BERLIN, Cinquante années qui ne sont qu’un début.

Une journée à Berlin, pas comme les autres. Il n’y a pas (ou peu) d’autres endroits au monde où deux Assemblées siègent sous le même toit parce que 50 ans plus tôt, nos peuples avaient décidé de ne plus vivre la souffrance des guerres.Les discours et la musique de Beethoven rappelaient Göttingen, Weimar, des voyages de jeunes gens qui découvraient l’autre pays. Emotion palpable, malgré la tension des relations actuelles.
Mais pour la suite ? Les discours d’amitié, pour être nécessaires, racontent l’histoire extraordinaire de ces cinq décennies partagées. Il faut aller chercher un courage de même amplitude pour construire un nouveau modèle de développement, pour un saut démocratique, pour mettre réellement en commun le meilleur des deux pays : la jeunesse, l’innovation, la culture.
L’Europe sera durable si elle se donne une force collective pour des causes justes, et si elle se surprend à inventer l’avenir.