"Les positions de Valls deviennent incompatibles avec nos valeurs" : mon entretien dans Libération

Retrouvez ici l’entretien que j’ai donné hier à Libération : http://www.liberation.fr/france/2016/02/17/christian-paul-les-positions-de-valls-deviennent-incompatibles-avec-nos-valeurs_1434064

Que répondez-vous au Premier ministre pour qui "il y a des positions à gauche" désormais "irréconciliables" ?
Le dire ainsi est irresponsable. Surtout de la part d’un chef de gouvernement. Après avoir divisé la majorité, Manuel Valls prend aujourd’hui le risque de casser en deux la gauche. C’est la première fois dans l’histoire de la Ve République qu’un Premier ministre s’applique méthodiquement à créer des divergences plutôt qu’à rassembler.
En même temps, on a du mal à voir, aujourd’hui, ce qu’il y a de commun entre lui et Jean-Luc Mélenchon par exemple...
Il y a aujourd’hui plusieurs orientations à gauche, comme à chaque moment crucial de l’histoire du pays. Celle de la gauche radicale qu’il ne faut pas laisser s’isoler sur un chemin solitaire ; celle qui choisit la voie du libéralisme et renonce à la transformation solidaire de la société ; et celle que j’appelle "réformiste de gauche". Celle-là va devenir la force motrice si elle sait réunir l’essentiel du PS, des écologistes et des communistes, mais aussi cette gauche syndicale associative et culturelle qui est en attente d’une alternative crédible. Ce sont des millions de citoyens qui incarnent ce que nous avons appelé la "prochaine gauche". Je ne décrète pas toutes ces orientations "irréconciliables". En revanche, elles le seront si Manuel Valls réussit son opération de dynamitage. Ce serait la garantie de l’échec aux prochaines élections.
Vous vous dîtes "réformistes" mais Manuel Valls aussi se définit comme "social-réformiste"...
Le mot de réforme n’a pas de patrie. Il est employé par toutes les formations politiques. La question est de savoir ce qu’on met dedans ! Si vous prenez la loi Macron et le projet de loi El-Khomri, ce sont des réformes sans ambitions, mais néanmoins dangereuses, qui tirent la gauche vers la droite et qui ne peuvent convaincre le Parti socialiste. C’est autour d’un projet optimiste pour la France et d’un horizon constructif que l’on retrouvera rassemblée la « grande gauche » de 2012. Elle n’est pas soluble dans le fantasme de la recomposition évoquée par le Premier ministre.
Vous vous opposerez au projet de loi de Myriam El-Khomri ?
C’est un contresens historique. Les annonces du ministère du travail tombent jour après jour et s’apparentent à un véritable supplice chinois. Leur point commun est désormais évident : réduire les protections des salarié(e)s devient le principal moyen de la politique de l’emploi. Manuel Valls prépare probablement un 49-3. Quid de la démocratie parlementaire ?
Je suis également profondément choqué par le discours tenu à Munich à propos des migrants. La fermeté c’est le langage que l’on tient non aux faibles mais aux puissants. Comment imaginer qu’un Premier ministre français aille, sur le sol allemand, donner des leçons à la chancelière sur sa politique migratoire ? De nombreux maires et élus socialistes, dans leurs cérémonies de vœux en janvier, ont salué le courage de Mme Merkel sur ce sujet. Il y a un renversement des valeurs. Combien faudra-t-il d’enfants morts au fond de la Méditerranée ou sur les rives de Grèce ou d’Italie pour que l’Europe organise enfin la solidarité ? Devant les députés mardi, je n’ai pas entendu dans la bouche du Premier ministre une seule solution concrète ! Le verbe remplace l’action. Le Gouvernement est dans l’impasse quand ses positions deviennent incompatibles avec nos valeurs.
Mais si vous êtes d’accord pour organiser une primaire, il faut aussi être prêt à soutenir cette ligne si elle l’emporte non ?
Nous respecterons bien sûr les règles communes d’une primaire. Mais je suis profondément convaincu qu’un projet de société qui fragilise les salariés dans un moment de chômage de masse et d’intense transformation de notre économie ne rencontre pas l’adhésion d’une majorité de femmes et d’hommes de gauche.
Manuel Valls estime au contraire que sa "voix" correspond à ce qui est attendu par "les Français"...
Les Français ont opposé à son orientation politique trois défaites électorales. A Matignon, un Premier Ministre défait persiste et signe. La Présidentielle et la Primaire doivent être l’occasion d’exprimer un réformisme de gauche ouvert à la modernité et non ce repli identitaire.