2015, nous pouvons.

De l’énergie à revendre, au service de causes justes, voilà ce que je nous souhaite. Et de l’humanité à partager, face à l’indifférence ou à la barbarie.
Que 2015 soit une année féconde, en projets créatifs, ceux des territoires ou des entreprises, en solidarités de proximité, en aventures des chercheurs et des poètes. Que souvent, l’imagination et le courage prennent le pouvoir !
Mais l’énergie ou la fronde, même légitime, ne suffisent pas.
Il faut choisir le bon chemin. Je n’imagine pas l’action publique sans principes. Nos principes de justice sont un héritage. Ne les lâchons pas. Ce n’est pas le passé, faisons-les vivre demain. J’imagine 2015 avec des avancées nouvelles. L’avenir de notre pays peut échapper à la régression. Pour cela, il faut être volontaire, efficace et juste.

L’Europe, la France, la Nièvre souffrent du même manque de collectif. Comme si nos démocraties se laissaient noyer par les compétitions et les égoïsmes.
En Europe, de l’Allemagne à l’Espagne, de Londres à Athènes, beaucoup de citoyens rêvent à la même destination. Pourtant, sans solidarité, l’Europe perd son âme.
En France, la mondialisation fait des gagnants et des perdants. La concurrence des territoires devient insupportable et fracture la Nation.

La Nièvre a pris des coups, subit des chocs, d’abord pour ses emplois industriels. Mais elle ne s’éteint, ni ne s’endort.

Ici, la bonne nouvelle de fin d’année, ce n’est pas un cadeau de Noël, mais la poursuite enfin relancée et confirmée du grand chantier qui transforme la célèbre Nationale 7 en une route tant attendue, l’A77, gratuite et utile. Ici, pour que la ruralité moderne soit mieux qu’un slogan, nous investissons pour tous les âges de la vie, dans les services pour la petite enfance, les lycées, les maisons de retraites, le numérique. Ici, dans le Nivernais et le Morvan, nous travaillons d’arrache pied pour faire naître les villages du futur.
Ce qui rassure, autant que de grands desseins, c’est l’ingéniosité quotidienne, la générosité, toujours réaffirmés. Les agriculteurs le savent bien, qui n’attendent pas tout de la PAC, même si le pire a été évité.

Voilà pourquoi 2015 n’est pas à découvrir passivement, mais à inventer et à construire. Savoir écouter et savoir agir. Ensemble, nous pouvons.