Ma question auprès de Christine Taubira sur les moyens consacrés au SPIP de la Nièvre

M. Christian Paul attire l’attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur l’insuffisance des moyens alloués au service pénitentiaire d’insertion et de probation de la Nièvre. Alors que le Premier ministre a annoncé la création de 1 000 emplois au sein de ces structures -dont 400 en 2014- pour parvenir à un suivi de 40 dossiers par agent, un conseiller pénitentiaire nivernais suit actuellement 120 personnes en moyenne. Confronté à une surcharge de travail récurrente, le Spip gagnerait en réactivité et en qualité de réponse, notamment par la mise en place de nouveaux partenariats, s’il était davantage doté en personnel. Aussi, il lui demande quelles sont les intentions du gouvernement à l’égard de ce dispositif.