Après varsovie. Newsletter de la Gauche durable #21

Après Varsovie, la France, qui accueillera le prochain sommet climatique, doit être exemplaire !

Par un hasard du calendrier, trois événements, d’inégale importance, se sont concentrés au cours des 10 derniers jours : la Conférence de Varsovie s’est achevée sur un résultat juste à la limite de la catastrophe, Philippe Martin, Ministre de l’écologie et de l’énergie a rendu une décision très attendue sur les permis gaz de schiste du Bassin parisien, et les « Dupont et Dupond » des lobbies des hydrocarbures ont mis en scène, pour la 3ème fois, leur rapport parlementaire sur les huiles et gaz non conventionnels.

Alors que les perspectives d’un réchauffement climatique au-delà de 4 degrés d’ici la fin du siècle se précisent si nous ne changeons pas drastiquement nos manières de produire, de consommer et de nous déplacer, la COP de Varsovie n’a pas été placée sous le signe de la responsabilité collective et solidaire. Une fois de plus, les pays les plus émetteurs se sont soustraits à leurs responsabilités et c’est in extremis qu’à défaut de sauver le climat, les parties ont sauvé le sommet. L’échec total aurait été dramatique. L’accord conclu permet de continuer de travailler et de garder tout le monde autour de la table.

Le prochain grand rendez vous climatique onusien se tiendra en France en 2015, après Lima en 2014. C’est pour nous tous une grande responsabilité, et c’est pour la planète et les pays les plus vulnérables une chance que la France s’engage de tout son poids dans la conclusion d’un nouvel accord essentiel après celui de Kyoto. La conviction et la détermination des Ministres engagés (Laurent Fabius, Philippe Martin et Pascal Canfin) est un atout précieux.

Le rapport de l’OPECST rédigé par les parlementaires Bataille et Lenoir, témoigne de la persistance du double déni de la dimension anthropique du réchauffement climatique et de la nécessité de rompre avec la boulimie de consommation des énergies fossiles. Ces deux visiteurs projetés du XXème siècle au XXIème siècle, toujours prêts à pourfendre « l’obscurantisme », incarnent de fait le véritable obscurantisme : celui qui n’a pas compris que ce qui a été progrès hier (charbon, pétrole, phytosanitaires…) est devenu archaïsme du présent. Un excellent article du Monde décrit très précisément les contre-vérités de ce rapport.

Dans ce contexte, la décision de Philippe Martin de refuser la mutation des permis d’exploration des huiles et pétroles de schiste en Seine-et-Marne et dans l’Aisne n’en est que plus estimable. Malgré les pressions et les sommations idéologiques et économiques, il a pris la seule décision cohérente avec la loi française et les responsabilités qui pèsent sur un Gouvernement appelé à accueillir un sommet international déterminant. Imagine-t-on ce qu’aurait été la crédibilité d’un pays dont la main droite ignore ce que fait la main gauche et préconise pour la planète ce qu’il refuse de faire pour lui même ?

La transition énergétique et écologique n’est pas gagnée. C’est une bataille culturelle, économique et diplomatique. La Gauche durable y est totalement engagée. La volonté de réussir le sommet de Paris en 2015 exige de la France un parcours exemplaire que nous accompagnerons au mieux, notamment dans le cadre de la préparation de la loi sur la transition énergétique.

http://us5.campaign-archive1.com/?u=111ea2c1f0e759718058d58c3&id=be0b5eea6e&e=9ee83af27e