Maintenant, réussir ! Newsletter de la Gauche durable #20

Le premier ministre a indiqué, dans une interview mardi matin, qu’il serait procédé à une "remise à plat" de la fiscalité.

Banco ! Nous l’avons trop demandée pour ne pas nous engager aux avant-postes du travail collectif. Saluons d’abord l’initiative et le mouvement. Le gouvernement dément ainsi les accusations d’immobilisme dont il a fait l’objet, et ouvre une deuxième phase du quinquennat, très attendue des Français. Pour La Gauche durable, c’est la preuve que les batailles d’idées peuvent entrainer la conviction.

Cette annonce entrainera réellement l’adhésion si elle se nourrit de mesures audacieuses comme la fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG, qui inclut la progressivité de celle-ci, ou le prélèvement à la source.

Les manifestations poujadistes de ces dernières semaines, le désarroi des familles, des retraitées et des veuves dont les impôts ont augmenté par les décisions de la législature précédente, indiquent que le pacte fiscal est mal en point.

Les différentes enquêtes d’opinion, parfois contradictoires, que nous disséquons pour mieux comprendre les attentes du pays, révèlent plusieurs tendances :

- Une attente forte de justice et d’égalité, encore insatisfaite, malgré l’alignement de la fiscalité du capital sur celle du travail,

- Une volonté de protection et de garantie de services publics de haut niveau,

- Une interrogation sur l’efficacité de la dépense publique.

Les sujets fiscaux et budgétaires se mêlent étroitement. La protection sociale est en quête de financements cohérents et bien assis. Cette "mise à plat" ouvre un champ de réflexions qui ne peut pas être soumis aux oukases de la technostructure. Là se gagnera ou se perdra le renouveau de la démocratie française. Là se joue l’avenir du travail des parlementaires, si dévalorisé aux yeux des Français que les institutions en sont affaiblis.

Les conditions de réussite de la réforme fiscale sont posées :

- le poids respectif de la fiscalité directe et de la fiscalité indirecte,

- la réalité de la progressivité de l’impôt sur le revenu, miné par les injustices,

- la lutte contre les délocalisations fiscales des grandes entreprises, leur citoyenneté et la compétitivité de notre économie,

- l’influence de la fiscalité sur les comportements et la transition écologique,

- l’égalité des territoires et le financement des dépenses locales.

La première étape, celle qui nous aidera à réussir, c’est d’abord la définition avec le pays, sous des formes nouvelles, des principes et des valeurs d’un nouveau pacte fiscal républicain.

http://us5.campaign-archive1.com/?u=111ea2c1f0e759718058d58c3&id=2875ff9b70&e=9ee83af27e