Une défaite pas comme les autres

Cette défaite d’ampleur historique nous donne une responsabilité sans précédent. La leçon des urnes va porter très vite, si nous décidons d’agir et non pas de subir. Les Français expriment des positions très politiques. Cette défaite électorale ne doit pas se transformer en renoncement démocratique.
Vient maintenant le moment du Parlement : là va se nouer bientôt le dialogue avec un nouveau Gouvernement. Sans céder au vertige, la représentation nationale doit être à la hauteur de sa mission : inspirer avec fermeté, sans démagogie, les nouvelles orientations qu’exige une nouvelle étape. La confiance est à ce prix.

-  Accélérer le redressement productif par un pacte d’investissement. Concentrer les moyens publics sur l’emploi et l’investissement, c’est la condition de la protection des salariés contre le chômage.
-  Les mesures de justice et de pouvoir d’achat, par la réforme fiscale ou l’effort en faveur des retraites des plus faibles, que nous avons demandés depuis des mois.
-  Se battre pour un plan anti-déflation en Europe : sans investissements massifs dans les énergies, les transports, le numérique, pas d’échappatoire au déclin.

On n’a jamais redressé un pays dans l’austérité et en laissant exploser les inégalités.
Mais ne laissons pas s’installer de faux clivages entre les « cigales » et les « fourmis ». Nous choisirons l’efficacité pour mener les politiques d’investissement, la transformation de l’Etat, l’innovation publique.

J’ai la conviction que les Français n’ont pas changé depuis 2012. Ils ne sont pas versatiles, ni devenus des groupies du néolibéralisme. Ils ont, eux, seulement le sentiment que la politique qu’ils avaient choisie n’est plus assumée. Ils nous l’ont dit en deux dimanches. Nous l’avions anticipé, avec les parlementaires de la Gauche durable. Il faut maintenant passer des mots aux actes.

Christian PAUL

Dans la Nièvre, je sais la tristesse de tous ceux qui ont donné beaucoup à la vie de nos communes. Comme ailleurs, il nous faut aussi nous remettre en question, sans retard. La démocratie ne tolère pas les certitudes absolues. Amplifions la participation des citoyens, dans les territoires et dans les Pays. Mobilisons les forces pour construire une ruralité moderne. Là comme partout, il faut accélérer et jouer collectif.