Question à Laurence Rossignol en faveur des politiques de soutien à l’aide à domicile

M. Christian Paul attire l’attention de Mme la secrétaire d’Etat chargée de la famille, des personnes âgées et de l’autonomie, auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, sur la situation très difficile du secteur de l’aide à domicile. Dans son rapport d’information, rendu public le 2 juillet dernier, la commission des affaires sociales du Sénat tire la sonnette d’alarme. Depuis plusieurs années, l’’aide à domicile, en particulier pour les publics fragiles (personnes atteintes d’un handicap ou âgées), fait face à des contraintes financières croissantes qui remettent en question, dans certains cas, la pérennité des structures. L’organisation juridique très complexe et éclatée du système (statut associatif, privé ou public ; modalités de création avec autorisation du conseil général pour 15 ans ou agrément du ministère du travail pour 5 ans), la tarification horaire -extrêmement variable selon les départements et le degré de dépendance, ajoutées à un défaut d’attractivité du métier (pénibilité physique et psychologique, déplacements répétés, temps partiels sur une grande amplitude horaire, manque de reconnaissance sociale, faible rémunération, etc.) participent à un épuisement du système. Pour autant, les enjeux sont considérables, tant au niveau de la prévention de la perte d’autonomie (les intervenants à domicile jouent un rôle essentiel dans la détection des premiers signes) que de son accompagnement. A ce titre, la professionnalisation du métier et l’amélioration des interventions sont des exigences à ne pas perdre de vue. Il apparaît donc urgent de repenser globalement le secteur, tout en y consacrant les moyens nécessaires. A l’occasion du projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement, il lui demande s’il est prévu un renforcement du soutien de l’Etat, qui, jusqu’à présent, s’est désengagé de ces questions (financement de l’allocation personnalisée d’autonomie et de la prestation de compensation du handicap).