Ma question à Jean-Marc Ayrault et sa réponse : les contreparties indispensables du pacte de responsabilité

Monsieur le Premier Ministre, Pour la majorité des Français, la bataille centrale est celle du redressement de notre économie. Elle doit réussir, comme doit progresser le combat pour l’égalité des droits. Pour la majorité des Français, le redressement économique après des années de sous-investissement et de chômage massif, c’est la modernisation de l’économie française. Pour la majorité des Français, un pacte de responsabilité, c’est notre capacité à placer en premier l’intérêt général de la France. Pour la majorité des Français, pour faire réussir ce nouveau compromis social et le rendre historique, il est indispensable qu’aux efforts demandés à tous, répondent des engagements concrets et clairs. C’est pourquoi nous souhaitons qu’à l’effort sans précédent de la collectivité nationale, répondent des contreparties massives, évaluables, chiffrables, mesurables en temps réel, de la part des entreprises. Vous avez identifié des objectifs et appelé hier encore à la mobilisation générale de toutes les forces sociales :
- pour les créations d’emplois
- pour la formation et la réduction de la précarité
- et pour les investissements en France, dans la recherche comme dans les capacités productives. La crédibilité et la réussite du pacte de responsabilité vont donc se gagner sur ces contreparties, sur les conditions qui seront posées, sur la réalité des accords collectifs, sur la rapidité de leur mise en œuvre. Monsieur le Premier ministre Comment la négociation interprofessionnelle doit-elle fixer ces contreparties ? Comment engager sans retard dans les branches et dans les entreprises, mais aussi sur les territoires, des discussions sur l’emploi et l’investissement, qui débouchent sur des accords ? Comment s’assurer que ces accords se traduisent, au niveau des entreprises, par des avancées concrètes, et d’abord, par des emplois ?

388599 from Christian PAUL on Vimeo.