vous informer que cette opération constitue un art complexe qui requiert des techniques et un savoir-faire particulier. Si vous vous décidez de vous lancer à l’action, sachez que la coupe des grands arbres peut être dangereuse, pour vous comme pour ces plantes. Il n’y a rien de mieux que de s’adresser à un spécialiste avisé. Grâce à ses compétences et ses expériences, il saura certainement régler n’importe quelle situation.

Il faut néanmoins rester prudent aux arnaqueurs qui prétendent être des pros alors qu’ils causent des dégâts irréparables sur vos arbres. Pour recourir à un bon professionnel, vous n’avez qu’à vérifier si son entreprise dispose des assurances nécessaires et que le profil a un numéro de SIRET et une assurance en responsabilité civile professionnelle ou RC PRO.

Se munir d’un meilleur outil

Le choix de l’équipement dépend de l’épaisseur et la hauteur des plantes. Si vous souhaitez à titre d’illustration tailler les buissons, le sécateur constitue le meilleur matériel. Il s’utilise à une main et idéal pour couper les branches moins de 3 cm de diamètre. Il existe trois types de sécateurs disponibles au marché, vous pouvez choisir entre le sécateur à lames franches, le sécateur à enclume et le sécateur à batterie, prenez un article qui correspond à votre utilisation.

Lorsqu’il s’agit des branches plus épaisses, vous pouvez opter pour l’ébrancheur ou le coupe-bordure ou l’élagueuse thermique . Cet outil se manipule à deux mains. Il coupe les arbustes de 3 à 5 cm de diamètre grâce à ses bras plus longs et ses grandes lames.

En savoir plus : guide d’achat et comparatif des meilleurs élagueuses thermiques 

Quant aux grands arbres, l’usage d’un échenilloir s’impose pour leur élagage. Il est parfait pour tailler les plantes les plus hauts depuis la terre en toute sécurité. De plus, vous n’avez plus besoin d’une échelle pour réaliser le taillage, grâce à sa conception unique. Les modèles télescopiques restent les meilleurs équipements à n’importe quelle hauteur de l’arbre

Autres conseils cruciaux à retenir

Il est fortement recommandé de désinfecter votre équipement d’une manière fréquente au cas où vos plantes seraient saines, ou dès que vous avez coupé une branche malade.

Pour l’élagage des grands arbres, optez pour un matériel facile à utiliser afin d’éviter les éventuels risques d’accidents.

A mentionner que toute branche dépassant sur le sol des voisins doit être taillée immédiatement par le propriétaire des arbres. Il existe une distance à respecter au minimum 2 mètres avec le terrain des voisins. Dans le cas où le profil néglige cette réglementation, il sera puni par la loi.

De même, d’autres législations sont établies pour fixer les distances entre ces végétaux et les routes, lignes électriques et téléphoniques. Il faut alors tenir compte de toutes ces procédures.

En conclusion, l’élagage des arbres ne s’effectue pas à la légère. Bon nombre de points doivent être respectés pour obtenir de meilleurs résultats. Il est donc préconisé de bien suivre les conseils cités ci-haut pour bien tailler vos arbres.

3 Critères à savoir avant d’acheter une station de soudage

3 Critères à savoir avant d’acheter une station de soudage

Si vous êtes à la recherche d’un équipement qui vous permet de braser l’étain, une station de soudage constitue un excellent choix. En comparant à un fer à souder classique, l’outil est parfait pour effectuer des soudures minutieuses en électronique. Quel que soit son type, numérique, à mémorisation, analogique ou électronique, l’appareil procure un meilleur dessoudage à air chaud. Il présente de multiples réglages de la température et différentes puissances selon vos besoins.

Le principe du soudage peut s’avérer plus simple. Le matériel permet de chauffer la panne et la mettre en contact avec le métal choisi dans le but d’entraîner une fusion. Il est capable de faciliter l’équilibrage de la température du fer jusqu’à 500 °C. Il assure en même temps son contrôle non-stop.

De multiples personnes confondent la station de soudage au fer à souder. Toutefois, il est bon de préciser que ces deux appareils sont tout à fait opposés malgré quelques points communs. Avant d’acheter une station de soudage, il reste nécessaire de savoir ses différences avec un fer à souder basique.

 

Station de soudage et fer à souder

 

Même si le fer à souder ordinaire permet le brasage à l’étain, il faut mentionner qu’avec la station de soudage, le résultat est plus pointu et de qualité. Le fer est l’outil idéal lors d’un usage occasionnel. Il est incapable de satisfaire les exigences des professionnels confirmés. Par contre, la station de soudage autorise une meilleure régulation de la température pouvant atteindre jusqu’à 500 °C. Elle se dote de multiples fers à souder pour travailler bien et vite. Les pannes sont interchangeables. Il existe différentes formes de pointes pour différentes utilisations, à vous de choisir celui qui correspond à votre projet. Quant à sa manipulation, la station est mille fois mieux qu’un fer à souder basique. Il présente une grande maniabilité grâce à la petite dimension de son câble.

Pour vous aider à vous munir d’une meilleure station de soudage, la partie suivante détaillera les 3 critères de sélection les plus importants :

 

Différents types de station de soudage

 

La station de soudage analogique

Comme son nom l’indique, l’outil dispose de l’affichage analogique. Il se distingue de par le relèvement optimal de la température choisi entre 150 °C à 450 °C à l’aide d’un potentiomètre. La tension du fer comprend 24 V pour une puissance entre 95 à 100 W.

 

La station de soudage numérique

Un modèle beaucoup plus pratique que le premier, ce type de station de soudage vous permet d’être toujours informé des consignes que vous venez de sélectionner ainsi que les modes opératoires grâce à son écran rétroéclairé.

Il utilise de multiples technologies de réglage au moyen d’un processeur. Celui-ci est capable de procurer une soudure très précise.

La station de soudage numérique se différencie de la réduction des temps de chauffe optimale. Grâce aux touches dédiées, il vous est facile de prédéfinir le choix de travail à effectuer. Tout comme la station de soudage analogique, elle présente une meilleure régularisation de la température.

 

La station de soudage à mémorisation

En comparaison avec d’autres stations de soudage, ce modèle est parfait pour les travaux répétitifs. Il est particulièrement prisé pour son affichage LED. Grâce à tel, vous serez en permanence au courant de la température demandée.

Pour le temps d’échauffement, sa rapidité procure un excellent rendement. Cette station de soudage offre également un meilleur résultat lors d’un dessoudage de soudure à multiples ramifications, grâce au débit de 120 l par minutes délivré par la buse à air chaud.

 

La station de soudage de soudage électronique

Cet outil s’adresse particulièrement aux professionnels avertis. Il se dote d’un grand nombre des fers à dessouder et à souder pour répondre aux besoins des amateurs de soudure. Ces fameux fers se munissent des poignées ergonomiques pour un confort d’usage accru.

Grâce à sa conception spécifique, l’appareil s’équipe d’une pompe à vide pour vous permettre de réaliser des opérations en continu. Ce n’est pas tout, sa fonction aspiration à l’aide du thyristor reste plus pratique au cours de sa manipulation.

 

L’utilisation

Une station de soudage est choisie selon son type d’utilisation. Si vous réalisez seulement de la fusion des circuits imprimés, vous ferez dans ce cas du soudage et il existe un grand nombre de modèles qui peuvent répondre à cette exigence.

En revanche, si votre projet concerne les réparations, sachez que ce travail requiert un dessoudage. Et si ce dernier s’effectue d’une manière ponctuelle, une pompe à dessouder manuelle fera l’affaire.

Pour une reprise de multiples cartes, vous êtes obligé d’opter pour une station de dessoudage. Dans le cas où vous désireriez récupérer les composants, une station à air chaud fera un excellent choix. Et si vous n’en avez plus besoin, vous pouvez tout à fait dessouder avec un fer classique de qualité.

Peu importe le type de station de soudage que vous achetez, privilégiez un dispositif facile à utiliser. Cela vous permet de gagner beaucoup de temps au cours de son usage.

 

La puissance et le confort d’usage

Pour que le transfert de la chaleur soit optimal, il est nécessaire de privilégier une station de soudage performante. Cette dernière peut avoir une puissance de 100 à 150 W. Un appareil avec ce genre de puissance vous gagne plus de temps lors du travail. Il vous permet de souder des plaques en laiton, cuivres et câbles supérieurs à 15 mm2.

Et si vous ne réalisez que des soudures simples, les produits de 40 à 50 W suffisent.

Pour ceux qui sont encore débutants en soudage, il est conseillé d’opter pour un modèle de 60-80 W. Cette puissance semble correcte pour la majorité des utilisations.

Quant au confort d’usage, une station de soudage légère reste plus confortable qu’un appareil lourd et gros. La différence est considérable sur des soudures pendant plusieurs heures. Privilégiez les articles maniables et qui pèsent peu pour un confort d’utilisation optimale.

 

 

En conclusion, la station de soudage est nécessaire pour effectuer tous les travaux de soudure exigeant des fusions solides et rigoureuses. Pour trouver le bon outil visitez notre guide comparatif des meilleures stations de soudage , retenez ces 3 critères de choix et vous dénicherez en un rien de temps la meilleure station de soudage.

 

3 conseils pour mieux poncer avec une ponceuse à bande

Ponceuse à bande : nos conseils pour bien choisir !

Idéal pour poncer les grandes surfaces, la ponceuse à bande est un outil à la fois puissant et électroportatif qui se sert généralement en début de travaux. Le dispositif peut s’avérer efficace pour le décapage et le ponçage des cloisons de bois ou des parquets. Pareillement, elle reste performante pour poncer les plaques de métal ainsi que les planches.

Comme son nom le laisse deviner, la ponceuse à bande se dote d’une bande qui tourne en continu. Il se munit d’un moteur concurrentiel dont sa puissance varie entre 600 à 1 100 w. Une machine polyvalente, elle est parfaite aussi bien pour les ouvrages intérieurs comme la rénovation des meubles ou des parquets qu’en extérieur comme le ponçage de votre balancelle ou terrasse.

Pour mieux préparer les surfaces et ne pas creuser le matériau, il est primordial d’avoir quelques notions de base sur le fonctionnement de la ponceuse à bande. Voici alors quelques conseils pratiques pour bien la manipuler :

 

Ce qu’il faut savoir avant la mise en marche de la ponceuse à bande

Il est recommandé de faire usage d’une bande typiquement conçue pour ce genre d’appareil de bricolage. Dans le cas contraire, un mauvais choix peut certainement l’endommager. L’agglomérant résinoïde de ces rubans abrasifs peut s’avérer indispensable pour les utiliser avec n’importe quel matériau.

Ce n’est pas tout, l’abrasif doit être glissé sur une semelle, c’est-à-dire entre les deux rouleaux. Il reste préférable de doubler la bande avec une toile graphitée pour simplifier sa circulation. La bande se dote d’un sens de défilement indiqué par une flèche, il vous suffit de respecter ce repère pour qu’elle se colle parfaitement.

Lorsqu’il est nécessaire d’enlever la bande déjà utilisée, il faut faire pivoter le levier commande et le tour est joué. À signaler que cette action doit être réalisée après avoir débranché la ponceuse à bande. L’arrachement se révèle être facile et rapide.

Les essentiels à retenir une fois la ponceuse à bande en marche

 

Il est d’abord important de déplacer l’appareil de manière flexible et constante pour obtenir d’excellents résultats. Lorsque la ponceuse à bande est en marche, la bande s’aligne systématiquement. Vous pouvez vous servir de la molette si vous désirez changer la direction du rouleau avant.

Au cours du ponçage, la semelle doit être assez spacieuse pour avoir un meilleur rendement. Il existe à ce jour des modèles dotés d’un variateur électronique. Celui-ci permet d’ajuster la vitesse en fonction du type de matériau et du résultat escompté. Si vous travaillez avec des revêtements un peu sensibles à la chaleur, sachez que cela nécessite une vitesse assez lente. En revanche, vous pouvez régler la vitesse plus élevée avec des bois durs.

Il est bon de mentionner que le moteur doit être lancé avant d’approcher la surface à traiter. La ponceuse a parfois tendance à partir vers le devant au premier contact. Il faut dans ce cas bien la retenir.

Pensez à ne pas appuyer au-dessus de l’équipement lorsqu’il est en marche car cela risquerait de creuser immédiatement le bois. Il suffit tout simplement de l’orienter dans la direction des fibres et son poids s’occupe du reste.

Lorsque le cadre est en place, vous pouvez utiliser la molette pour régler l’appareil. Cela vous permet à titre d’exemple de changer la profondeur du ponçage.

Ces conseils sont pratiques pour presque toutes les ponceuses à bande. Il existe tout de même quelques exceptions sur le maniement de la machine selon le modèle choisi.

  • En cas d’une ponceuse avec une semelle courte, il faut dire que le travail peut s’avérer un peu complexe lorsqu’il s’agit d’un ouvrage sur des bois bruts. Il est conseillé de réaliser avec attention le guidage du bois contre la surface de ponçage et le guide parallèle.
  • Si vous vous équipez d’une ponceuse stationnaire, vous avez la possibilité d’en faire usage verticalement.
  • Si vous devez poncer des parquets, il est recommandé d’ajouter une semelle métallique. Celle-ci vous aide à ne pas creuser le bois et réduire l’abrasion.

 

Quelques mesures de sécurité lors de l’utilisation d’une ponceuse à bande

 

Comme tout type de machine de bricolage, la ponceuse à bande doit être maniée avec beaucoup de prudence. Voici quelques précautions à retenir pour manipuler correctement l’appareil :

La première règle à retenir consiste à bien lire sa fiche technique avant le premier usage pour l’utiliser tel que conseillé. Même si vous avez l’habitude de vous servir de ce genre de ponceuse, sachez que chaque modèle a toujours ses particularités.

Il est fortement recommandé de ne pas exercer de pression sur l’équipement, car il est déjà assez imposant et son poids suffit.

Faites en sorte que la surface soit démunie d’éléments saillants.

Pour ne pas abîmer la ponceuse, optez uniquement pour les bandes de la longueur adaptée à elle.

Dans le cas où vous devriez travailler sur un établi, il semble primordial de fixer le matériau à l’aide d’un serre-joint, car sinon la pièce risque de bouger au cours du ponçage.

Encore pendant l’action, les bricoleurs experts conseillent toujours de poncer à l’intérieur de la surface. Il faut aussi éviter les angles et les bords pour ne pas creuser le bois ou endommager l’équipement.

Si vous désirez remplacer la bande de ponçage, il est obligatoire d’éteindre l’appareil et le débrancher. Pour desserrer la tension sur la bande, vous mettez en marche le bras mécanique latéral et retirez ensuite le ruban. Cette étape finie, vous pouvez changer la bande et mettez de nouveau la tension pour la fixer. De toute manière, vous pouvez entre autres suivre les flèches qui sont indiquées sur les bandes pour vous repérer.

 

Pour conclure, la ponceuse à bande est un outil extrêmement pratique pour retirer beaucoup de matière sur les grandes surfaces. Elle s’utilise généralement en début de travaux pour un ouvrage ultérieur, mais elle peut être également servie pour les finitions même si ce n’est pas son rôle principal. Quoi qu’il en soit, il est nécessaire d’avoir quelques notions de base pour en faire usage correctement. Suivez tous les conseils évoqués ci-dessus et vous aurez certainement d’excellents résultats .

5 conseils pour mieux poncer avec une ponceuse orbitale

5 conseils pour mieux poncer avec une ponceuse orbitale

La ponceuse orbitale figure parmi les outils de bricolage les plus utilisés pour effectuer différents travaux de ponçage. Peu importe les matériaux à traiter, le dispositif est en mesure de procurer d’excellents résultats. Contrairement aux ponceuses à bande, cette machine convient particulièrement aux travaux de finition. Son utilisation ne requiert pas généralement de connaissance spécifique en bricolage. Il semble être facile à manier. Toutefois, il s’avère nécessaire de suivre ces quelques conseils pour manipuler l’équipement dans les règles de l’art.

Bien sélectionner le disque de ponceuse orbitale

Cette machine est utilisée avec des disques circulaires que vous pouvez changer selon le type de matériau à poncer. Il reste dans ce cas primordial de bien sélectionner le disque adapté à la pièce à travailler. À l’inverse, il parait tout à fait envisageable que le résultat puisse être contraire à ce que nous attendons. Il existe d’innombrables disques qui sont compatibles aux matériaux de votre choix. La ponceuse orbitale est donc apte à réaliser de multiples types de ponçage. Si vous souhaitez alors manier correctement l’appareil, il est nécessaire de réunir préalablement certains accessoires.

Une fois le disque bien élu, vous n’avez qu’à le fixer sur le plateau de ponçage, n’hésitez surtout pas à le pousser fermement. Il faut respecter la bonne mesure du diamètre du disque pour être attaché en tous points par le boulon central noyé dans la semelle. Vous devez veiller à ce que les trous soient à la meilleure position quand vous réunissez le disque à l’appareil.

Préparez les accessoires à utiliser

Un aspirateur constitue un outil incontournable quand on se sert de ce type de machines de bricolage. Mais ce n’est pas tout, un adaptateur est pareillement indispensable pour que l’aspirateur puisse être branché facilement à la ponceuse orbitale.

Une fois tous ces accessoires réunis, attachez le tuyau de votre aspirateur à la ponceuse orbitale en le fixant sur l’adaptateur approprié. Dès que ces deux éléments sont entièrement reliés, vous pouvez maintenant brancher l’aspirateur à la prise la plus proche. Il est fortement recommandé de tenir fermement la ponceuse orbitale avant de réaliser cette dernière afin de minimiser les risques des éventuels accidents.

Allumez votre ponceuse orbitale

Dès que vous prenez fortement la machine, vous pouvez l’allumer. Il est bon de mentionner que la plupart des ponceuses orbitales s’utilisent à deux mains. Cela vous permet de manier correctement l’équipement tout en bénéficiant d’un confort d’usage optimal. Toutefois, certains appareils avec de paume plus compacte peuvent être maniés avec une seule main. À vous de choisir ce dont vous en avez besoin.

Cela dit, certains ponçages requièrent une prise en main très précise. Il n’y a rien de tel que de tenir le dispositif à pleines mains pour mieux le piloter comme vous le souhaitez plutôt que de se servir de la poignée avant.

Quoi qu’il en soit, il est conseillé d’opter pour une ponceuse orbitale avec une excellente prise en main. Cela vous procure un confort d’usage accru malgré l’utilisation pendant plusieurs heures.

Au travail, effectuez le ponçage

Pour faire simple, le travail consiste à faire des mouvements circulaires ou des va-et-vient sur la surface de la pièce à poncer jusqu’à l’obtention du résultat souhaité. Il s’avère possible de changer les disques durant l’usage du dispositif selon le niveau de ponçage espéré. Si vous désirez polir entièrement une surface particulière, il est préconisé de vous servir au début d’un disque à gros grain. Et pour une meilleure finition, utilisez un disque à grain plus fin.

Selon les résultats escomptés, il est nécessaire d’adopter de bons gestes. Les conseils suivants vous sont donc indispensables pour un ponçage de qualité :

  • Le maintien de la ponceuse à plat

Cette technique est très utilisée lorsque vous souhaitez bien polir une surface. Pour la mener à bien, il faut bien écarter la poignée avant et arrière afin de maintenir l’outil bien à plat sur la surface à poncer. Il ne vous reste plus qu’à presser doucement vers le bas pour freiner la rotation et avoir un meilleur mouvement orbital.

  • Le ponçage en circulaire

Il fait partie des travaux de ponçage les plus utilisés. Bon nombre de travaux exigent cette opération pour un meilleur résultat. L’action s’effectue d’avant en arrière avec des mouvements circulaires. Les professionnels recommandent de ne jamais arrêter sur un même endroit dans le but d’uniformiser l’abrasion.

  • L’affinage du ponçage

Les bricoleurs font recours à cette méthode lorsqu’ils insistent sur une zone plus résistante. Pour ce faire, ils inclinent l’équipement et polissent avec le bord du plateau de la ponceuse orbitale. Cette technique requiert une prudence particulière pour ne pas endommager la pièce à travailler.

Il est important de mentionner que les tâches du ponçage dépendent également du type de matériau à travailler. Le polissage du bois n’est pas forcément identique à celui du carreau. Nous allons voir à présent comment poncer ces deux matériaux les plus délicats.

  • Le ponçage des métaux peints

Malgré la complexité de la tâche, elle fait partie de la spécialité d’une ponceuse orbitale. Vous réalisez juste des cercles afin de laisser le matériau se rafraîchir entre deux passes. Ensuite, vous vous servez d’un abrasif anti-encrassant pour que le disque ne se macule pas en grande vitesse.

  • Le polissage des carrosseries

Bon nombre de bricoleurs font recours à cette méthode lorsqu’ils désirent appliquer des pâtes à polir ou des polish sur les carrosseries. Afin de la mener à bon terme, il suffit de bien ajuster le variateur sur vitesse lente. Cela fait, vous n’avez qu’à étaler le produit et le tour est joué.

Un bon entretien après chaque usage

Pour que la ponceuse orbitale continue de jouer ses rôles correctement, il est nécessaire d’en prendre soin régulièrement. La maintenance du dispositif est aussi importante pour sa durée de vie prolongée. Il est recommandé d’accorder quelques minutes d’entretien après chaque utilisation.

Pour ce faire, démontez le plateau de ponçage pour faire un nettoyage rapide. Effectuez un coup de soufflette pour enlever la poussière des ailettes, et également sous la flasque. Vous pouvez pareillement adopter ce geste dans le corps de la machine entière, car les saletés peuvent endommager la machine avec le temps.

Pour conclure, la ponceuse orbitale est d’une grande aide pour réaliser de multiples ouvrages de ponçage ( suivez notre guide d’achat pour plus d’informations ) . Contrairement à d’autres appareils de bricolage, il ne laisse aucune trace après le travail. Pour avoir un excellent résultat, il reste nécessaire de suivre à la lettre tous les conseils mentionnés ci-dessus.