Pas de sortie de crise pour l’euro sans démocratie politique et sociale. Newsletter de la Gauche Durable #3

http://fr.scribd.com/doc/137361954/Pas-de-sortie-de-crise-pour-l%E2%80%99euro-sans-de%CC%81mocratie-politique-et-sociale-1-pdf

Pas de sortie de crise pour l’euro sans démocratie politique et sociale

La crise économique et sociale sans fin conduit à une défiance politique massive dans toute l’Europe. Après avoir douté d’eux, les citoyens européens rejettent leurs dirigeants.

Ce rejet vient des décisions tardives et déséquilibrées des conservateurs pour tenter de mettre la zone euro à l’abri des attaques spéculatives. Tandis que les Parlements étaient tenus à l’écart, le président de la Commission européenne acceptait de jouer le rôle « d’idiot utile » comme secrétaire général des États dits « vertueux » du Conseil.

Ils ont inventé un monstre froid : la Troïka (FMI, Commission européenne, BCE), chargée de mettre au pas les États ne parvenant plus à se financer sur les marchés. Partout, c’est le même traitement idéologique et inefficace : la saignée des modèles sociaux au nom d’une compétitivité réduite à la baisse du coût du travail, au mépris de toute forme de dialogue social.

Cinq ans après le début de la crise, cet attelage produit des décisions désastreuses pour Chypre et met de nouveau l’euro au bord du précipice.

La Gauche durable refuse cette démocratie censitaire où les États les plus riches sanctionnent les autres. Elle creuse l’écart entre des gagnants et des perdants et tourne le dos à ce qui a fait le succès de l’Europe.

Dès juillet dernier, nous avions invité François Hollande à un « saut démocratique. » Alors que le G20 s’inquiète de la situation de l’Union européenne, le Président de la République doit fédérer et prendre la tête d’une coalition autour d’objectifs clairs : la mise en débat du calendrier budgétaire, des investissements à la hauteur des grandes mutations en cours, une lutte sans merci contre les paradis fiscaux et une véritable Union bancaire.

F.Hollande a entrouvert un premier front dans le camp de l’austérité avec le pacte de croissance. L’alternative à « l’austérité sans fin » passe maintenant par une refondation de la légitimité démocratique de l’UE.

C’est, à court terme, la meilleure manière d’offrir une vision mobilisatrice du futur de l’Europe. Rien ne serait pire que de laisser à A.Merkel le soin de donner seule le sens de l’entreprise européenne. La France a son mot à dire : démocratie.

1 réaction à l'article

  • Pas de sortie de crise pour l’euro sans démocratie politique et sociale

    je suis bien d’accord pour mettre une démocratie politique et sociale, il ne faut pas oublier que pour comprendre ce qu’est la démocratie il faut avoir un minimum de culture pour comprendre la démarche démocratique et pouvoir appliquer (il me semble)...

    La croissance est une drôle d’expression...

    croissance économique... c’est le petit peuple qui a besoin d’un pouvoir d’achat correct ou d’une vision du monde, d’une consommation différente, d’un apprentissage avec des valeurs plus humanistes, changer de concept... peut être...à voir, la croissance est peut être devenue obsolète...

    Rédigé par Marie Paule B le 22 avril 2013 à 20:57