Pour chasser la peur

C’est Paris qui est frappé, et avec la ville-capitale, tous les Français. La peine des familles et des amis est immense. Leur douleur et leur courage sont les nôtres.
C’est une attaque contre le pays des libertés et de la laïcité.
C’est aussi une attaque contre un pays qui ne reste pas indifférent à la terreur, quand les troupes de Daesh chaque jour massacrent ou poussent à la fuite des milliers de civils, adultes et enfants, en Syrie et en Irak.
L’unité de notre pays autour des valeurs républicaines et pour notre sécurité doit être sans faille. La vigueur de notre démocratie ne doit pas être entamée. Les menaces terroristes durables évoluent sans cesse. J’attends de l’Etat la fermeté de la réponse et l’efficacité, sans renier nos principes, ni céder aux surenchères.
La haine ne doit pas répondre à la haine. Le terrorisme s’emploie à créer l’horreur, mais surtout le désordre, les divisions entre les Français, voire une ambiance de guerre civile.
N’oublions pas que la première des armes, c’est notre fraternité, celle que nous savons expliquer aux enfants quand ils angoissent. Le meilleur des boucliers, c’est notre mobilisation, celle d’une société ouverte et d’un peuple qui veut rester debout.
Notre territoire nivernais, comme partout en France, est en résistance pour faire force commune, et pour chasser la peur.
Au-delà de notre émotion, et de ces événements tragiques, l’Europe et la communauté internationale doivent fixer ensemble une stratégie collective, sans laquelle le terrorisme ne faiblira pas.
Je participerai cette après-midi à la réunion du Congrès, et je vous rendrai compte à chaque étape importante.
Soyons unis, soyons libres, soyons forts.

Christian Paul